Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Soirée catch et sexe entre épouses

Bertrand et Julien se sont assis sur le vieux canapé situé dans le sous-sol de Julien pour regarder leur émission de télévision préférée. Ce n’était ni une comédie, ni un drame, ni même une vraie émission de sport.

« Merde….J’espère qu’ils font passer les femmes en premier ce soir », sourit Bertrand.

« Ouais, elles ne sont pas très douées pour la lutte mais merde, quand elles frottent leurs nichons ensemble, c’est vraiment chaud. »

« As-tu déjà…. tu sais… vu deux femmes lutter vraiment je veux dire…. comme se battre ? » Bertrand a demandé à son copain d’enfance.

« Un couple de nanas au lycée s’est battu pendant le cours de gym », dit Julien en riant. « Avant que les professeurs ne puissent les interrompre, les petits seins d’une des filles ont été exposés et nous avons tous bien vu la culotte blanche de l’autre fille. »

« Merde……. Je ferais n’importe quoi pour voir deux femmes s’affronter« , dit Bertrand en avalant sa cinquième bière. Les deux hommes avaient un bon buzz. « Tu sais…..peut-être que nous pourrions faire lutter nos femmes. »

Julien s’est redressé parce que la femme de Bertrand, Annie, avait les plus beaux seins qu’il avait vus sur une autre femme. « Elles s’aiment trop pour vraiment lutter. »

« Peut-être que si nous faisions monter les enchères, comme parier de l’argent ? »

« Pas question », dit Julien en riant.

« Tu veux essayer ? »

En ce moment en webcam sexy

« Bien sûr, pourquoi pas ? »

*****

Annie venait de finir son troisième grand verre de vin et riait d’une nouvelle fille qui avait commencé dans son bureau quand la porte du sous-sol s’est ouverte et les deux gars sont entrés.

« La télé est morte ? » Elle a ri. Normalement, elles ne voyaient pas leurs maris avant au moins une heure.

« Ou alors vous devez avoir faim », sourit Mélanie. Elle aussi se sentait plutôt bien après quelques verres de vin.

« Na… nous nous sommes euh… demandés qui gagnerait si vous vous affrontiez au catch… ». Bertrand a dit en jetant un coup d’œil aux seins petits mais fermes de Mélanie sous le tee-shirt blanc.

« Je le ferais bien sûr », a gloussé Annie. Elle pensait qu’elle pesait au moins cinq kilos de plus que Mélanie.

« Ce n’est pas parce que tes seins sont plus gros que tu peux me battre », a dit Mélanie en tirant sa fine langue.

« Tu ne tiendrais pas une minute », a osé Annie en buvant rapidement son vin.

Julien et Bertrand ont souri avant que Julien n’intervienne. « Je parie cinquante euros à Bertrand que tu peux épingler Annie. »

« CINQUANTE EUROS! » Mélanie a crié. « Nous n’avons pas cinquante euros à perdre ». Les deux couples venaient d’emménager dans des maisons petites mais neuves et avaient du mal à joindre les deux bouts.

« Tu vois……. elle sait que je peux la battre », a souri Annie. « Surtout pour cinquante dollars. »

Mélanie a jeté un regard furieux à son mari. « Dis-moi que tu plaisantes ».

« Je ne plaisante pas », dit Julien. « Si tu ne luttes pas contre elle, je dois donner l’argent à Bertrand. »

« Eh bien oublie ça car nous ne ferons pas de lutte ». Mélanie a souri en regardant Annie. « N’est-ce pas Annie ? »

Annie avait un peu trop bu et s’est dit qu’elle allait taquiner un peu Mélanie. « Hé…… je vais faire de la lutte pour 50 euros. »

« Eh bien oublie ça », dit Mélanie en se penchant en arrière. « Ils veulent juste nous regarder nous toucher et des trucs comme ça ».

« On dirait que tu me dois de l’argent », sourit Bertrand. « Je t’avais dit que Mélanie se dégonflerait. » Ils avaient pensé que ce serait Mélanie qui arrêterait leur jeu et ils étaient sur le point de leur dire que tout cela n’était qu’une arnaque lorsque Mélanie a posé son verre durement sur la table.

« OK….Je suis peut-être plus petite mais je n’ai jamais perdu un combat », a dit Mélanie en souriant à Annie.

« C’est fou », a dit Annie en réalisant que Mélanie était prête à le faire.

« Regarde qui est une poule mouillée maintenant », dit Mélanie en riant. « Alors maintenant Julien reçoit les cinquante dollars parce que tu te retires. »

Annie s’est penchée en avant et a fixé Mélanie les yeux dans les yeux. « Je vais tellement m’amuser à te fouetter le cul. »

Julien a jeté un coup d’œil à Bertrand qui a souri en retour. « Descendons au sous-sol sur le tapis épais ». Ils ont attrapé deux autres bières chacun et ont conduit les deux femmes dans les escaliers.

« Au moins, nous portons un jean et une chemise », a souri Mélanie, sachant que la véritable intention des hommes était de voir de la chair. Elle s’est installée au milieu de l’étage pendant que les gars déplaçaient les meubles pour les dégager. Annie s’est approchée de Mélanie et l’a regardée fixement.

« Tu vas descendre. »

« C’est vrai ? » Mélanie a dit qu’elle savait qu’elle devait utiliser sa rapidité pour battre la plus grande femme. Soudain, elle a attrapé le poignet d’Annie et l’a fait tourner derrière son dos.

« HEY…… personne n’a dit quand commencer ! » a crié Annie. Elle a essayé de retirer son bras mais Mélanie l’a poussé vers le haut, provoquant une douleur aiguë. « OUCH…..STOP ! »

« Tu abandonnes ? » Mélanie a demandé en espérant que c’était fini.

« NON ! » Annie a crié mais Mélanie a de nouveau poussé le bras vers le haut, provoquant encore plus de douleur. Elle a regardé Bertrand. « Ce n’était pas juste ».

« Il n’y a pas de règles », sourit Bertrand. Il s’est dit que si elles s’énervaient vraiment, elles s’en prendraient vraiment l’une à l’autre. Julien et lui avaient convenu de ne pas intervenir jusqu’à ce que l’une d’elles abandonne ou soit épinglé.

« Abandonner ? » Mélanie a de nouveau demandé. Il était hors de question qu’elle perde cinquante précieux euros. Elle a poussé à nouveau mais pas assez fort pour lui faire vraiment mal.

 » I……. » Annie a commencé à dire quand elle s’est soulevée sur ses orteils, ce qui a réduit la pression. Quand elle a senti que Mélanie lâchait prise, elle s’est tordue sur ses genoux et a attrapé Mélanie par la taille. Soudain, les deux femmes sont tombées vers le bas, Annie sous Mélanie qui la tenait toujours par la taille.

« Lâche-moi ! » Mélanie a crié en enroulant son bras autour de la tête d’Annie pour faire une clé de bras. Leurs cuisses étaient maintenant tordues l’une contre l’autre, ce qui a provoqué une sérieuse excitation chez les gars.

Annie ne pouvait que toucher le dos de Mélanie et ne pouvait vraiment que saisir le haut de son jean. Lorsque Mélanie a serré sa tête avec force, elle a baissé le jean pour montrer la culotte en dentelle rose de la petite femme. « Arrête….. tu baisses mon jean ». Mélanie a haleté en sentant l’air plus frais sur ses fesses.

« Lâche ma tête et……je m’arrêterai, » grogna Annie. Comme ses doigts s’étaient enroulés sous le jean, elle a senti la soie de la culotte de Mélanie et savait que les gars pouvaient voir jusqu’au haut de sa raie des fesses.

« NON ! » Mélanie a crié en serrant son bras aussi fort que possible. Elle a tordu la tête d’Annie sur le côté, ce qui lui a fait mal mais pas assez pour qu’elle lâche le jean. Elle a donné une autre secousse et le jean est descendu jusqu’à ce que la moitié des jolies fesses de Mélanie couvertes de culottes soit visible.

« OH DIEU. NE REGARDE PAS ! » Mélanie a crié, tout en se retournant pour voir les deux hommes qui souriaient et regardaient la moitié de ses fesses.

Le cou d’Annie était en souffrance et la seule chose qu’elle pouvait faire pour se libérer était de mordre. Mélanie ne savait pas ce que faisait Annie lorsque sa bouche s’est ouverte et qu’elle a pris une énorme et dure morsure sur l’avant-bras de Mélanie.

« AHHH ! » Mélanie a crié en sentant les dents pointues s’enfoncer en elle. Elle a immédiatement reculé son bras d’un coup sec, ce qui a permis à Annie de la repousser jusqu’à ce qu’elle soit couchée face contre terre. Annie a sauté sur son dos dans lequel son jean était encore à moitié descendu sur ses fesses.

Mélanie était presque en larmes à cause de la douleur sur son avant-bras quand elle a essayé de se retourner mais Annie s’est assise sur sa taille et a poussé ses épaules et son visage vers le bas. « Désolée d’avoir dû mordre mais ils ont dit qu’il n’y avait pas de règles. Pourquoi n’abandonnes-tu pas et nous oublierons tout ça ? » Annie a levé les yeux vers les hommes et les énormes bourrelets dans leurs jeans. Si Mélanie n’abandonnait pas, elle allait leur donner un spectacle.

Mélanie s’est tordue et a bougé ses hanches vers le haut pour essayer de déstabiliser Annie mais elle était trop lourde. « Je n’abandonnerai pas. »

« Bien…..alors peut-être que je devrais juste faire ça, » Annie a gloussé en remettant ses fesses sur les jambes de Mélanie et a attrapé le jean et la culotte rose. D’un coup sec, ils sont tous deux descendus jusqu’à ce que tout le cul rose de l’épouse soumise soit exposé.

« Putain », a chuchoté Bertrand en voyant le cul qu’il admirait depuis si longtemps. Et que sa femme l’expose était encore plus chaud.

Mélanie était en état de choc en sentant son cul exposé. Elle ne pouvait pas se retourner car alors l’autre époux verrait sa touffe blonde et sa chatte. Elle a levé la tête et a regardé Julien. « C’est allé assez loin… enlève-la de moi. »

« Désolé chérie…….pas de règle tu te souviens ? » Julien a dit en sachant qu’il allait avoir des problèmes plus tard mais il espérait que sa femme ferait des choses similaires à Annie.

« Tu abandonnes ? » Annie a ri en regardant les fesses nues.

« JAMAIS ! » Mélanie a crié en baissant la main pour remonter sa culotte mais Annie a repoussé ses mains.

« Alors je suppose que je vais devoir faire ça », a dit Annie avant de lever sa main droite vers le haut puis de la faire descendre rapidement jusqu’à ce que sa main frappe modérément la fesse droite de Mélanie. « Smack ».

Le son a résonné sur les murs du sous-sol alors que les hommes et Mélanie se sont figés sous le choc. « Annie, s’il te plaît, ne fais pas ça ». Mélanie a supplié. C’était plus embarrassant de recevoir une fessée que cela ne faisait mal.

« Abandonne et j’arrêterai. »

« Non. »

« Fessée ! » La main ouverte d’Annie a frappé plus fort sur l’autre joue de Mélanie. Les deux étaient bientôt rougeoyantes.

Mélanie était maintenant tellement humiliée et gênée d’être fessée de cette façon. Elle a réalisé que Bertrand pourrait voir sa chatte mais à ce moment-là, cela n’avait pas d’importance.

« OK…… » a-t-elle dit en passant la main sous elle pour remonter sa culotte.

