Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Sexe avec un double gode – histoire de cul

Ma femme et moi avons parcouru les boutiques en ligne de sextoys et nous avons finalement opté pour un double gode clair de plus 30 centimètres sur Erosto. Elle a bien servi nos objectifs. Je l’ai baisée dans la chatte et le cul avec, elle m’a baisé dans le cul avec, et on a éjaculé et eut plusieurs orgasmes tous les deux avec. Je ne me suis jamais vraiment demandé pourquoi il avait deux têtes ou quoi en faire. Évidemment, ma femme de 36 ans l’a fait, et étant aussi créative dans la chambre qu’elle l’était avec nos trois enfants, elle a réussi à capter mon intérêt.

Les enfants étaient chez les grands-parents, nous avions donc prévu une soirée de plaisir sexuel. Quand je suis entré dans la chambre après m’être douché, j’étais déjà excité. J’ai vite découvert qu’elle l’était aussi. Après m’être embrassée et avoir profité de l’autre, je me suis retrouvée sur le dos avec elle agenouillée au-dessus de moi, au-dessus de ma tête. Je pouvais voir ses fantastiques seins de 95C pendre au-dessus de moi et ma bouche attrapait un mamelon, tandis que ma main caressait et serrait son autre sein. J’aurais pu profiter de ses seins pendant des heures, mais elle avait l’œil sur son propre prix : ma bite gonflée. Nous nous sommes retrouvés dans un délicieux 69 où elle s’est régalée de ma bite et je me suis régalé de sa chatte rasée et j’ai cajolé son clitoris pour le sortir de sa cachette.

Au bout d’un moment, elle s’est assise et j’ai gémi de déception quand sa chatte s’est détournée de moi. Elle a tendu la main derrière elle, écartant ses fesses serrées pour révéler son bouton de rose tout aussi glabre. Je n’avais pas besoin d’une invitation gravée. Je me suis tordu le cou et j’ai commencé à lécher son anus sucré. Je pouvais l’entendre soupirer de plaisir. Juste au moment où mon cou a commencé à sentir la tension, elle a lâché prise et s’est penchée un peu plus. Je pensais qu’elle voulait que je porte attention à sa chatte, qui était maintenant à portée de main, alors je l’ai fait. Cependant, quelques instants plus tard, elle me tendit le gode et me dit d’une voix rauque : « Baise-moi avec ça. » Elle se pencha de nouveau en avant, saisit ses fesses et je regardai à nouveau son bouton de rose, qui était encore légèrement ouvert et mouillé par ma salive. C’est alors que j’ai remarqué que le tiers environ du godemiché avait été soigneusement lubrifié. J’ai pris le double gode juste au-dessus de la lubrification, où il était encore sec et j’ai posé mon autre main sur son cul. J’ai soigneusement guidé la tête scintillante jusqu’à elle en attendant « l’entrée arrière ». Quand la pointe froide a touché son anus chaud, un couteau a traversé son corps. J’ai attendu pour lui donner la chance de se détendre, puis je l’ai poussée avec précaution. Le godemiché a essayé de se déformer, mais la pression s’est maintenue et son anus s’est ouvert pour recevoir la pénétration. J’ai arrêté de pousser et la tête du gode s’est assise là pendant qu’elle gémissait d’impatience érotique. Quand je me suis dit qu’elle était prête, j’ai passé à travers la résistance restante et la tête du godemiché est entrée. Elle grogna de satisfaction, sachant que la partie la plus large du godemiché était maintenant en place. Le reste serait de se détendre et de laisser couler.

Elle a lâché ses fesses et s’est appuyée sur ses bras pour lui donner plus d’influence. J’avais encore une main qui tenait une fesse sur le côté pour voir le gode dans son anus. Puis je l’ai lentement poussé, et j’ai pu entendre une forte respiration lorsque le godemiché a commencé à glisser en elle. Je l’ai glissé jusqu’à l’endroit où je le tenais, le lubrifiant s’accumulant autour de son anus tendu. Quand mon avait touché ses fesses, je l’ai lâché pour attraper le godemiché plus haut, et comme je l’avais prévu, il a commencé à sortir. Je l’ai laissé faire à la vitesse de son corps jusqu’à ce que je puisse voir le fond de la tête du godemiché. Puis j’ai encore poussé. Je tenais le godemiché par l’autre extrémité, mais je l’ai enfoncé lentement, en prenant environ 30 secondes. Pendant tout ce temps, elle a poussé un long et sensuel gémissement. Elle a attrapé ma bite et on s’est baisés comme ça. La partie la plus chaude pour moi, c’était chaque fois qu’elle repoussait ses fesses vers l’arrière pour recevoir plus de gode plus rapidement et plus profondément. Aucun de nous n’est venu, bien que j’aie été à deux doigts de le faire.

