Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Moi petite salope pour une amie et mon mec

« Elle te veut… elle m’a encore parlé de toi ce soir ». Tu me déclares négligemment pendant que nous marchons. Tu as découvert au lycée, à ton grand désarroi, que ta belle amie Sienna préfère la compagnie d’autres belles filles. Après avoir déménagé dans le sud pendant quelques années après l’université, elle a décidé que cet endroit lui manquait et est revenue récemment. Bien que j’aie été un peu hésitante lorsque tu m’as parlé d’elle, je me suis dit que je n’avais pas à m’inquiéter entre vous deux.

Non pas que j’aie des prétentions envers toi de toute façon… nous ne sommes pas techniquement dans une relation… mais tu sais, nous les filles, nous aimons être le centre de l’attention.

Je l’ai aimée dès que nous nous sommes rencontrés. Elle est extravertie et intéressante, tout en étant totalement décontractée. Nous avons commencé à passer quelques soirées par semaine chez elle, à boire, à écouter de la musique et à discuter. Ce soir, nous n’avons plus de vin. Tous un peu éméchés, toi et moi avons proposé de marcher jusqu’au magasin situé à quelques rues de chez elle pour aller en chercher d’autres.

« Je sais… je… je ne sais pas si je pourrais le faire… ». Je réponds calmement et regarde vers toi ; tu me fixes à nouveau intensément. Ce n’est pas la première fois que tu abordes le sujet… apparemment, elle demande souvent de mes nouvelles. Je ne comprends pas. Elle est toujours totalement nonchalante avec moi. Elle ne parle même pas de sexe en général, et encore moins de me faire des avances… bien qu’elle et moi soyons tous deux plutôt physiques pour commencer. Je suis suffisamment excité pour jouer sur tes fantasmes et elle adore ça. Je pose ma tête sur ses genoux ou je la chevauche par derrière lorsque nous nous asseyons toutes pour discuter. Nous ricanons et nous nous embrassons dès notre première rencontre. Nous avons passé suffisamment de temps à nous toucher négligemment pour connaître les contours de nos corps respectifs. Nos mains tombent instinctivement sur la plus petite partie de la taille de l’autre lorsque nous nous tenons ensemble… elle effleure ma clavicule lorsqu’elle balaie mes cheveux de côté.

Je devrais probablement mentionner que je suis hétéro. En fait, avant que nous nous mettions ensemble, j’ai dit aux gars d’aller se faire voir quand ils parlaient d’ajouter une autre fille pour un plan à trois. C’est juste que ça ne m’a jamais attiré… avant maintenant. Tu as été une baiseuse tellement chaude… et tu as assouvi tant de mes fantasmes pervers et dépravés… et, mon Dieu, j’aime te faire plaisir. Tu es quelque peu dominant par nature… Je suis sûre que le fait que tu n’aies pas pu l’avoir au lycée t’a rendu fou… et le fait que je ne me plie pas à ton caprice doit t’agacer encore plus. En fait, j’ai commencé à y réfléchir… non, à fantasmer à ce sujet, vraiment.

Sienna est juste si… jolie. Des cheveux blonds ondulés qui flottent autour de son visage en forme de cœur, des yeux bleus, des lèvres roses pleines… et elle semble toujours être dans une jupe qui accentue sa superbe silhouette. J’ai commencé à imaginer le goût que cela aurait de passer le bout de ma langue dans sa chatte et autour de son clito. De faire courir mes mains le long de ses jambes lisses. Ce que ça ferait de lécher et sucer ses tétons roses… de saisir ses beaux cheveux dans mes mains pendant que je plonge ma langue dans sa bouche…

Je me rends compte que j’ai le regard perdu et que ma chatte est trempée. Tu souris. « Um… » Je trébuche, gênée, me racle la gorge et ne regarde rien en particulier.

Nous entrons dans le magasin et tu choisis quelques bouteilles de vin. Mon esprit s’emballe. J’accepte distraitement ce que tu as choisi. Tout cela n’est que de la fantaisie, n’est-ce pas ? Je ne peux pas… Pourquoi est-ce que j’envisage même cela ? Comment prends-tu ton pied de cette façon ? J’ai besoin de pénétration. J’aime ta queue… J’aime la queue en général. Nous sortons du magasin, maintenant gavés de trois autres bouteilles de vin, et commençons la courte marche qui nous ramène chez elle.