« Je vais…… » Elle a remonté la culotte soyeuse juste au-dessus de son buisson et quand Annie a soulevé son corps, elle s’est rapidement retournée et s’est élancée vers le haut pour attraper une grosse poignée de cheveux brun foncé. Avant qu’Annie ne le sache, Mélanie a secoué sa tête vers le bas alors que le corps de la plus petite femme glissait par en dessous.

« TU AS ABANDONNÉ ! Annie a crié lorsque les jambes de Mélanie se sont verrouillées autour de sa tête. Elle était sur le point de mordre la cuisse de Mélanie lorsqu’elle a senti les dents de Mélanie s’enfoncer dans sa propre jambe juste au-dessus de son genou. « OUCH ! OH DIEU STOP ! »

« Je n’ai pas abandonné mais OK mais plus de morsure », sourit Mélanie. Elle a vu Annie essayer de bloquer sa tête mais l’a fait reculer avant qu’elle ne le fasse. Mélanie a jeté un coup d’œil en avant et a vu le devant du jean d’Annie. « C’est l’heure de la revanche », a-t-elle dit en riant avant de tirer sur le bouton-pression et de regarder la fermeture éclair s’ouvrir vers le bas, exposant la culotte lacée violette d’Annie.

« Mélanie pas le devant ». Annie a haleté. Mais cela n’a pas empêché Mélanie de tirer la culotte vers le bas jusqu’à ce que le haut du buisson brun foncé triangulaire taillé d’Annie apparaisse. Annie a tendu la main pour remonter sa culotte mais Mélanie l’a maintenue presque jusqu’à sa fente rose. « Arrête ou je vais tout montrer ».

« Mélanie ne le fait pas », a supplié Annie, le visage rouge de gêne et de rage. Elle avait aussi du mal à respirer avec les cuisses de Mélanie autour de son cou. « Je……. ne peux pas respirer. »

« Tire-les vers le bas », a souri Julien en espérant voir la douce chatte d’Annie mais lorsque Mélanie a détendu ses jambes pour laisser Annie respirer, elle a fait un mouvement brusque de la tête en arrière et l’a tordue ainsi que son corps.

Mélanie a essayé de tenir avec ses jambes mais n’a pas pu, alors quand Annie s’est retournée, sa main qui était enroulée sous la culotte d’Annie s’est aussi retournée. Quand Annie s’est déplacée sur le dessus, la main de Mélanie était maintenant posée contre son buisson et ses doigts appuyaient sur sa chatte. Pas seulement sa chatte mais une chatte très humide. Elle n’avait jamais touché le vagin d’une autre femme auparavant, alors c’était une première lorsque son majeur a séparé les lèvres humides et trouvé son clitoris relevé et palpitant. Heureusement, Annie était couchée sur sa main et les gars ne pouvaient pas voir.

« OH DIEU STOP ! » Annie a crié en sentant le plaisir venir d’en bas.

Mélanie a gloussé et a encore tripoté le petit clito. « Descends et j’arrête. »

« Qu’est-ce qu’elle fait ? » a demandé Bertrand en se penchant vers le bas pour essayer de voir où était la main de Mélanie.

« Ça ne te regarde pas », a gémi Annie en attrapant le poignet de Mélanie pour l’éloigner de son sexe mais cela n’a fait que pousser le doigt de Mélanie à plonger plus profondément là où seul Bertrand était allé auparavant. « OHHH ! »

Avec le corps d’Annie sur le sien, elle ne pouvait vraiment rien faire de plus que de toucher la chatte de son amie. Annie a dû lâcher le poignet de Mélanie et a pratiquement abandonné ses efforts pour l’arrêter. Il était évident qu’Annie voulait jouir. « Mélanie ne le fait pas ».

« Ne fais pas quoi ? » Julien a répété. « Ne fais pas quoi ? » Lui aussi s’est penché en avant pour le découvrir mais le ventre d’Annie était trop serré contre la main de Mélanie contre le sol.

« Merde…….. je crois que Mélanie la touche », haleta Bertrand. Sa bite était sur le point de s’arracher de l’avant de son jean. « Retourne-toi et laisse-nous voir ».

« Non », a dit Mélanie alors que son doigt faisait sa magie. Ce n’est que quelques secondes plus tard que le corps d’Annie s’est tendu. « Tu abandonnes ? » Elle a demandé en retirant ses doigts.

« Non……n’abandonne pas », a supplié Annie cette fois-ci pour continuer. Ce n’était plus un secret maintenant ce que Mélanie lui faisait.

« Abandonner ? » Mélanie a frotté et s’est retirée.

« NON ! » Annie a crié. Comme elle était tournée vers le bas, elle avait le levier pour pousser vers le haut jusqu’à ce que la main de Mélanie se désengage de sous son jean et sa culotte. Elle s’est rapidement retournée vers Mélanie jusqu’à ce qu’elle soit face à l’avant de la plus petite femme. Elle savait que les hommes pouvaient voir la ceinture violette de sa culotte mais s’en fichait.

« DÉGAGE ! » Mélanie a grogné. Elle a essayé de pousser sur les épaules d’Annie mais n’était pas assez forte pour la soulever. Le seul mouvement qu’elle avait était de donner un coup de pied vers l’extérieur, ce qui a fait descendre son jean jusqu’à ce que toute sa culotte soit découverte, mais heureusement elle était sous Annie. Après quelques minutes de poussée, elle était épuisée et trop faible pour empêcher Annie d’attraper ses poignets et de les repousser à côté de sa tête.

« Tu es finie alors abandonne », a gloussé Annie. Son corps était si vivant rien qu’en s’amusant avec Mélanie de cette façon.

« Je…n’abandonne…pas », a haleté Mélanie en essayant de reprendre son souffle et de trouver comment sortir de sous elle.

« OK alors je vais devoir faire ça », a souri Annie. Tout en continuant à maintenir le poignet de Mélanie, elle a fait glisser son corps et ses genoux vers le haut jusqu’à ce qu’elle soit assise sur le dessus du nombril de Mélanie. Elle savait que les hommes pouvaient voir tout le devant de la culotte de Mélanie qui était si basse qu’on pouvait voir le haut de son buisson doré.

« Bon sang », a haleté Bertrand lorsque sa culotte rose est apparue. De son angle, il pouvait voir les poils pubiens blonds et même le bord de la lèvre de la chatte de Mélanie.

« Annie, ils peuvent me voir », chuchota Mélanie en sentant l’air plus frais sur sa zone privée. Elle ne savait pas à quel point sa culotte était basse. Ses cuisses se sont rapidement rapprochées pour cacher toute vue sur sa fente humide.

« Tu abandonnes ? » Annie a chuchoté. Elle savait que Bertrand serait plus chaud que l’enfer au lit plus tard.

L’embarras de Mélanie s’est rapidement transformé en colère. Si Annie voulait jouer à la dure, alors elle le ferait aussi. Elle a complètement détendu ses bras et ses poignets jusqu’à ce qu’elle sente le poids d’Annie se soulever juste assez pour qu’elle puisse libérer ses mains d’un coup sec. Avant qu’Annie ne puisse réagir, Mélanie a tendu le bras et s’est accrochée au devant du chemisier d’Annie. Elle a tiré et a vu les boutons blancs nacrés s’envoler, puis le soutien-gorge violet à demi-buste assorti. Quelques secondes plus tard, elle a attrapé les bonnets du soutien-gorge et l’a écarté d’un coup sec.

« MON BRAS ! » Annie a crié en sentant les bonnets glisser loin de ses monticules fermes. Par réflexe, ses mains ont immédiatement recouvert ses tétons nus. Les hommes ne pouvaient pas les voir puisqu’ils étaient assis derrière elle.

Mélanie savait qu’elle avait l’avantage maintenant alors elle a poussé Annie et dès qu’elle a pu, elle a attrapé le haut du jean d’Annie et a tiré.

« STOP ! » Annie a crié. Elle a essayé de donner un coup de pied à Mélanie mais son jean descendait déjà sur sa culotte et ses cuisses. Lorsque Mélanie les a retirés, les pieds d’Annie se dressaient droit vers le haut.

« GO BABY ! ALLEZ BÉBÉ ! » a scandé Julien. Il pouvait voir l’obscurité du buisson d’Annie à travers la fine culotte violette et espérait en voir encore plus.

« C’est assez ! » a dit Annie qui ne portait plus que sa culotte. Elle a essayé de se redresser mais Mélanie l’a repoussée. « Bertrand, arrête ça s’il te plaît. »

« Si tu abandonnes, je dois 50 euros à Julien », a souri Bertrand. Lui aussi voulait en voir plus.

« Est-ce que tu réalises ce que tu dis ? » Annie a demandé.

« Oui bébé….no règles tu te souviens ? » répondit Bertrand.

« OK…. », elle a souri en se redressant et a lentement baissé les mains de ses seins nus et de ses tétons très durs et excités.

« Ne te plains pas plus tard ». Elle a jeté un coup d’œil à Mélanie qui était debout à côté d’elle, choquée. Avant que Mélanie ne puisse réagir, Annie a attrapé son jean et l’a baissé d’un coup sec sur ses hanches. Comme ils étaient encore fermés, la culotte est descendue aussi, montrant aux hommes son cul une fois de plus. Seule Annie pouvait voir la chatte nue.

« HEY ! » Mélanie a crié. Elle a essayé d’attraper le jean mais Annie avait une trop bonne prise. Finalement, elle a réussi à attraper la ceinture de la culotte et à la remonter alors que son jean lui tombait sur les genoux. Elle a essayé de se retourner et de courir en arrière mais le jean l’a fait tomber face contre terre sur le tapis moelleux.

Annie ne se souciait plus que Julien puisse voir ses seins car elle a de nouveau sauté sur le dos de Mélanie et s’est emparée de la culotte de la femme.

« Pas la culotte », a supplié Mélanie. Elle a réussi à s’agripper à la ceinture mais savait qu’Annie avait un meilleur effet de levier.

« OK mais le haut et le soutien-gorge s’enlèvent », a gloussé Annie.

Mélanie ne voulait pas perdre son haut et son soutien-gorge mais savait qu’elle n’avait pas le choix. « Marché conclu ». Elle a tiré la chemise par-dessus sa tête et, alors qu’elle était à plat ventre sur le sol, a relâché le fermoir du soutien-gorge dans le dos. Quelques secondes plus tard, elle ne portait elle aussi qu’une culotte mais les hommes ne pouvaient pas voir ses seins plus petits mais plus fermes.

Les deux hommes sont restés bouche bée en voyant leurs femmes en culotte seulement. C’était bien plus que ce qu’ils avaient espéré. Les deux avaient d’énormes érections alors qu’ils se penchaient en avant pour en voir plus.

« Retourne-toi », a ordonné Annie.

Mélanie a pris une grande inspiration et, tout en se tournant, a pris la main sur ses petits cônes. « Nous ferions mieux de nous arrêter. » Elle respirait profondément parce qu’elle était fatiguée mais aussi parce qu’elle était totalement excitée.

Annie était fièrement assise sur les cuisses de Mélanie et jetait un coup d’œil aux hommes qui avaient définitivement d’énormes érections. Elle a lentement attrapé le poignet de Mélanie et a tiré en s’attendant à une certaine résistance mais a réalisé que la femme voulait exposer ses petits seins et ses bouts de gomme très durs. Personne n’a dit un mot pendant près d’une minute pendant que les hommes et Annie examinaient les pics aux formes presque parfaites.

« Vous en avez assez, les gars ? a demandé Annie. Elle savait que si la culotte était enlevée, quelque chose d’encore plus grave pourrait se produire.