Elle m’a lâché et m’a dit d’écarter les jambes. Elle prit le gode d’où il était tombé d’elle et sourit d’un sourire maléfique. Je savais ce qui m’attendait et j’ai fermé les yeux avec impatience. Elle a lubrifié le gode et l’a appuyé contre mon anus. J’étais prêt et détendu, prête à ouvrir mon sphincter et à recevoir la pénétration de ma femme. Elle a lentement glissé le godemiché ; je n’avais jamais eu un godemiché chaud – c’est-à-dire préchauffé – enfoncé en moi auparavant. C’était une surprise bienvenue. Elle m’a fait entrer et sortir le godemiché plusieurs fois, la sensation d’être pénétrée était délicieuse.

Puis elle s’est arrêtée et a repositionné sa main. Je pensais qu’elle le tenait plus haut, pour qu’elle puisse aller plus loin. Il s’est replié et j’ai senti une étrange pression sur mon anus. Elle a ralenti, mais a maintenu une pression insistante. Mon anus était ouvert et je me suis rendu compte qu’elle tenait le godemiché avec les doigts écartés parallèlement à lui et qu’elle m’étendait plus loin que je ne l’avais fait auparavant. Ça a commencé à faire mal quand elle s’est arrêtée et m’a arraché les doigts en gardant le godemiché en place. Je la sentais repositionner sa main, puis elle l’a poussée plus loin en moi. La pénétration m’a étonné, tout comme ses doigts ont trouvé mon anus et ont glissé à côté du godemiché. Elle a maintenu la pression, a mis les doigts dans les articulations et s’est arrêtée. Elle y a tenu ses doigts et le godemiché, puis elle a commencé à remuer les doigts. Des sensations indescriptibles coulaient de mon anus à ma bite, la faisant sauter à l’attention. Lentement, elle s’est retirée. Une fois ses doigts sortis, je sentais à peine le godemiché, juste la dernière partie quand il est sorti.

Elle a appliqué un peu plus de lubrifiant sur le gode et l’a remis rapidement en place, ce qui était facile à faire, car mon anus était encore un peu béant. Il est allé un peu plus loin qu’avant et j’ai suffoqué de plaisir, me laissant volontiers accueillir le plus possible d’elle. Elle l’a fait entrer, sortir, aller-retour, aller-retour, puis s’est soudainement enfoncée beaucoup plus profondément jusqu’à ce que ses doigts rentrent. Mon anus a été préparé et a accepté le godemiché et ses doigts après la deuxième paire de jointures. Elle a arrêté de pousser, mais a continué à bouger et à faire pression. Puis j’ai senti que le godemiché était sorti des profondeurs de mes intestins, mais ses doigts sont restés en place. Elle sortait le gode de moi et de sa main. En même temps que le gode sortait de sa main, elle a poussé ses doigts à l’intérieur de moi. Mon anus a éclaté et soudain toute sa main était en moi. Lentement, mon sphincter s’est refermé autour de son poignet. Je n’arrivais pas à y croire ; ma femme me frappait. Quand elle a levé son poing et a commencé à bouger son poing à l’intérieur de moi, je n’arrivais vraiment pas à y croire. Si j’avais eu le temps de l’assimiler, je pourrais peut-être essayer de décrire ce sentiment, mais soudain sa bouche s’est fermée autour de ma bite et elle a commencé à jouer avec sa tête. Avant que je réalise ce qui se passait, elle s’est glissée le long de ma bite lancinante. Je ne suis pas particulièrement grande, donc si elle se concentre, ma femme peut me prendre tout dans sa bouche, sans bâillonner. Elle est descendue jusqu’à moi, je sentais son nez contre mon abdomen. Elle a bougé la langue et a avalé, et c’est pourquoi je ne peux pas décrire la sensation qu’elle a ressentie en m’enfonçant son poing dans l’anus. C’était une surcharge sensorielle. J’avais l’impression que mon sperme venait de mes orteils. C’était si épais que j’avais presque l’impression qu’il n’arrivait pas à passer à travers mon pénis. C’est arrivé et c’est sorti de façon explosive. Comme un soldat, ma femme a continué à avaler et a pris chaque goutte de sperme que j’ai produite. Semblant sentir quand le poing devenait inconfortable, elle s’est détachée et m’a pris la main, tout comme je l’ai fait une dernière fois.