« Alors ? Tu y penses visiblement…. enfin. » Tu ajoutes sèchement.

« Mon Dieu, j’adorerais te voir baiser avec elle. » Tu t’arrêtes et me rapproches, emmêlant tes doigts dans mes cheveux avec ta main libre et m’embrassant passionnément. Je peux sentir ta queue commencer à durcir dans ton jean, même à cette idée. « Ce serait tellement chaud… »

En ce moment en webcam sexy

Putain, j’adore quand tu tires mes cheveux…

Entre ça et ma chatte déjà bien humide, je suis prête à jouir sur-le-champ. Je ferme les yeux et je me rythme. Je me délecte des pensées désagréables qui traversent ma tête et pousse mes hanches contre ta queue. Est-ce que je peux faire ça ? Tu embrasses mon cou et m’écrase contre toi, accentuant ta trique, l’adrénaline déferlant dans mon corps. J’ai ri et je t’ai repoussé chaque fois que tu m’as demandé ça.

Je me prépare pour te choquer et t’exciter autant que possible. C’est maintenant ou jamais.

J’approche ma bouche de ton oreille et je chuchote, « …je veux ta queue au fond de moi pendant que je lèche sa chatte… ». Ta prise se resserre immédiatement et tu fais glisser ma tête sur le côté…

« Ohh…bonne fille…il était temps, putain… »

Nous montons les escaliers et rentrons dans la maison de Sienna, elle est en train de sécher les plats du dîner. Un éclat de peau blanc crème jaillit de sous sa chemise alors qu’elle tend la main pour reposer les assiettes dans son armoire. Je frissonne involontairement puis j’essaie de retrouver mon calme. Mon insolence d’il y a seulement quelques secondes a disparu maintenant que je suis en sa présence physique.

« Nous sommes de retour… avec beaucoup plus d’alcool. » Je ris ; ça sort beaucoup plus nerveux que je ne le voudrais. Elle se tourne et me fait un sourire aguicheur avant de s’avancer et de mettre ses bras autour de mon cou.

« Merci chérie ! » chante-t-elle. Ses seins doux et ronds se pressent contre moi et j’enroule mes bras autour d’elle, fermant les yeux et la prenant dans mes bras. « Pas de problème… » Je réponds à bout de souffle.

Tu remplis nos verres de vin en silence, en regardant avec amusement. Nous nous installons sur le canapé et discutons pendant un moment. Je hoche essentiellement la tête pendant la conversation, n’étant pas assez attentive. Je la regarde mettre ses cheveux derrière son oreille avec ses doigts magnifiquement longs. Comment se sentiraient-ils à l’intérieur de moi ? Elle boit son vin à petites gorgées, ses lèvres se séparent et font la moue. Et cette langue…

Tu commences à parler du travail… le patron est si dur avec toi ces derniers temps…

Elle te fait un signe de tête, « Oh, très dur, j’en suis sûr ». Elle ricane et je me joins tardivement à elle. Tu souris. Tu n’as pas idée. Elle me tourne le dos, sa silhouette parfaite en forme de sablier, et me demande de tresser ses cheveux. Je passe docilement mes doigts dans les mèches blondes… ça sent la fleur d’oranger. Je m’imagine la prendre dans mon poing, sentir le contrôle que je n’ai jamais eu, et tirer vicieusement ses cheveux en arrière… sa forte inspiration à mon contact… Je cède au fantasme, ferme les yeux et sens ma culotte s’humidifier.

Je passe un peu trop de temps à caresser ses cheveux, à tracer mes doigts le long de sa nuque et derrière ses oreilles. La conversation a cessé il y a quelques minutes, mais je n’ai pas remarqué. Tu me jettes négligemment un coup d’œil par-dessus son épaule, en haussant un sourcil.