Les hommes avaient parlé d’un bon jeu mais n’étaient pas vraiment sûrs d’exposer la chatte de leur femme à un autre homme. Julien a regardé Bertrand. « Tu veux arrêter ça ? »

« Si nous le faisons, je ne me le pardonnerai jamais », a souri Bertrand. « Je dis que celui qui perd la culotte en premier est le perdant. »

Annie a levé les yeux au ciel. « Pourquoi ne pas faire monter les enchères ? »

Mélanie savait qu’elle était désavantagée d’être en bas de l’échelle. « Nous ne ferons pas monter les enchères si nous ne recommençons pas à égalité. »

« Bien, » Annie a souri. Elle s’est éloignée de Mélanie et lui a permis de se tenir debout à côté d’elle.

« Quels sont les nouveaux enjeux ? » Julien a demandé en espérant qu’ils s’impliquent.

« Celui qui perd sa culotte doit faire ce que le gagnant lui dit de faire », sourit Annie.

« WHOA ! » dit Mélanie rapidement. « Il doit y avoir des limites. »

« Poule mouillée ? » Annie a osé.

Mélanie a jeté un coup d’œil à son mari. « Donc si je perds, tu ne te soucieras pas que je fasse tout ce que dit Annie ? »

« Tu pourrais gagner », a souri Julien.

Mélanie lui a lancé un regard noir. « Très bien. »

« Et toi, chéri ? » Annie a demandé à Bertrand. « Si je perds, cela signifie que je dois faire tout ce que Mélanie me dit. »

Julien a réfléchi pendant une seconde. « Vas-y. »

« Pas de règles sauf qu’il ne faut pas mordre, griffer ou frapper », a dit Mélanie en reculant et en remontant sa culotte sur ses hanches, sachant que d’autres pubis blonds s’échappaient en dessous.

« C’est parti », a dit Annie en se déplaçant vers l’autre côté de la pièce. « Prête ? »

« Oui », a répondu Mélanie en s’accroupissant avec ses deux mains sorties pour pousser ou attraper. Elle a fait un tour vers la droite pendant qu’Annie faisait de même. Deux fois, elles ont fait le tour de la pièce sans se toucher jusqu’à ce qu’Annie s’élance en avant et essaie d’attraper la ceinture de Mélanie. Mais Mélanie a été plus rapide et a sauté sur le côté tout en enroulant ses doigts dans la culotte d’Annie. Elle a réussi à faire descendre un côté jusqu’à mi-cuisse avant qu’Annie ne se torde suffisamment pour se retirer.

Les hommes ont pu voir la majeure partie de l’épaisse touffe sombre d’Annie avant qu’elle ne la recouvre à nouveau. Annie s’est à nouveau élancée et Mélanie s’est à nouveau éclipsée.

Mélanie a décidé d’attendre le mouvement d’Annie car cela lui permettait de contre-attaquer. Alors qu’Annie l’encerclait de droite à gauche, Mélanie s’est retrouvée coincée dans le coin. Mélanie pensait qu’elle était fichue jusqu’à ce qu’Annie tombe à genoux et saute en avant pour attraper les hanches de Mélanie. Leur poids commun a fait tomber Annie en arrière sur le dos, Mélanie étant maintenant sur elle. Annie a attrapé la ceinture arrière et a fait descendre la culotte violette d’un coup sec jusqu’à ce que le joli petit cul de Mélanie soit à nouveau exposé.

« SHIT ! » Mélanie a haleté en sentant sa culotte descendre jusqu’à mi-cuisse. Elle savait qu’elle devait se tourner pour arrêter Annie.

Les bras d’Annie ne pouvaient plus pousser, alors quand Mélanie a dégringolé sur le côté, elle a senti que sa propre culotte descendait.

Bertrand a failli tomber du canapé lorsque la chatte scintillante de Mélanie a été visible pour la première fois. Comme elle était recouverte de légers et fins poils dorés, la fente rose et les lèvres extérieures étaient facilement visibles. Il savait que la culotte de sa femme descendait aussi, mais il ne pouvait pas détacher ses yeux de la fente féminine de Mélanie.

Annie a essayé de pousser plus bas mais les bras de Mélanie en travers de son propre corps l’en ont empêché. Elle savait que sa chatte était maintenant visible mais cela n’avait plus vraiment d’importance. Lorsque Mélanie a tiré vers le bas, Annie a rapidement suivi la même direction. Cela a permis de garder sa culotte en place tandis que celle de Mélanie tombait plus bas sur les genoux.

« Je t’ai presque eue », glousse Annie. Elle s’est retournée sur ses genoux et s’est mise en position de levrette alors qu’elle poussait vers le bas sur la culotte violette.

« Putain », a dit Julien doucement lorsque le cul et la chatte d’Annie se sont ouverts à sa vue. Son monticule était plein et épais mais pas assez pour couvrir les lèvres très humides et dégoulinantes de sa chatte.

Mélanie a rapidement croisé ses jambes, ce qui a empêché sa culotte de bouger davantage. Elle a ensuite tendu la main vers l’arrière et tiré les cheveux d’Annie jusqu’à ce que la plus grande femme laisse partir sa culotte. Alors qu’Annie est tombée en avant sur le front, Mélanie s’est précipitée sur son corps jusqu’à ce que son visage soit sur les plus grosses fesses roses d’Annie.

« Je ne peux plus en supporter beaucoup », a chuchoté Bertrand à son copain. Les femmes se sont retournées presque dans une position classique de 69.

Le fait d’être en bas était un désavantage car la culotte d’Annie était aussi tirée jusqu’à ses genoux. Lorsque Mélanie a essayé de les pousser plus bas, Annie s’est tordue sur le côté et s’est tournée. Elles étaient côte à côte, leurs mentons appuyant sur l’entrejambe humide et poilu de l’autre.

Mélanie a senti l’humidité d’Annie sur son menton et sa lèvre inférieure lorsqu’elle a tendu la main vers le haut pour pousser la culotte plus bas sur les mollets d’Annie. Elle a réussi à garder ses jambes tordues l’une contre l’autre pour empêcher les siennes de bouger et a réussi à enlever la culotte du pied gauche d’Annie lorsque la femme a poussé en arrière et a essayé de s’éloigner en rampant. Elle a attrapé le pied sans la culotte et a tiré jusqu’à ce qu’Annie se retourne et glisse vers elle.

Annie était à plat sur le dos, les jambes ouvertes, sachant que les hommes pouvaient tout voir. Elle a poussé son pied avec la culotte encore attachée sur le côté pour l’éloigner de l’emprise de Mélanie.

Même Julien n’avait jamais vu la chatte de sa femme aussi ouverte et exposée. Il pouvait voir ses lèvres intérieures et son clitoris gonflé et le regard sur son visage était celui d’une passion sauvage déchaînée.

« N’abandonne pas », a supplié Julien. Il voulait que Mélanie perde.

Annie a réussi tant bien que mal à continuer à balancer ses jambes sur le côté jusqu’à ce que son autre pied soit libéré par Mélanie. Une fois qu’ils étaient ensemble, elle a attrapé la culotte et l’a remontée le long de son corps jusqu’à ses genoux avant que Mélanie ne saute à nouveau sur elle. Les deux ensembles de culottes étaient à mi-cuisse lorsque les deux femmes ont roulé sur elles-mêmes jusqu’à ce qu’Annie soit sur le dessus.

Mélanie a essayé de se glisser dehors mais a trouvé les cuisses d’Annie de chaque côté de sa tête. Elle a de nouveau poussé sur la culotte au-dessus de sa tête et a réussi à l’amener aux chevilles d’Annie quand elle a senti sa propre culotte glisser rapidement vers le bas. Avec une grande poussée, la culotte d’Annie a quitté ses pieds à peu près en même temps que celle de Mélanie. Elles ont tenu la culotte de l’autre vers le haut en se tournant vers le haut.

« JE GAGNE ! » Elles ont dit en même temps.

Bien que les hommes aient vu les chattes et les seins des deux femmes, c’était la première fois qu’ils les voyaient complètement nues.

Les femmes se sont redressées et se sont souri. « Je suppose que nous avons toutes les deux gagné », a gloussé Annie.

« Et nous avons toutes les deux perdu », a répondu Mélanie en gloussant. « Cela signifie donc que tu dois faire ce que je dis et que je dois faire ce que tu dis. »

Julien et Bertrand sont restés sans voix pendant que les deux femmes chuchotaient de part et d’autre.

« Tu es sûre ? » Annie a chuchoté à Mélanie après avoir entendu sa proposition.

« Oui, puisque nous sommes allés si loin, autant aller jusqu’au bout », a murmuré Mélanie en retour.

« Je pense qu’elles ne préparent rien de bon », dit Julien nerveusement alors que les deux femmes nues rampent jusqu’à leurs jambes. Il a regardé les seins d’Annie qui se pressaient contre ses genoux.

« Eh bien, les garçons, vous nous avez bien regardés, alors nous pensons que c’est notre tour », a souri Mélanie en poussant les jambes de Bertrand.

« Merde », dit Bertrand en regardant les doigts de sa femme remonter le long des cuisses de son copain jusqu’à ce qu’ils trouvent le bouton-pression de son jean. Les deux hommes ont regardé ceux d’Annie faire de même avec Julien jusqu’à ce que le jean soit ouvert et les fermetures éclair abaissées.

« Tu vois, nous n’avons jamais vu ou touché un autre homme avant », a dit Mélanie avant de descendre dans la braguette du boxer de Bertrand et de trouver la tige rose et dure qui attendait son contact. Elle a sorti sa bite de six pouces et a attendu qu’Annie sorte celle de Julien qui lui correspondait.

« Ils se ressemblent vraiment », a gloussé Annie. Elle a déplacé sa main de haut en bas et a vu les gouttelettes de pré-cum se former sur le dessus.

« Je pense que Bertrand est un peu plus épais », a gloussé Mélanie tout en branlant un autre homme pour la première fois.

« Peut-être », dit Annie. « Mais Julien a une plus grosse tête. » Elle a frotté les gouttelettes tout autour de la couronne gonflée et maintenant rouge foncé.

Julien a tourné la tête et a souri à son copain. Les choses étaient devenues bien meilleures que ce qu’ils avaient imaginé. « Qui aurait cru qu’ils nous branleraient ? »

« Pas moi », sourit Bertrand.

« Oh, on ne va pas te branler », sourit Annie. Elle a regardé Mélanie et lui a fait un clin d’œil avant qu’ils ne s’avancent et lèchent les bouts collants.

« OH FUCK ! » Julien a crié quand les lèvres d’Annie se sont ouvertes et ont englouti toute la tête.

Bertrand aussi était perdu pendant que la bouche d’une autre femme encerclait sa queue et en avalait presque la moitié.

Après environ une minute de sexe oral lent et agréable, les femmes se sont retirées et se sont levées à leurs pieds.

« Hé, tu vas nous laisser comme ça ? » Julien a gémi. Les deux têtes de bite pointaient droit vers eux.

« Qu’est-ce que tu en penses ? » Annie a demandé à Mélanie avec un sourire narquois.

« Je pense que nous devrions d’abord leur demander », a répondu Mélanie.

« Quoi ? » demanda Julien avec impatience.

« Chérie, ça te dérange si je baise Bertrand ? » demanda Mélanie sérieusement.

« Chérie, ça te dérange si je baise Julien ? » dit Annie en essayant de ne pas sourire.

Julien a regardé Bertrand. « Qu’en penses-tu ? »

« Je ne sais pas. Cela pourrait changer les choses entre nous, » dit Bertrand sérieusement.

Annie a pris la main de Mélanie et s’est dirigée vers le milieu de l’étage. « Si tu prends une décision, fais-le nous savoir ». Ils se sont mis sur le dos et ont ouvert leurs cuisses.