Nous nous sommes allongés là et après un certain temps, j’ai réalisé qu’elle n’avait pas encore éjaculé. J’étais sur le point de réfléchir à la façon de résoudre ce problème, quand elle m’a dit : « face à la tête de lit et à quatre pattes. » J’étais trop épuisé pour discuter avec elle. Sans aucune préparation, elle a enfoncé le godemiché dans mon anus. Il était encore gonflé et suintant de lubrifiant, donc c’était génial. Comme je regardais de mon point de vue, elle aussi se mit à quatre pattes et bougea son magnifique derrière vers le mien. « Un peu plus bas », m’a-t-elle dit. J’ai obéi et je l’ai sentie toucher le godemiché. Puis je l’ai entendue marmonner et lui dire délicieusement : « Mmmmmmm. » Il m’est venu à l’esprit avec une clarté soudaine : « C’est pourquoi le gode a deux têtes. Un pour moi et un pour elle ! Duh. » Je l’ai senti bouger et j’ai réalisé que nos fesses étaient l’une contre l’autre. « Salut, mon grand, » dit-elle avec abandon. « Baise-moi. » Bien qu’un peu perdue, ce n’est pas un ordre que je ne veux jamais ignorer, alors je suis allée de l’avant et j’ai senti le godemiché sortir de moi. Je ne voulais pas ça, j’ai vite rebroussé chemin et j’ai senti que ça retournait à l’intérieur. Il n’avait pas bougé beaucoup, alors j’ai décidé de m’éloigner encore plus des fesses de ma femme cette fois-ci. J’ai senti le godemiché glisser et je suis allé aussi loin que j’ai osé, de peur qu’il ne sorte. Puis je suis revenu. Ma femme et moi avons eu la même idée, alors on s’est giflés quelque part au milieu. Je me demandais si ma femme avait des mouvements de pénétration ou de glissement, alors à la prochaine tentative, j’ai laissé le gode sortir de moi aussi loin que je le croyais possible. Puis j’ai serré mon sphincter aussi fort que j’ai pu et je l’ai poussé rapidement vers ma femme. Ça a dû marcher parce que je l’ai entendue pleurer de plaisir.

Cela se passait bien dans la mesure où nous nous amusions tous les deux. La fois suivante, nous nous sommes tous les deux penchés en avant et nous avons à peine réussi à garder le gode à l’intérieur de nous deux. Nous avons lentement glissé nos corps l’un vers l’autre le long du godemiché jusqu’à ce que nos fesses se touchent. Il a fallu beaucoup de concentration pour sentir à quel point nous pouvions être séparés et rester connectés par notre fiche en caoutchouc. Il a fallu beaucoup de retenue pour ne pas enfoncer cette chose dans le sol, car elle se déformerait et tomberait. Puis nous avons découvert le plaisir de sentir le gode à l’intérieur de nous deux tout en remuant notre sueur, couverts de mégots lubrifiés l’un contre l’autre. Plus on se tortillait et s’écrivait l’un contre l’autre, plus on sentait la dureté qui nous reliait. À un moment donné, ma femme a découvert qu’en s’allongeant sur sa poitrine et en s’étirant, elle pouvait saisir mes couilles. C’était une sacrée découverte ! Peu de temps après, j’ai réalisé que si elle pouvait atteindre mes couilles, alors je pouvais faire reculer ma bite entre mes couilles. La fois suivante où nous nous sommes quittés pour nous enfoncer le gode l’un dans l’autre quelques fois et que nous sommes ensuite retournés nous frotter les fesses, j’ai repoussé ma bite. Quand elle est allée me chercher les couilles, elle a rencontré ma bite et m’a fait sortir un ravi : « Ooh. »

Cela a duré un bon moment, si nous nous sentions si bien, aucun de nous n’a voulu arrêter… jamais. Je ne sais pas si c’était son plan depuis le début ou si elle a fini par réaliser que si elle pouvait atteindre mes couilles, elle pouvait aussi atteindre son clito. J’ai vu comment son corps bougeait, qu’elle se masturbait. Ses fesses bougeaient plus rythmiquement et dans des mouvements plus petits alors qu’elle se poussait rapidement vers le plaisir. Ses mouvements devinrent plus frénétiques, et je me penchai lentement vers l’avant en tirant le godemiché de sa chatte frémissante. Elle s’est plainte, c’était juste un bruit. Puis j’ai commencé à repousser en serrant mon sphincter aussi fort que possible. Le godemiché est entré en elle au moment où elle a commencé à culminer. Sa chatte a serré le gode pénétrant, mais il était trop glissant à cause de la lubrification, de ses propres jus et de l’élan. Il s’est glissé en elle profondément quand son orgasme l’a envahie. J’ai essayé de rester en contact avec son derrière du mieux que j’ai pu, mais elle a glissé vers le haut, plus ou moins sur moi. Je me suis effondré sur la poitrine, de sorte que le godemiché avait un plus grand angle vers le haut et elle s’est baisée sur moi, allant juste un peu plus loin avec chaque petit mouvement jusqu’à ce qu’elle ait finalement fini. Elle est tombée en avant et le godemiché est sorti d’elle et aussitôt de moi. Nous étions tous les deux essoufflés, mais j’ai été le premier à parler : « C’est pour ça qu’il a deux têtes ! » et on éclate de rire tous les deux.

salope recit porno

© Copyright 2019 https://chope1salope.com/ - Tous droits réservés