« C’est tellement agréable… » dit-elle d’un air rêveur et penche encore la tête en arrière pour être presque sur mes genoux. Je ne peux pas résister. Mon cœur s’emballe, je trace légèrement le bout de mes doigts sur le côté de son visage, me penche et l’embrasse doucement. Ses lèvres sont tout ce que j’avais imaginé : douces, souples, réagissant immédiatement à mon toucher. Je prends sa lèvre inférieure dans ma bouche et la suce doucement, en goûtant le vin rouge. Elle pose sa main sur l’arrière de ma tête et sa langue écarte mes lèvres. Je frissonne et soupire. Quelques secondes de félicité érotique passent et je halète lorsque sa bouche quitte la mienne. Elle émet un rire silencieux à ma perte apparente puis me chevauche d’un seul mouvement fluide. Sa jupe se resserre et mes mains trouvent immédiatement son cul nu, je gémis.

Ne porte-t-elle normalement pas de culotte ? Est-ce que cela se passe vraiment ? Oh putain, je suis mouillée…

Ses yeux me captivent alors qu’elle guide mes mains le long de ses courbes et jusqu’à l’ourlet de sa chemise… quelques secondes plus tard, elle tombe sur le sol. Sa langue pénètre à nouveau dans ma bouche. Elle embrasse si différemment d’un homme, je remarque. Elle est si douce. Sa langue est comme du velours.

Ta fermeture éclair me fait sortir de ma transe. Ta queue se libère, tu te caresses sans vergogne… en nous regardant. Ta tête scintille de précum et cela me met l’eau à la bouche… j’ai dû commencer à m’en approcher.

« Ne t’inquiète pas pour lui… » murmure-t-elle, ramenant mon attention sur elle, « …il obtient tout ce qu’il veut en nous regardant… » elle embrasse mon cou, mordant doucement mon oreille, ses lèvres me rendant fou de désir. Je passe mes mains dans ses cheveux, tirant doucement, et elle se cambre en arrière, ses seins poussés vers moi. Le son de ses gémissements me pousse à continuer et je retire son soutien-gorge. Je prends immédiatement un de ses mamelons dans ma bouche, le suçant, le tonguant, le mordant, pendant que je paume son autre sein. Ma main libre glisse jusqu’à son sexe… aussi humide, chaud et exigeant que le mien… et mes doigts l’explorent. Mon clito palpite. Ce doit être le plaisir que tu retires de mon corps… c’est incroyable.

« Ce que tu espérais… ? » tu la taquines à voix basse, ta queue dure comme le roc et palpitante dans ta main. Elle ricane et détache son soutien-gorge, le laissant tomber. Elle me caresse les cheveux pendant que mes mains et ma bouche la découvrent avec insistance, puis me renvoie la tête en arrière d’un coup sec. Je halète. « Viens avec moi… » elle me regarde dans les yeux puis commence à descendre de moi. Elle glisse hors de sa jupe, maintenant entièrement nue, et nous sommes tous les deux bouche bée.

« Oui… » Je suis étonnée de m’entendre jaillir, puis je supplie doucement, « … mais s’il te plaît… je vous veux tous les deux… ». Sienna te regarde et sourit, puis fait un geste vers le couloir en inclinant la tête. Je la laisse avidement me tirer du canapé et je me précipite dans le couloir avec elle. Tu remontes ton pantalon et prends ton temps pour te lever, regardant deux filles très sexuées sautiller vers la chambre, se tenant la main et demandant ta présence.

« Petit chanceux… » te dit-elle en nous conduisant dans sa chambre. Elle est petite, peinte d’un ton blanc cassé sourd, et elle a quelques meubles anciens disposés efficacement. Une lampe tiffany faite de roses projette une teinte rougeâtre dans la pièce. Elle se tourne vers moi et retire ma chemise, révélant mon soutien-gorge en dentelle noir et blanc. « Mmm… j’ai de la chance… », glousse-t-elle. Je me détends instantanément et l’embrasse à nouveau. Elle se penche, rentre mon soutien-gorge sous mes seins, les remontant joliment, et prend mon téton dans sa bouche pendant qu’elle défait mon jean. Tu te tiens près de moi, embrassant mon cou puis mes lèvres. Un million de sensations m’envahissent, c’est presque trop. Ta barbe est rugueuse sur ma peau, ta bouche est violente dans son attaque sur la mienne. La différence est incroyable. Elle descend mon jean et tire ma culotte en dentelle noire sur le côté, elle gémit en lavant le jus qui coule maintenant de ma chatte. Ta main allume immédiatement l’arrière de sa tête.