Les hommes ont essayé de tenir plus longtemps mais leurs bites ont vite pris le dessus. « OK, allons-y. » Julien a souri en se déplaçant entre les cuisses d’Annie et en dirigeant son bout dur vers sa fête de bienvenue.

Annie a pris la main de Mélanie dans la sienne lorsque les hommes ont lentement envahi ses profondeurs chaudes. Après que les deux aient touché le fond, les hommes se sont lentement retirés puis ont lentement repoussé à l’intérieur.

« Ohhh, » gémit Annie quand la queue dure a poussé et tiré en arrière encore et encore. Ses mains ont pris les fesses dures de Julien et l’ont aidé à déterminer la vitesse dont elle avait besoin. Leurs lèvres se sont ouvertes et leurs langues ont frôlé une autre bouche pour la première fois depuis qu’ils avaient rencontré leurs conjoints.

« OH MON DIEU, ÇA FAIT TELLEMENT……OH……..YES ! » Mélanie a crié.

Annie est restée silencieuse pendant que Julien la baisait lentement et méthodiquement comme elle n’avait jamais été baisée auparavant.

« AH ! AH ! AH ! » Mélanie a crié.

« Jésus, tu ne m’avais pas dit qu’elle était si bruyante », a dit Bertrand en riant à Julien.

« Oui, elle s’emporte quand elle jouit », sourit Julien.

Annie a tiré la tête et l’oreille de Julien jusqu’à ses lèvres. En la suçant, elle a chuchoté : « Donne-moi ta queue. Remplis ma chatte. » Elle a grignoté et a senti un frémissement dans tout son corps.

Mélanie a continué à crier et Annie à murmurer des mots méchants jusqu’à ce qu’elles soient toutes prêtes à jouir. « Je me rapproche », a gémi Julien en regardant Bertrand.

« Moi aussi », a haleté Bertrand. Son visage était rouge vif et des veines ressortaient sur son front.

« PLUS VITE ! FUCK ME ! » La petite Mélanie a crié.

Les corps se sont entrechoqués plus fort et plus vite jusqu’à ce qu’ils jouissent tous en même temps.

« J’ÉCUME ! » Mélanie a crié. Les autres ont fait de même mais beaucoup plus silencieusement.

*****

Il s’est écoulé dix minutes entières avant qu’aucun d’entre eux ne bouge ou n’émette un son. La réalisation de ce qui vient de se passer a saturé leurs pensées et leurs peurs. Ils étaient non seulement inquiets pour leurs amitiés mais aussi pour savoir si leur mariage pouvait survivre à une telle démonstration de luxure.

« Wow ! » a dit Julien pour rompre le silence. Depuis quelques minutes, il ne cessait de jeter un coup d’œil aux seins fermes et aux abdos plats d’Annie. Il pouvait sentir qu’il bandait à nouveau et s’est rapidement retourné sur le ventre.

Bertrand s’est allongé à côté de Mélanie qui était à côté d’Annie. Il n’a pas essayé de cacher son excitation croissante pour le deuxième round.

« Mon Dieu, regarde-toi », s’exclame Annie en voyant son mari à nouveau dur en si peu de temps. « Tu ne récupères jamais aussi vite avec moi. »

« Et toi Julien ? » Mélanie a gloussé en voyant son mari allongé face contre terre dans le tapis. « Est-ce que tu bandes aussi ? »

Annie s’est retournée et a serpenté sa main sous Julien jusqu’à ce qu’elle s’agrippe à son membre dur. « Oh oui…… il est dur comme le roc. »

« Eh bien, nous ne devrions pas les gaspiller », glousse Mélanie. Elle a vu Bertrand bouger pour la monter à nouveau mais elle l’a repoussé et s’est mise à cheval sur ses hanches. « Cette fois, c’est vous qui avez le sol dur ».

La deuxième fois était beaucoup plus contrôlée et avec plus de caresses et de baisers. Leurs mains ont pris leur temps pour explorer et frotter jusqu’à ce que les quatre soient à nouveau prêts à éclater.

Le mamelon droit d’Annie était profondément enfoncé dans la bouche de Julien lorsqu’elle a de nouveau entendu les vocalises de Mélanie.

« AH…..YOU BEAST ! BAISE-MOI BORDEL !!!

Annie a gloussé et a déplacé son autre téton vers la langue de Julien. « Tu es prêt ? » Julien a hoché la tête et ses hanches ont bougé de plus en plus vite jusqu’à ce qu’il s’agrippe à ses fesses. « ARGGHH ! »

« OH JOE ! » Les cris d’Annie ont dominé même ceux de Mélanie.

Bertrand a aidé en levant et baissant ses hanches jusqu’à ce que les yeux de Mélanie roulent dans leurs orbites et que sa bouche s’ouvre en grand. « J’ÉCUME ! »

« MOI AUSSI », a crié Bertrand.

*****

Il a fallu vingt minutes cette fois pour que les deux hommes récupèrent suffisamment pour se déplacer vers le canapé et s’asseoir avec leurs nouilles molles qui pendaient entre leurs cuisses. Les deux femmes étaient face contre terre, leurs fesses roses exposées. « Ça ne peut pas être mieux que ça », sourit Julien.

« C’est vrai », sourit Bertrand. « Mais je m’interrogeais sur Elsie et Thierry. »

Annie a réussi à se retourner et à regarder son mari. « Tu plaisantes, n’est-ce pas ? »

« Le jeune couple en bas de la rue ? » Mélanie a demandé avant de se retourner elle aussi. « Ils ne sont mariés que depuis un an environ. »

« Je sais », sourit Bertrand.

« Merde, est-ce qu’elle a déjà vingt ans ? » Annie a demandé.

« Qui s’en soucie ? » demanda Julien, qui se lançait maintenant dans la suggestion de son copain.

« Nous ne sommes pas assez nombreux pour vous deux ? » Mélanie a demandé en ouvrant lentement ses jambes, montrant les lèvres humides de sa chatte et une partie du sperme de Bertrand qui coulait à l’intérieur.

Les deux hommes se sont soudainement tus alors qu’Annie faisait de même. « Tu sais que Thierry a une très belle carrure ».

« Elle ne voudra jamais se battre avec nous », sourit Mélanie. Elle pouvait voir les bites des hommes commencer à nouveau à monter rien qu’à l’idée de voir la mignonne jeune femme nue.

« Il n’y a pas de mal à essayer », dit Julien. Sa main a trouvé son pénis semi-dur et a commencé à le caresser lentement. Bertrand a vu Julien le faire et a commencé à se libérer lui-même.

Aucune des deux femmes n’avait vu leurs maris se masturber auparavant et cela a éveillé leur intérêt. C’est Annie qui s’est penchée la première pour frotter son clitoris encore palpitant. Mélanie a gloussé et a rapidement rejoint les autres.

« Elle est un peu potelée », a chuchoté Annie. « Elle a probablement encore les hanches et les cuisses de bébé gras ».

« Et de jolis seins », ajouta Julien. Sa main se caressait plus rapidement.

« Thierry a un beau cul dur », gloussa Mélanie. Trois de ses doigts étaient en train de percer sa féminité.

« Je me demande quelle est la taille de sa bite », dit Annie les yeux fermés.

Mon Dieu, qu’avons-nous fait ? chuchota Bertrand à Julien pendant qu’ils regardaient leurs femmes se doigter.

« Je ne sais pas mais je ne me plains pas », a rigolé Julien.

*****

« Mais nous ne les connaissons pas vraiment bien », a dit Thierry à sa femme quand elle lui a dit qu’ils étaient invités chez Annie samedi soir. « En plus, ils ont au moins dix ans de plus que nous. »

« Eh bien, j’en ai assez de traîner avec tes copains qui ne veulent que boire de la bière et jouer au poker », a dit Elsie. « Qui sait, ils pourraient être très amusants. »

« J’en doute. »

« Eh bien je vais y aller alors j’espère que tu viendras avec moi », grogna Elsie.

*****

« Comment allons-nous entrer dans la lutte ? » Annie a demandé pendant qu’ils regardaient tous par la grande baie vitrée pour voir si le jeune couple allait venir.

« Après quelques verres, nous pourrons faire quelques allusions pour voir si elle est partante », répondit Bertrand.

« Hé, la voilà qui arrive mais elle est toute seule », chuchota Julien.

« C’est encore mieux », sourit Bertrand.

« Pour vous deux peut-être », dit Annie déçue.

« Mais si nous la rendons accro, ce sera plus facile de l’avoir plus tard », sourit Mélanie. Mélanie avait vraiment aimé toucher Annie la dernière fois et avait en fait hâte de toucher la jeune femme.

Elles sont retournées dans la maison et Annie a attendu près de la porte d’entrée pour laisser entrer Elsie. « Salut, où est ton mari ? »

« Je pense qu’il passera peut-être plus tard », a répondu la jeune femme. « Mais il pourrait même ne pas venir du tout ».

« Qu’il aille au diable », a souri Annie. « Entre. Les autres sont au sous-sol. »

Annie a conduit Elsie dans les escaliers du sous-sol et a souri car la femme avait porté une jupe courte en jean. Mélanie et elle s’étaient mises d’accord pour porter aussi une jupe afin de pouvoir montrer plus facilement la chair et se déshabiller. « Tu connais tout le monde, n’est-ce pas ? »

Elsie a regardé les deux hommes plus âgés qu’elle avait trouvés plutôt beaux et en bonne forme pour leur âge. « Julien et Bertrand, c’est ça ? »

« Salut », ont-ils tous les deux dit en essayant de ne pas fixer ses seins gonflés et ses hanches rondes.

« Salut Elsie », a souri Mélanie. « Nous avons déjà un verre de vin pour toi ».

Elsie s’est assise sur une chaise en face du canapé et a pris soin de ne pas laisser les hommes jeter un coup d’œil sous sa jupe. « Je ne bois pas beaucoup. » Elle a pris le vin et l’a légèrement siroté.

Pendant les trente minutes suivantes, ils ont appris qu’Elsie venait d’une petite ville du Midwest et avait fréquenté une toute petite université. Elle avait rencontré Thierry lors d’un match de football universitaire et avait commencé à enseigner en première année l’année dernière.

Même Mélanie observait les lèvres douces et pleines d’Elsie et ses grands yeux ronds et noisette. Elle a réalisé que la femme n’était pas vraiment grosse du tout mais semblait être ferme et solide. Après le premier verre de vin, Elsie s’est détendue et a perdu la trace de sa jupe et de ses jambes. De son angle, Mélanie pouvait voir la dentelle blanche de sa culotte après quelques mouvements pour ramasser son verre sur la table latérale.

« Alors, que faites-vous pour vous amuser ? » Elsie a demandé en se demandant si elles allaient jouer à Trival Pursuit ou autre.

Annie a regardé les autres. « Nous jouons à des jeux de société mais la plupart du temps, le samedi soir, les gars regardent le catch et Mélanie et moi, nous bavardons. »

« Thierry aime aussi le catch mais je pense que c’est un gros trucage », a souri Elsie. Le deuxième verre de vin était presque terminé et elle ressentait un léger buzz. Son corps s’était maintenant relâché sur la chaise et sa jupe était dangereusement montée sur ses cuisses bronzées et musclées.

« As-tu déjà essayé ? » Mélanie a demandé.

« Lutter quoi ? » Elsie a demandé avec un sourire en coin. « N’importe qui peut simuler un combat de catch ». Elle a terminé son deuxième verre et a regardé Bertrand le remplir rapidement jusqu’en haut.

« Tu veux essayer ? » Annie a demandé doucement, ne voulant pas l’effrayer.

« Avec toi ? » Elsie a gloussé. Bien qu’Annie soit plus grande, Elsie la dépassait d’au moins cinq kilos. Elle a baissé les yeux sur sa jupe et l’a fait descendre vers ses genoux. « Je ne pense pas que nous soyons habillées pour ça. »

« C’est normal d’avoir peur », a gloussé Annie. Bertrand, Julien et Mélanie ont également ri, ce qui a semblé énerver Elsie.

« Je ne pense pas avoir peur. Je me battais beaucoup avec mes frères en grandissant », sourit Elsie. Elle se souvenait qu’ils avaient dû arrêter une fois que ses seins avaient commencé à pousser.

« OK, je te défie de faire de la lutte avec Mélanie et moi », a osé Annie.

Elsie a de nouveau ri mais avec nervosité cette fois. « Vous plaisantez, n’est-ce pas ? »

Elles ont toutes souri.

« Je euh… dois appeler mon mari », dit Elsie en plongeant la main dans son sac pour prendre son téléphone portable. Les regards des quatre voisins commençaient à la contrarier et elle voulait que son mari soit avec elle. Elle a appuyé sur le numéro de composition rapide et il a décroché.

« Bonjour. »

« C’est moi…… tu viens ou pas ? »

« Elsie, je t’ai dit que je restais à la maison. »

« Tu risques de passer à côté de beaucoup de plaisir », dit-elle en réalisant que regarder trois femmes lutter en jupes courtes serait le rêve de tout homme.

« Je pense que je vais passer sur l’amusement », a-t-il dit en riant. « En plus, il y a un match de foot à la télé. »

« Bien, regarde ton match de foot », dit Elsie avant de refermer le téléphone. « Il ne viendra pas. » Elle a regardé Bertrand. « Je peux avoir un autre verre de vin ? ».

Tout le monde est resté assis et silencieux pendant qu’Elsie engloutissait le verre entier. Elle a posé le vide sur la table et a dégluti. « Alors, où est-ce que nous luttons ? »

Bertrand et Julien se sont levés en un éclair pour dégager le centre de la pièce sur le tapis moelleux. Pendant ce temps, Annie a expliqué les règles à Elsie. « Pas de morsure, de griffure ou de coup de poing ».

« C’est juste de la lutte amicale, n’est-ce pas ? » Elsie a demandé, maintenant inquiète, quand elle a entendu les règles. « Comment saurons-nous qui gagne puisque nous sommes trois ? »

« Oh oui, le gagnant reçoit 50 $ des deux perdants. Si tu perds, tu peux payer une autre fois. Si tu dis que tu abandonnes, alors tu perds. Le dernier debout est le gagnant. » Annie a souri.

Elsie ne voulait pas perdre 50 $ mais elle savait qu’elle était plus jeune et probablement beaucoup plus forte que les deux femmes plus âgées. De plus, elle commençait à être excitée rien qu’en sachant que les hommes verraient probablement sa culotte à certains moments. « Laisse-moi enlever mes bijoux ». Elle ne voulait pas qu’ils cassent son collier ou son bracelet en or.

Les trois femmes se sont dirigées vers le centre de l’étage et se sont serrées la main avant de reculer. Elsie a suivi les indications d’Annie et Mélanie et s’est accroupie, les mains tendues pour se protéger. Elle a gloussé en pensant que c’était juste pour s’amuser et qu’après quelques minutes, elles arrêteraient.

Bertrand a donné une claque à Julien sur sa jambe et les deux se sont assis en sachant que Mélanie et Annie allaient se liguer contre Elsie.

Annie a décidé de sauter sur Mélanie en premier et quand elles sont tombées au sol, elle a senti Elsie sur son dos. Les seins fermes ont poussé dans le haut de ses épaules alors qu’elle attrapait le bras de Mélanie et le tordait derrière elle. Ce que les gars ne savaient pas, c’est que Mélanie et Annie voulaient toutes les deux gagner les 100 $.

« Aïe ! » Mélanie a gémi. « Ça fait mal. »

Le sourire d’Annie est devenu sérieux quand Elsie a attrapé son poignet et l’a retiré du bras de Mélanie. Elle a alors réalisé à quel point la jeune femme était forte.

Julien et Bertrand se sont tous deux penchés pour avoir un meilleur angle sous la jupe d’Elsie. Alors qu’Annie essayait de se tourner pour faire descendre Elsie de son dos, la jupe de la jeune femme a grimpé le long de sa cuisse jusqu’à ce que les hommes voient le bas de ses fesses roses, ce qui signifie qu’elle portait probablement un string.

Elsie a tiré sur Annie jusqu’à ce qu’elle tombe en arrière sur le dos. Rapidement, Elsie s’est mise à cheval sur sa taille et a poussé ses mains au-dessus de sa tête. Elle a souri à la femme plus âgée pour lui faire savoir qui était la patronne. C’est alors que le corps de Mélanie a volé sur le côté, faisant tomber Elsie d’Annie et sur le côté. La jupe en jean s’est à nouveau soulevée, mais cette fois par-dessus sa petite culotte blanche lacée. Alors qu’elles s’écrasaient l’une contre l’autre, la main droite de Mélanie a attrapé et pressé doucement le sein gauche d’Elsie.

« Hé », a dit Elsie en se plaignant d’être molestée. Alors qu’elle essayait de faire descendre Mélanie de son sein, elle a senti qu’Annie dézippait sa jupe. « STOP ! » Elle a réalisé que ces femmes n’allaient pas seulement la tripoter, mais qu’elles avaient l’intention de la déshabiller. Elle s’est tordue pour repousser la main d’Annie et a senti sa jupe s’ouvrir. Annie a gloussé en tirant la jupe jusqu’à mi-cuisse.

« C’est allé assez loin ! » Elsie a dit en regardant l’étalage blanc de sa fesse droite et du haut de sa cuisse.

« Abandonne et éloigne-toi », a souri Annie. « N’oublie pas d’envoyer les 50 $. »

« Comme l’enfer je le ferai », a grogné Elsie. Elle a attrapé la jupe et l’a maintenue en place tout en saisissant le bras d’Annie et en la tirant vers le bas sur elle. Leurs jambes se sont entrecroisées, ce qui a fait que leurs chattes couvertes de culottes se sont pressées l’une contre l’autre. Soudain, Elsie ne s’est pas souciée de ce que les hommes voyaient. Elle voulait maintenant gagner le combat de lutte. Alors qu’elle poussait et s’agrippait pour que les mains d’Annie s’immobilisent, elle a de nouveau senti les mains de Mélanie toucher sa poitrine. Elle a réalisé à quel point c’était bon lorsqu’elle s’est tournée vers la femme plus petite. « Ne fais pas ça…….. s’il te plaît. »

Mélanie a gloussé et a tiré sur le devant de la chemise à col en V. Elle s’est mise à rire. Quelques secondes plus tard, sa petite main a glissé sous le haut. En un tour de main, sa main s’est engouffrée sous le bonnet du soutien-gorge et a recouvert le long mamelon nu et dur. Alors qu’elle taquinait et jouait avec le bout dur, elle a entendu un petit gémissement s’échapper des lèvres d’Elsie.

« C’est……..c’est pas…..fair », a gémi la jeune femme. Alors que son corps se détendait, Annie l’a poussée vers le haut et a glissé de dessous elle. Elle a vu la main de Mélanie descendre le long de la chemise d’Elsie et a attrapé le bas de la chemise. En la remontant d’un coup sec, Mélanie a retiré sa main et la chemise était à l’envers, couvrant les bras, la tête et le visage d’Elsie.

« OH DIEU ! » Elsie a crié en sachant que les hommes pouvaient voir son soutien-gorge en dentelle blanche presque transparent et ses tétons foncés. Elle a essayé de dégager ses mains mais la chemise s’est tordue pour les emprisonner.

« Putain regarde ça », a chuchoté Julien à Bertrand. Leurs femmes étaient allongées des deux côtés d’Elsie qui était sur le dos avec ses tétons couverts de soutien-gorge exposés ainsi que son string blanc.

Le vin et l’excitation étaient trop forts pour Elsie. Le sexe avait toujours été planifié et contrôlé par elle. Être exposée comme ça pendant que Mélanie continuait à la toucher mettait son corps et sa chatte en feu. Lorsque Mélanie s’est baissée pour enlever sa culotte, Elsie a enroulé sa cuisse musclée autour de la petite femme et l’a serrée. « Tu aimes ça ? » Elsie a gloussé. Elle a ensuite tordu son corps juste assez pour libérer une main et s’est agrippée au chemisier d’Annie. En tirant, elle l’a entendu se déchirer.

Mélanie a essayé de se libérer mais la femme était trop forte. Elle a appuyé sur les cuisses épaisses puis a glissé ses petits doigts entre elles jusqu’à toucher l’entrejambe humide d’Elsie. Son pouce a appuyé sur les lèvres gonflées couvertes d’humidité jusqu’à ce qu’elle trouve le clitoris gonflé.

« OHHH ! » Elsie a gémi. Elle a agité sa main libre pour retenir Annie mais n’a rien pu faire pour empêcher Mélanie de la doigter. Jamais elle n’avait pensé que le toucher d’une autre femme serait si chaud. Alors que les doigts de Mélanie essayaient de passer sous le côté élastique, Elsie a réussi à atteindre le bas et à l’arrêter. « Ne…….not that ». Elle a alors réalisé que les hommes pouvaient voir les touchers de Mélanie et l’obscurité de ses poils pubiens taillés.

Annie a bougé ses mains libres et a rapidement tiré les bonnets du soutien-gorge vers le bas et hors des monticules roses. Elle a regardé dans les yeux d’Elsie et a vu la passion et le besoin de satisfaction.

Elsie a relâché la main de Mélanie et a laissé le majeur serpenter sous son string jusqu’à ce qu’il touche les lèvres chaudes et humides de sa chatte, puis dans son trou dévergondé. Elle ne voulait pas empêcher les lèvres d’Annie de tomber pour trouver et sucer son mamelon droit. « Oh, qu’est-ce que vous…deux me faites…à moi ? »

Les deux hommes voulaient tellement rejoindre leurs femmes mais ne voulaient pas faire fuir la jeune femme. Le simple fait de voir leurs femmes la toucher et l’embrasser était suffisant pour les amener au bord du gouffre. Ils ont presque atteint l’orgasme lorsque Mélanie est sortie des cuisses d’Elsie et a tiré sur le string blanc. Leurs yeux n’ont pas quitté l’entrejambe blanc qui s’est transformé en lèvres de chatte rasées avec une minuscule houppette de poils pubiens sombres reposant sur le dessus.

« Tu abandonnes ? » Mélanie a gloussé en retirant la culotte et en la jetant de côté.

« Non….jamais », a souri Elsie. Tout ce que Mélanie voulait lui faire était OK. Elle a tendu la main vers la tête de la petite femme qui s’est enroulée entre ses cuisses ouvertes pour l’aider à la guider là où elles voulaient toutes les deux que ses lèvres soient.

Annie a jeté un coup d’œil pour voir ce que Mélanie faisait et a reculé quand elle a vu la langue de Mélanie lécher de haut en bas la fente scintillante de la femme. Elle avait fait des bêtises avec Mélanie la semaine dernière pendant le catch mais là, c’était bien plus que des bêtises.

« Merde, elle se suce la chatte », a chuchoté Julien.

Les yeux d’Elsie se sont fermés et elle s’est concentrée sur la petite langue inexpérimentée qui léchait son besoin de haut en bas. Elle a pensé à son mari qui regardait le football et a souri.