Sa langue remonte autour de mon clito puis elle commence à le sucer. Je gémis et fais un pas de plus, voulant que sa langue soit plus profonde en moi. Elle sourit en levant les yeux, « Bonne fille… pourquoi ne pas t’allonger… ». J’inspire profondément et acquiesce, en regardant vers toi pendant qu’elle se tient debout…..

« Vas-y. » Tu chuchotes. Je souris et m’allonge ; je me débarrasse de ma culotte trempée et écarte mes jambes pour elle, en emmêlant ma main dans ses cheveux. Je laisse tomber les dernières réticences lorsque sa langue glisse profondément en moi. Je ferme les yeux, me réjouissant de ce que je n’aurais jamais cru pouvoir apprécier… mes hanches se soulèvent pour aller à la rencontre de sa langue…

« Oh…FUCK…Sienna…s’il te plaît…oh mon DIEU… »

« J’ai besoin de ta queue… » Je respire, à peine reconnaissable dans mon plaisir, « …s’il te plaît…laisse-moi la sucer… » Heureux de t’obliger, tu t’approches de moi, libérant à nouveau ta queue de ton pantalon. Tu prends mes cheveux à deux mains et commence sans cérémonie à baiser ma bouche avec urgence. J’adore sucer ta queue… avec elle qui me lèche la chatte, c’est comme un 69 encore plus intense. Ta queue frappe le fond de ma gorge encore et encore. J’essaie de me détendre… mais c’est difficile avec toute la stimulation… et je lui arrache les cheveux en criant et en jouissant à fond. Tu me pousses complètement sur ta queue… ce qui me fait bâiller et gémir… les vibrations des deux stimulent ta tête sensible.

Je lève les yeux vers toi pendant que je me tords… mon orgasme s’est finalement calmé… et j’enlève tes mains de mes cheveux pour faire sortir ta queue de ma gorge. Je te branle lentement pendant qu’elle grimpe sur moi et enfonce sa langue dans ma bouche, mes jus de chatte se mélangeant au sel de ton précum. Je gémis d’extase puis me détache, « Je veux. Tirer la langue. Sa chatte… et j’ai vraiment, vraiment besoin que tu me baises… ». Je t’implore…

« Bien sûr que tu le veux… » Tu ricanes, excitée par ma bouche dégoûtante pour plusieurs raisons, et tu nous regardes changer de position. Tu déboutonnes les quelques boutons supérieurs de ta chemise, puis tu abandonnes et tu l’arraches. J’embrasse et lèche le long de son corps jusqu’à ce que j’atteigne sa chatte rasée et plonge immédiatement ma langue dans sa chatte.

C’est irréel. Je la lèche et la suce avidement, enroulant mes bras autour de ses cuisses et la tirant vers moi, forçant ma langue à pénétrer profondément dans sa magnifique chatte. Je fais entrer et sortir ma langue plusieurs fois avant de la faire redescendre, d’écarter ses lèvres et de travailler son clito avec ma langue. Son goût est subtilement différent de celui de mes propres jus que tu me fais si souvent sucer sur tes doigts.

Tu te places derrière moi et fais courir ta queue de haut en bas dans la fente de ma chatte, en m’écoutant gémir pendant que je la mange. Tu te penches sur moi…

« Tu aurais dû faire ça il y a longtemps… est-ce que tu t’amuses ? Putain de pute…regarde-toi… » Je pousse un cri aigu alors que ta queue se déchire en moi… frappant mon point profondément à chaque poussée.

Elle s’agrippe aux draps et rejette la tête en arrière, se débattant contre ma langue, tendant la main pour écarter ses lèvres… et commence à me supplier. Oui… s’il te plaît, jouis… il veut te voir jouir… je veux le voir… je veux le goûter. Je glisse mes doigts profondément, en les courbant légèrement, et je la travaille. Tu me martèles sans relâche… mes cris extatiques relégués à un bourdonnement tandis que je suce et lèche sa chatte. Elle attrape mes cheveux et me chevauche alors que son orgasme déborde, ma chatte se resserrant autour de ta queue sous l’effet de l’excitation.