Julien et Bertrand se sont rapidement déshabillés et se sont installés sur le sol en espérant pouvoir se joindre au plaisir. Lorsque Julien a touché la cuisse d’Elsie, Mélanie s’est éloignée. « Qu’est-ce que vous faites ? »

« Nous euh…pensions que tu…savais. » Joes a bégayé.

Les yeux d’Elsie se sont ouverts et ont vu les deux hommes nus et ce qu’ils offraient entre leurs cuisses. « Non…….Je ne peux pas ! » Elle a repoussé Mélanie et a retiré les lèvres d’Annie de ses seins. « C’est mal ! »

« Non attends ! » dit Mélanie en essayant de calmer Elsie. « Ils vont nous laisser tranquilles. »

Mais Elsie était sortie de sa transe et a sauté sur ses genoux pour trouver sa culotte. Elle s’est levée et l’a remontée pour couvrir sa chatte alors qu’elles levaient toutes les yeux au ciel. « Je……. dois rentrer… à la maison. »

Ils l’ont regardée réparer ses vêtements et monter les escaliers. « Merci Julien », grogne Mélanie. « Nous l’avons presque eue mais il fallait que tu agites ça devant elle. » Mélanie a donné une tape sur la fusée encore dure de Julien.

« Qu’est-ce que c’était que ce……kissing sa chatte ? » Julien a demandé. « Je pensais qu’elle allait être à nous. »

« Hé, calme-toi », a souri Bertrand. « Nous pouvons encore nous amuser. » Il s’est ensuite déplacé derrière Mélanie et a enfoncé sa tige dure dans son petit cul.

« Oublie ça », grogne Mélanie. « Je pense que le plaisir est terminé pour ce soir. » Elle s’est aussi levée et s’est précipitée dans les escaliers.

Bertrand a tendu la main vers sa femme mais elle aussi s’est empressée de calmer Mélanie.

« Ne me regarde pas », dit rapidement Julien.

*****

Thierry était tellement impliqué dans son match de football qu’il n’a pas entendu ni vu sa femme entrer dans la maison. Il a ramassé sa bière et a repoussé le fauteuil inclinable. La vie était belle.

Elsie était encore en feu lorsqu’elle a fermé la porte de la chambre principale et s’est empressée d’entrer dans l’eau fraîche de la douche. L’alcool s’était à peu près dissipé alors son esprit était alerte à propos de ce qu’elle venait de faire avec ses voisins. Alors qu’elle savonnait sa nudité, elle s’est rappelée combien les doigts de Mélanie étaient doux et agréables sur son corps et combien les lèvres d’Annie étaient chaudes sur ses tétons. Elle se souvenait aussi que les bites des deux hommes étaient belles et dures et que même si elles étaient plus courtes que celles de Thierry, au moins ils voulaient la baiser. Cela faisait un moment que celle de Thierry n’avait pas ressenti la même chose.

Son coude gauche s’appuyait contre le mur tandis qu’elle frottait sur son clitoris brûlant puis se doigtait profondément à l’intérieur. Elle voulait dire à Thierry ce qui s’était passé pour l’intéresser mais elle avait peur.

*****

C’était lundi matin lorsque Mélanie a décidé de rendre visite à Elsie. C’était un jour de congé pour l’école alors elle savait qu’Elsie était chez elle. Après un bain chaud, elle a enfilé son short en coton et un tee-shirt et s’est dirigée vers la rue. Elle a sonné la cloche et a attendu.

Elsie venait de terminer la lessive quand la sonnette de la porte a retenti. Elle était encore en robe de chambre quand elle a jeté un coup d’œil par les fenêtres latérales pour voir Mélanie debout sur son petit porche. « Oh mon Dieu », a-t-elle chuchoté. Elle ne savait pas si elle pouvait la regarder en face ou non. La cloche a de nouveau sonné et Elsie a ouvert la porte.

« Salut, je me demandais si je pouvais te parler. » Mélanie a demandé.

« Je suis plutôt occupée », a dit Elsie qui se sentait à nouveau rougir. Elle savait que cette femme avait léché sa chatte et touché son sein nu l’autre soir.

« Ce ne sera pas long », a souri Mélanie. « Je peux entrer ? »

« Je…… suppose que oui », a répondu Elsie. Elle s’est écartée et a permis à la petite femme d’entrer dans sa maison. « Allons dans le salon. »

Mélanie l’a suivie en admirant les peintures. « Qui est l’artiste ? »

« C’est moi qui les ai faits », a répondu Elsie. « Je me suis spécialisée dans l’art à l’université mais il n’y a pas beaucoup d’emplois pour les étudiants en art. » Elle s’est assise sur le canapé et a croisé ses jambes.

« Ce sont tes enfants ? » Mélanie a demandé en voyant quelques jolies peintures d’enfants plus jeunes en train de travailler à leur bureau.

« Oui, je fais des croquis d’eux et je les peins ensuite, » Elsie se sentait plus détendue.

« Tu es très bonne », a souri Mélanie. Elle savait que la femme était nerveuse alors quand elle s’est assise sur le canapé à quelques mètres d’elle, elle a souri et s’est adossée. « Je voulais juste te dire que les choses ont dérapé l’autre soir et je suis désolée si cela t’a contrariée. »

« Je…….Je n’ai jamais fait quelque chose… comme ça… avant », a dit Elsie doucement. « Cela ne me ressemblait pas. »

« Moi aussi », a souri Mélanie. « Crois-moi, ce n’était pas prévu. »

« Je trouve cela difficile à croire », a dit Elsie sans expression. « Il était évident que toi et Annie avez été piégées pour me déshabiller. »

« Oui et c’est tout. La semaine dernière, Annie et moi avons lutté devant nos maris et les choses se sont emballées là aussi. Je veux dire que nous nous sommes déshabillées l’une l’autre pour exciter les hommes. »

« Mon Dieu, je ne sais pas comment je pourrai à nouveau affronter tes maris », a rougi Elsie. « Je veux dire qu’ils m’ont vue nue et t’ont vue…. tu sais. »

« Te toucher. »

« Oui et m’embrasser en bas. Tu n’aurais pas dû le faire. »

« Tu étais si mouillée », a chuchoté Mélanie. « Je sais que tu le voulais. »

« Je…euh…j’avais trop bu et… »

Mélanie a jeté un coup d’œil aux peintures. « Veux-tu faire une esquisse de moi ? »

Les choses allaient de nouveau trop vite. « Maintenant ? »

« Oui, tu as le temps ? »

« Euh oui. Je suis de repos aujourd’hui. » Elsie a senti ses mains trembler.

« Je veux le faire sans vêtements », dit doucement Mélanie.

« Je n’ai jamais… »

« Moi non plus », a souri Mélanie. « Mais je veux essayer de nouvelles choses. » Elle savait qu’Elsie savait que cela allait au-delà du simple mannequinat. « Où puis-je être mannequin ? »

« Pas ici », a rapidement répondu Elsie. « J’ai une chambre à l’étage ».

Mélanie s’est levée et a attendu qu’Elsie lui ouvre la voie. Elle a souri en jetant un coup d’œil sous la robe de la femme pour voir une culotte blanche de base cette fois.

Elsie l’a conduite dans le petit studio, puis vers un banc en bois. « Tu peux t’asseoir là. Je devrais me changer. » Elle s’est tournée pour s’éloigner mais Mélanie lui a attrapé le bras.

« Reste comme tu es puisque tu es à l’aise. »

Elsie s’est arrêtée, a pris son bloc à dessin et s’est assise sur une chaise en face du banc. « Je suis prête. »

Mélanie était nerveuse de se déshabiller ainsi. Elle savait qu’Elsie était aussi intéressée qu’elle à faire l’amour mais ne voulait pas aller trop vite pour lui faire peur à nouveau. Elle a remonté le tee-shirt sur ses seins nus, puis a poussé le short et la culotte sur ses hanches et ses jambes. Mélanie s’est lentement tournée nue pour faire face à son artiste.

« Mon Dieu, tu es si belle », a chuchoté Elsie. Ses doigts ont tremblé lorsque Mélanie s’est assise sur le banc.

« Viens ici et mets-moi dans la position que tu veux », a dit Mélanie avec douceur et séduction.

« OK. » Elsie s’est levée, a posé le tampon sur la chaise et s’est installée à côté de Mélanie. De près, elle pouvait mieux voir les tétons perchés de la femme et même la crête de sa chatte blonde en dessous. « Je n’ai jamais vraiment vu une femme de près. »

« Alors tu n’as eu que des modèles masculins à l’université ». Mélanie s’est penchée en arrière et a levé son pied gauche pour qu’il repose sur le banc. Cela a ouvert les lèvres de sa chatte juste assez pour susciter plus de curiosité.

« Mon collège était un collège religieux donc nous ne dessinions pas de nus », a répondu Elsie. « Penche-toi en arrière de cette façon sur ta main ». Elle a touché l’épaule de Mélanie pour la guider vers le bas sur le côté.

Mélanie a senti le contact chaud et a souri. Elle a levé les yeux dans ceux d’Elsie et a demandé. « Veux-tu que j’ouvre mes jambes ? » Elle n’a pas attendu de réponse avant de soulever sa jambe supérieure, ce qui a fait que sa chatte s’est à nouveau ouverte.

« Euh… oui… c’est bien », a souri Elsie. Elle avait toujours voulu dessiner des nus mais n’en avait jamais eu l’occasion. « Reste comme ça. »

Mélanie est effectivement restée comme ça pendant les trente prochaines minutes alors qu’Elsie bougeait rapidement pour capturer la pose. Elle pouvait voir Elsie qui fixait son corps et savait que cela l’excitait autant qu’elle. Finalement, vers une heure, Mélanie s’est assise. « Je dois me reposer. » Elle s’est dirigée vers la chaise d’Elsie et s’est tenue derrière elle tout en regardant sa nudité sur le papier. « Wow. »

« Est-ce que tu aimes ça ? » Elsie a demandé en sentant la chaleur du corps nu derrière elle.

Mélanie s’est penchée sur l’épaule de la femme et a doucement effleuré de ses lèvres les tendres lobes d’oreille. « Oui, j’adore ça. » Sa bouche s’est ouverte et a aspiré la chair tendre.

« Mélanie », chuchote Elsie en penchant la tête sur le côté pour donner plus d’accès à la femme. « Je….me sens tellement… »

« Moi aussi », a chuchoté Mélanie. « Je n’arrive pas à penser à autre chose qu’à toi. » Elle a ensuite ouvert la robe d’Elsie et l’a fait descendre le long de ses bras. Alors qu’elle s’enroulait à sa taille, Mélanie s’est penchée et a légèrement caressé les seins nus et merveilleux et les pointes dures. Alors qu’elle caressait le sein gauche, sa main droite a pris la tête d’Elsie et l’a tournée jusqu’à ce que leurs lèvres soient alignées. Quelques secondes plus tard, leurs lèvres se sont goûtées et leurs langues se sont mélangées et ont dansé.

Le temps s’est arrêté alors qu’elles continuaient à s’embrasser et toutes deux se sont empressées d’enlever la robe et la culotte blanche d’Elsie. Elle s’est ensuite levée et s’est tournée pour presser sa chair lascive contre celle de Mélanie. Bien qu’Elsie soit plus lourde qu’elle, elles étaient de la même taille. Lorsque leurs mamelons se sont rencontrés, leurs ventres plats et leurs cuisses se sont retrouvés ensemble.

Mélanie s’est retirée la première. « Où est ton lit ? »

« Par ici », a gloussé Elsie. « Que faisons-nous ? Je veux dire, tu sais ? »

« Je pense que nous pouvons trouver une solution », dit Mélanie en riant. Elle a couru derrière Elsie jusqu’à ce qu’elle s’engouffre dans une porte, puis sur un énorme lit king size. Mélanie s’est installée dans les jambes et les bras ouverts de la jeune femme. Elles se sont à nouveau frangées et leurs doigts ont erré et se sont touchés jusqu’à ce que rien ne manque. Cette fois, ce sont les doigts d’Elsie qui ont découvert à quel point Mélanie était mouillée.

Mais aussi grande qu’était Elsie, c’est Mélanie qui a pris le contrôle. Elle a poussé Elsie sur le dos et a sucé le téton le plus proche. Les seins et les tétons ont pris environ cinq minutes de son temps avant qu’elle ne se dirige vers le sud, sur le nombril, puis dans le petit buisson.

« N’arrête pas s’il te plaît », a supplié Elsie. Elle a continué à regarder ses seins pendant que la langue de Mélanie disparaissait dans les lèvres de sa chatte chaude et très humide. « Oh Dieu Mélanie ! »

Mélanie n’avait jamais fait de sexe oral à une femme auparavant mais elle savait ce qu’elle aimait. Sa langue a taquiné et satisfait jusqu’à ce que le corps d’Elsie se soulève et se torde sur le lit. C’est alors qu’elle a décidé de retourner son propre corps et de laisser Elsie goûter à son sexe.

Elsie ne savait pas ce que Mélanie préparait jusqu’à ce qu’elle sente le buisson de la petite femme se presser contre son visage. Elle a écarté les cuisses de Mélanie et a plongé sa bouche vers la chatte en attente. Les deux femmes étaient totalement hors de contrôle maintenant alors qu’elles couraient pour faire jouir l’autre.

« OH…….MAY MAINTENANT ! » Elsie a crié.

Mélanie a accéléré sa langue jusqu’à ce qu’Elsie hurle dans la chatte de Mélanie prête à jouir.

« J’ÉCUME ! »

Elsie a joui et a rapidement réalisé qu’elle avait encore un travail à faire. Ses mains ont attrapé les petites fesses de Mélanie et ont tiré la femme si près que sa langue a poussé presque quatre pouces à l’intérieur. Quelques secondes plus tard, le corps de Mélanie a explosé. « AHHHH ! »

« Mon Dieu, c’était incroyable », a chuchoté Elsie à Mélanie quand elle s’est retournée et s’est installée dans ses bras. « Je n’ai jamais su. »

« Moi aussi », a gloussé Mélanie.

« Cela veut-il dire que je suis lesbienne ? » a demandé Elsie.

« Je ne suis pas sûre pour toi mais je vais quand même apprécier une bite dure », a répondu Mélanie.

« L’as-tu fait ? Je veux dire, est-ce que toi et Annie avez échangé vos maris ? »

Maggie s’est retournée et a embrassé Elsie sur le bout de son nez. « Oui et c’était tellement bon. »

« Thierry a été le seul homme. Je me suis demandé comment ce serait avec quelqu’un d’autre. »

« Pourquoi ne fais-tu pas la fête samedi ? Comme ça, il sera obligé de venir. »

« Il ne sera peut-être pas d’accord », dit Elsie.

« Si nous, les femmes, nous engageons dans un combat de lutte, je pense qu’il serait difficile pour lui de nous refuser. »

« Surtout si nous nous amusons entre nous », a gloussé Elsie.

Mélanie a fait une pause. « Je n’ai jamais rien fait avec Annie. Elle ne sera peut-être pas partante. »

« Peut-être qu’on peut se liguer contre elle comme tu l’as fait avec moi l’autre soir ? »

« Tu comprends vite », gloussa Mélanie.

*****

« Ah Geez Elsie. Je t’ai dit que je n’aimais pas traîner avec ces personnes âgées, » grogna Thierry lorsque sa femme l’informa qu’elle les avait invités le lendemain soir.

« Donne-leur une chance », dit Elsie en frottant son épaule la plus proche. « Qui sait, peut-être que les femmes pourront faire de la lutte ? »

« QUOI ? »

« Lutter. Quand j’étais là-bas la semaine dernière, Annie et Mélanie ont lutté. » Elle ne voulait pas lui dire qu’elle avait fait la même chose.

« Lutter pour jouer ou lutter vraiment ? » Thierry s’est assis, enfin intéressé. Il a commencé à imaginer à quel point ce serait chaud de regarder deux femmes s’affronter et il s’est souvenu que les deux femmes avaient l’air bien pour leur âge.

« Un peu des deux je pense », a gloussé Elsie. Elle pouvait voir qu’il était intéressé. « Elles ont même montré un peu de chair pour exciter leur mari. »

« Combien de chair ? » Thierry a demandé en se tournant pour en savoir plus.

« Jusqu’à leurs sous-vêtements », a-t-elle gloussé.

« Tu aurais dû m’appeler ».

« JE L’AI FAIT, CALLYOU ! »

« Merde. Peut-être que ça ne me dérangerait pas qu’ils viennent. » Il souriait maintenant.

« Mais ils voudront probablement que je me joigne à eux », dit Elsie en espérant qu’il ne l’arrête pas net. Il ne l’a pas fait.

« Ce ne sont que des sous-vêtements, n’est-ce pas ? Je veux dire que tu en vois plus à la plage. »

Elsie s’est baissée et a attrapé son membre de huit pouces en pleine croissance. « Je sais que ce n’est pas le week-end mais aimerais-tu aller à l’étage ? »

Thierry s’est penché et a doucement mordillé son oreille. « Peut-être si tu m’en dis plus sur le fait qu’ils portent leurs sous-vêtements ».

*****

« Entrez », a souri Thierry après avoir ouvert la porte d’entrée et vu les deux femmes devant leurs maris. Il était surpris qu’elles portent des robes courtes. « Elsie est en haut en train de s’habiller ».

« Je suis là », a dit Elsie derrière lui. Ils se sont tous retournés pour voir la fine robe d’été qu’elle portait.

Elles ont toutes fait leurs salutations et se sont dirigées vers le salon. Après une heure de boisson, les femmes se sont rassemblées dans la cuisine et les hommes sont restés dans la tanière.

« Alors, est-ce qu’il va se lancer ? » Annie a demandé à Elsie. Elle avait admiré le physique robuste de Thierry et le paquet sous son pantalon semblait prometteur.

« Il pense juste que nous allons nous battre. Après cela, je ne sais pas jusqu’où il ira. »

« Je suis sûre que nous pouvons le convaincre de viser l’or », glousse Mélanie. Sa main était derrière le dos d’Elsie et pressait doucement ses fesses.

*****

« Alors Elsie m’a dit que vos femmes se sont mises à la lutte la semaine dernière, » commence Thierry. Il voulait s’assurer que cela ne dérangeait pas les hommes qu’Elsie et lui se joignent aux festivités.

« Oui », répond Bertrand en souriant. « Julien et moi avons essayé de les faire lutter depuis un certain temps et ils ont finalement réussi. » Annie et Mélanie leur avaient dit de ne pas mentionner qu’Elsie faisait aussi du catch.

« Penses-tu que nous pouvons faire en sorte que… tu sais… ils le fassent à nouveau ? » Thierry a demandé. « Bien sûr, cela signifie qu’Elsie le ferait aussi. »

Julien s’apprêtait à répondre lorsque les femmes sont revenues en portant des bières pour les hommes et du vin pour les femmes.

« Alors, de quoi parlez-vous ? » a demandé Annie après avoir distribué les boissons.

Julien a vu son ouverture. « Lutte. Thierry espérait avoir une répétition de la semaine dernière. »

« Mais Elsie devra se joindre à nous », dit rapidement Mélanie.

Ils ont tous regardé Elsie. « Pas de morsure, de griffure ou de coup de poing. Mais comment savoir qui gagne ? »

Ils ont tous hésité car ils ne savaient pas jusqu’où Thierry permettrait à Elsie d’aller.

« Et si tu disais ‘ONCLE’, tu perdais ? ». Elsie a souri.

Ils ont tous souri, ce qui signifiait leur acceptation. Elsie a ensuite sorti la table basse de la pièce et a repoussé les chaises. Elle a donné un coup de pied dans ses chaussures et s’est retournée juste au moment où Mélanie a plaqué Annie.

« Hé, on n’a pas dit GO ! » Annie a crié en essayant de faire descendre modestement sa robe sur le haut de ses cuisses exposées. Elle ne voulait pas que Thierry sache tout de suite ce qui l’attendait.

Thierry s’est assis entre les deux autres hommes sur le canapé et a jeté un coup d’œil sur le haut de la robe de Mélanie pour voir ses petits seins. Au début, il s’attendait à voir son soutien-gorge mais il a soudain réalisé qu’il n’y en avait pas et il a eu un rapide aperçu d’un de ses petits tétons. C’est alors qu’Elsie a sauté sur le dos de Mélanie en mettant la plus petite femme au milieu.

Annie était écrasée et a essayé de s’échapper mais n’a pas pu. Elle savait que le plan était de taquiner les hommes, surtout Thierry au début, alors elle a accroché sa jambe droite autour des cuisses de Mélanie et Elsie et a tiré. Soudain, le tas de chair féminine est passé de la face vers le bas à la face vers le haut et leurs robes se sont soulevées jusqu’à ce que les trois paires de culottes soient visibles.

« Bon sang », a dit Thierry, ne sachant pas trop où regarder en premier. Il a pu voir que les trois femmes portaient des culottes pratiquement transparentes qui exposaient facilement leurs monticules pubiens et même leurs fentes. Sa queue était dure comme le roc alors que la pile de jambes et de bras roulait d’avant en arrière.

C’est alors que Mélanie et Elsie se sont liguées contre Annie. Alors que Mélanie la poussait sur le dos, Elsie a sauté en bas et s’est mise à califourchon sur ses cuisses.

« Hé, ce n’est pas juste », s’est plainte Annie. Elle a essayé de libérer ses mains mais Mélanie a mis tout le poids de son corps sur elles. Elle a alors réalisé qu’elles avaient décidé de la prendre à deux.

« Tu abandonnes ? » Elsie a gloussé. « Dis juste oncle ».

« D’accord. Je ne dirai pas « oncle » en premier », a grogné Annie en soulevant ses hanches pour essayer d’écarter Elsie.

Cela a duré trois minutes jusqu’à ce qu’Annie réalise qu’elle était piégée. « Je n’abandonnerai pas. »

« Je devrais peut-être faire ça », a souri Elsie en s’emparant des bretelles de la robe d’Annie et en les tirant vers le bas jusqu’à ce qu’elles se cassent.

« Ma robe ! » Annie a crié. « Espèce de salope. Tu vas me le payer ! » Leur plan était tombé à l’eau maintenant car Annie était furieuse. Mais avant qu’elle ne puisse réagir, Elsie a baissé la robe par-dessus le soutien-gorge rose et très transparent d’Annie.

Thierry a regardé les seins exposés, puis Bertrand. « Je crois qu’elle est en train de s’énerver. Devrions-nous l’arrêter ? »

« On ne l’arrête pas », dit Mélanie. « Pas à moins que quelqu’un dise « oncle ». » Elle a appuyé sur les poignets d’Annie et a regardé Elsie tirer vers le bas sur le bonnet du soutien-gorge droit mais sans dépasser le téton.

« Ne fais pas ça », a osé Annie. Elle voulait que Thierry la voie mais était maintenant contrariée qu’on se serve d’elle.

« Qu’est-ce que c’est ? Elsie a gloussé.

Les trois hommes ont regardé le gros téton dur comme du roc lorsqu’il est apparu. Même si Bertrand et Julien savaient ce qui se passait, c’était quand même très excitant.