« Fingerfuck her hard ». Tu exiges alors que son orgasme commence à s’estomper… tes poussées devenant de plus en plus agressives.

Elle halète et sourit, toujours frémissante, et se déplace sous moi, m’embrassant passionnément. Je replonge mes doigts dans sa chatte trempée et la baise au même rythme que tu me baises. Mon esprit s’emballe.

« Laisse-le te baiser ». Ma voix sensuelle et taquine… chaque mot accentué par tes poussées. Tu gémis…

« Quoi ?! » elle me fixe.

« Sa queue… est… INCROYABLE… laisse-le… te baiser. » Je répète, en la fixant droit dans les yeux.

Elle tremble, mais même toi, tu peux voir le doute dans ses yeux alors qu’elle observe ma réaction chaque fois que ta bite s’enfonce en moi. Je crie après une poussée particulièrement profonde… et m’effondre sur elle… mes doigts arrachés de son trou humide pour me rattraper.

« Tu le veux… tout comme… je te voulais… ». Je chuchote et ravage son cou.

« Oui… » elle chuchote, ses lèvres s’écartent, te regardant…

« Oh… putain… yessss… » Tu as poussé en moi une fois de plus avant de te retirer et de glisser ta queue, mouillée de mes jus, directement dans son trou serré. Toutes les filles aiment une bonne bite bien dure… Je me fiche de ce qu’elles disent… Sienna ne fait pas exception.

Tu enfonces trois doigts dans ma chatte, enfouissant ta queue entièrement en elle en une seule poussée. Elle crie à ta force, mais s’adapte rapidement. Je commence à chevaucher tes doigts tandis qu’elle te rend la pareille… nos gémissements et nos halètements semblent être en compétition.

Je pense à la folie que tu dois ressentir, en baisant cette femme que tu as désirée et que tu n’aurais jamais pensé avoir. Une montée d’excitation m’envahit en sachant que j’ai accompli cela pour toi.

Elle attaque ma bouche, mordant durement ma lèvre inférieure et envoyant des ondes à travers moi. Je crie et tombe vers elle, respirant difficilement, et je t’entends gémir. Tu te retires comme si tu étais attiré et tu t’enfonces immédiatement en moi. Une fois, deux fois, et puis tu es parti. Je halète. Elle crie. Avant que je puisse m’enregistrer, tu es de nouveau en moi. « Ohhhhh mon dieu… » Je m’entends gémir. Tu navigues habilement entre nous deux, profitant de l’alternance des cris de plaisir.

Le choc s’atténuant, nous commençons à te supplier, appréciant le frisson dépravé…

« Ohhh, oui, baise-la bien fort… »

« S’il te plaît, je veux le sentir en moi… »

« Plus fort ! »

« Baise-moi… »

« Mmm… s’il te plaît… j’ai besoin de ta queue. »

Nous jouissons ensemble presque simultanément de ta violation pécheresse. Tu m’arraches d’elle juste à temps, toujours en train de trembler, et ta queue frappe le fond de ma gorge.

« N’avale pas, putain ». Tu ordonnes et tu envoies ta charge dans ma bouche.

Oh, yesss…

Je goûte nos jus mélangés sur ta tige… et je m’étouffe légèrement devant la quantité ridicule de sperme qui inonde ma gorge. Je sens sa main s’emmêler dans mes cheveux à côté de la tienne. Tu frissonnes et as des spasmes, gémissant, puis poussant à nouveau, finalement épuisé. Elle me retire à contrecœur de ta queue et sa bouche est sur la mienne, ton sperme se répandant sur sa langue dans notre baiser très humide…

Nous nous sommes effondrées ensemble… sa douce caresse sur mes courbes…

Je n’oublierai jamais cette nuit…

Cela fait quelques mois maintenant – et il est vrai que parfois, lorsque nous sommes ensemble avec des amis, c’est un peu évident… mais lorsqu’elle me traîne dans la salle de bains pour lécher sa chatte trempée, cela compense toujours complètement…

…et je dois admettre que j’adore la lueur de satisfaction que tu as lorsque vous revenez tous les deux d’aller chercher des boissons…

Femmes coquines actuellement connectées en webcam :

© Copyright 2019 https://chope1salope.com/ - Tous droits réservés