Thierry n’arrivait pas à croire que c’était sa femme, institutrice conservatrice de première année, qui déshabillait cette femme sexy. Il savait que les autres hommes pouvaient voir la culotte d’Elsie mais cela ne le dérangeait pas car il attendait d’en voir plus sur Annie.

« Um… beau et dur », a gloussé Elsie en passant son pouce sur le bout relevé.

« Laisse-moi partir », dit Annie en jetant un regard à sa petite amie. Elle savait que si et quand elle serait libre, elles paieraient toutes les deux pour cela.

« Non, » Mélanie a souri. Elle voulait toucher le sein d’Annie elle-même mais savait qu’elle devait la retenir.

« Aïe ! » Annie a crié quand Elsie a tiré le téton vers le haut jusqu’à ce qu’il lui fasse mal.

« Merde Elsie, qu’est-ce que tu fais ? » demanda Thierry. « Lâche-la. »

« OK », a dit Elsie, sachant qu’Annie se soulèverait comme une tornade. Elle s’est rapidement glissée et a pris une position défensive à côté d’elle.

Maintenant, Annie avait le levier pour libérer ses mains de Mélanie. Mélanie a essayé de sauter en arrière mais Annie a rapidement attrapé le haut de sa robe et a tiré. Le bruit de déchirure a saturé la pièce alors qu’elles regardaient toutes, incrédules, le devant presque nu de Mélanie. Ses petits seins roses pointaient vers les trois hommes.

« Ouais Annie ! » Bertrand a applaudi. Il voulait voir plus de chair et avait hâte de voir le joli corps d’Elsie.

Annie a attrapé le bras de Mélanie et l’a tirée à côté d’elle. Elle a regardé Elsie pour s’assurer qu’elle n’allait pas s’en prendre à elle pendant qu’elle retirait la robe en lambeaux du corps de Mélanie. Seule la minuscule culotte bleu clair est restée.

Toutes respiraient maintenant fortement. Mélanie s’est mise à genoux et a essayé de ramper, mais Annie a attrapé l’arrière de sa culotte et l’a tirée en arrière. Les hommes ont bien regardé le cul nu de Mélanie avant qu’elle ne retombe face contre terre à côté d’Annie.

Annie a perdu la trace d’Elsie pendant une seconde et a réalisé que c’était une erreur car elle a senti qu’on défaisait le fermoir de son soutien-gorge derrière elle. Quelques secondes plus tard, Elsie a brandi son soutien-gorge comme un prix et les hommes ont bien regardé les merveilleux monticules et les boutons relevés d’Annie.

Thierry a senti que le jeu allait trop loin mais son corps ne lui permettait pas de l’arrêter. Les seins d’Annie étaient aussi gros que ceux de sa femme mais ses tétons étaient énormes.

Elsie a gloussé en tenant le soutien-gorge et n’était pas prête pour le corps d’Annie qui a volé en arrière dans le sien. Elle a réussi à se tourner sur le ventre et a senti les autres femmes chevaucher ses hanches.

« Voyons comment tu aimes ça », a souri Annie avant d’attraper la fermeture éclair de la robe d’Elsie et de la descendre jusqu’au haut de sa culotte qui était plus bas que le haut de sa raie des fesses.

Elsie a jeté un coup d’œil à son mari en espérant qu’il n’arrêterait pas Annie alors qu’elle libérait son soutien-gorge et le tirait vers le bas et hors du corps d’Elsie. Elle pensait que sa robe était sauvée jusqu’à ce qu’elle sente Annie la saisir au point le plus bas de la fermeture éclair ouverte et la déchirer jusqu’à ce que ses fesses couvertes de culottes soient exposées.

« OK, nous ferions mieux d’arrêter », dit Thierry, sachant que les autres hommes verraient les seins nus de sa femme si elle se retournait.

« Je n’arrêterai pas », lui a répondu Elsie en claquant des doigts. Elle a poussé sur son bras droit et a soulevé Annie juste assez pour l’envoyer au loin. Elsie a sauté sur ses pieds et les trois femmes se sont retrouvées seins nus dans seulement leurs culottes transparentes.

« Nouvelles règles », sourit Annie. « La dernière femme à porter sa culotte gagne. » Elle s’est jetée sur Elsie mais elle s’est écartée et a poussé Annie vers le bas.

Annie a senti Mélanie attraper ses pieds puis Elsie a fait descendre tout son front sur son postérieur. Les mamelons durs d’Elsie se pressaient dans son dos tandis qu’Elsie approchait ses lèvres de son oreille. « Nous allons te faire jouir. »

« Oh merde », halète Annie quand elle sent une de leurs mains se déplacer entre ses cuisses puis remonter dans sa chatte couverte d’humidité.

« Putain de merde », a dit Julien quand elle a vu sa femme faire remonter sa main sous le cul d’Annie dans la chatte de l’autre femme.

« Ahh », gémit Annie en sentant les doigts se toucher et explorer. Elle a ensuite senti la main d’Elsie se déplacer sous elle pour couper son sein en attente.

« Elsie », dit Thierry doucement, ne croyant pas ce dont il était témoin. « Que fais-tu ? »

« Tu veux regarder ? » Elsie a gloussé. Elle a continué à caresser le sein avec sa main tout en tournant le corps d’Annie pour faire face aux hommes. Les hommes pouvaient maintenant voir les doigts d’Elsie jouer avec le téton d’Annie pendant que les doigts de Mélanie s’enfonçaient dans le trou humide d’Annie.

« Oh, ça fait tellement de bien », gémit Annie. Elle a ensuite commencé à baisser sa culotte pour donner à Mélanie un meilleur accès.

« Si tu enlèves ta culotte, tu seras la première perdante », a chuchoté Elsie.

« Je sais », a souri Annie. « Le perdant doit faire tout ce que Mélanie et toi dites ».

Thierry a réalisé qu’il avait été piégé maintenant et que sa femme était allée plus loin avec elles que ce qu’elle lui avait dit. Il a vu le buisson et la chatte d’Annie au passage de sa culotte et a contemplé ses lèvres humides prêtes à en redemander. « Elle doit faire ce qu’ils lui disent ? » Il a demandé à Julien.

« Oui, elle doit faire tout ce qu’ils lui disent ». Julien et Bertrand étaient prêts à s’attaquer à Elsie.

Annie a jeté la culotte sur le côté et s’est tournée vers Elsie. « Que veux-tu que je fasse ? »

Elsie a regardé son mari et a souri. « Je veux que tu fasses plaisir à mon mari ».

« Merde Elsie », a soufflé Thierry. « Nous……. ne pouvons pas faire ça. » Cependant, le corps nu qui rampait sur son chemin l’a vite fait changer d’avis.

« Voyons ce que tu nous as caché », a gloussé Annie. Ses doigts sont remontés le long des cuisses de Thierry et ont baissé sa braguette. Ses petits doigts se sont faufilés dans l’ouverture et ont rapidement trouvé et sorti son puissant membre. « Putain de merde ! »

Thierry a vu sa femme sourire et a lancé son propre sourire alors que les doigts d’Annie le pressaient et le caressaient jusqu’à ce qu’il soit aussi dur que jamais.

Annie s’est retournée et a regardé Mélanie. « Que veux-tu que je fasse ? » La réponse de Mélanie l’a choquée.

« Ouvre simplement tes jambes pour moi. »

Annie a fait ce que Mélanie a dit et a rapidement senti les doigts de sa meilleure amie frotter sur ses douces fesses, puis remonter sous elles jusqu’à ce qu’ils séparent ses lèvres et trouvent son trou dégoulinant. La bouche d’Annie s’est ouverte avec passion et a bientôt avalé presque 2/3 de la queue dure de Thierry.

« Et nous ? » Bertrand et Julien ont demandé à Elsie alors qu’ils regardaient le trio en train de s’amuser.

« J’espérais que tu me le demanderais », a gloussé Elsie. « Je me suis toujours demandé comment avoir deux hommes en même temps. » Elle a enlevé sa culotte et les a fait descendre sur le frottement avec elle. Alors qu’elle se frôlait, la langue de Julien Bertrand a trouvé son sexe prêt. Elle a gémi en sachant que le sexe ne serait plus jamais le même.

Thierry a entendu sa femme gémir et a regardé sur le tapis pendant que Julien s’agenouillait à côté de sa tête et guidait sa quéquette dure dans sa bouche qui attendait. Ses yeux ont accroché les siens quand elle l’a retiré et léché autour de la couronne rouge. Bertrand a fini de la mouiller encore plus et s’est mis entre ses jambes. Il a soulevé ses hanches jusqu’à ce qu’il soit aligné avec son pot de miel, puis a lentement enfoncé son piston rose à l’intérieur.

Mélanie a joué avec le clitoris d’Annie avant de se pencher et de lécher les jus dégoulinants avec sa langue pointue. Elle pouvait voir aux gémissements d’Annie qu’elle aimait ce qu’elle faisait, ce qui signifiait qu’il y aurait d’autres moments chauds comme celui-ci.

« Oh Dieu Mélanie ! » Annie a gémi.

Thierry aimait bien sa pipe mais voulait en baiser une comme celle que sa femme recevait de Bertrand. « Grimpe sur moi », a-t-il dit à Annie en tirant son corps vers le haut jusqu’à ce qu’elle soit à califourchon sur ses genoux et en abaissant sa chatte en manque d’affection vers son long hard-on.

« OH MON DIEU, TU ES SI GROS ! » Annie a crié en s’abaissant et en sentant sa virilité atteindre des profondeurs jamais atteintes auparavant par Bertrand. « FUCK ME ! »

Bertrand avait une vue d’oiseau de la bite de Thierry lorsqu’elle entrait dans la chatte de sa femme et lorsqu’elle en sortait. Il a souri et a regardé Julien qui a souri en retour. « Les choses ne peuvent pas être meilleures que ça », a chuchoté Julien.

Mélanie a essayé de faire monter sa langue sous le cul d’Annie mais elle n’arrêtait pas de la lever et de la baisser. Finalement, elle s’est déplacée à côté du couple de baiseurs sur le canapé et a attiré les lèvres d’Annie vers les siennes.

Les deux plans à trois ont couru jusqu’au bout et c’est Thierry et Elsie qui ont joui en premier. « Oh mon Dieu, je jouis ! » Elise a gémi.

« Moi aussi bébé », a dit Thierry en riant. Annie a été la suivante, puis Bertrand.

Bertrand s’est éloigné d’Elsie et Julien a rapidement pris sa place et s’en est donné à cœur joie.

« Et Mélanie ? » Annie a demandé.

« Puisque tu dois toujours faire ce que je veux, viens ici », a gloussé Mélanie. Elle s’est assise sur le canapé et a attiré la bouche d’Annie vers sa chatte. « Tu es sûre que tu n’as jamais fait ça avant ? ». Mélanie a demandé pendant que la langue d’Annie l’amenait rapidement au sommet.

« MAINTENANT ! » Mélanie et Julien ont tous deux crié en rejoignant la liste des personnes sexuellement satisfaites.

*****

« Vous savez comment organiser une fête », a plaisanté Thierry alors que les six corps nus gisaient sans soin sur le tapis. « Et moi qui pensais que les personnes âgées ne savaient pas comment s’amuser ».

« Les personnes âgées ! » Mélanie a crié. Elle a repoussé Thierry et a vu qu’il était prêt pour le deuxième round. « Laisse-moi te montrer comment les vieilles femmes aiment baiser ! »

*****

C’était presque un mois plus tard lorsque Julien a regardé la jeune sœur de Mélanie, Tina, qui était rentrée de l’université. « Tu as déjà fait de la lutte ? »

Femmes coquines actuellement connectées en webcam :

© Copyright 2019 https://chope1salope.com/ - Tous droits réservés