Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

La belle mère vide les couilles du fils – histoire porno

Une histoire vraie telle que racontée par une personne impliquée. Les noms ont changé et tout.

Je m’appelle Philippe, et je me suis fait prendre à espionner la fille de la petite amie de mon père, Sophie.

Elle était si sexy et si sexy, une version plus jeune de sa mère sexy. Sa mère, Magalie, m’a surpris en train d’ouvrir la porte de la salle de bain pendant que Sophie prenait une douche. Je la regardais se savonner et se frotter la chatte et les seins. Elle s’est vraiment mise à se frotter la chatte. Je crois qu’elle se masturbait. Bref, elle me donnait une bonne érection. Quand j’ai fermé discrètement la porte de la salle de bains, sa mère était juste derrière moi en souriant.

J’ai sauté en voyant ma trique sortir de mon short et j’ai levé son doigt pour qu’elle se taise. Elle m’a conduit à sa chambre. Elle m’a chuchoté qu’on garderait ce que j’avais fait entre nous, mais qu’on ne le ferait plus. Elle a regardé ma trique et m’a serré dans ses bras. Ma trique est passée entre les jambes sur sa chemise de nuit. Elle s’est mise à respirer fort et a chuchoté : (« …Philippe, tu viens dans ma chambre ce soir après que Sophie soit allée se coucher. Il faut qu’on parle. Ok ? »)
J’ai pensé, oh merde, un long sermon, j’ai des ennuis maintenant. J’espère qu’elle ne le dira pas à papa. Il n’est à la maison qu’une fois par mois avec son travail. Peut-être qu’elle l’oubliera quand il sera là. Je suis allée tranquillement dans sa chambre après que Sophie ait fermé sa porte en bas.
La chambre à coucher était faiblement éclairée et elle a fermé et verrouillé la porte. Elle portait toujours cette robe de nuit noire sexy, pas de soutien-gorge et une petite culotte rose. Elle m’a fait m’allonger sur le lit. Elle s’est promenée en disant qu’elle comprenait comment les hommes s’excitaient au sujet des femmes et que c’était normal, avec des limites. J’ai essayé de ne pas regarder ses gros seins et sa petite culotte rose. Elle était chaude comme Sophie, alors j’ai mis ma main sur mes yeux pendant qu’elle parlait.

Ça n’a pas aidé car j’ai senti une érection se lever dans mon bas de pyjama. Elle s’est arrêtée de parler et s’est assise sur le lit à côté de moi. Elle s’est penchée et m’a murmuré à l’oreille : (« …tu as une érection en me regardant ? ») J’ai dit : « Je peux y aller, Magalie ? », car j’étais gênée. Elle a commencé par les questions et a dit : « Ne sois pas gêné, je suis flatté que tu sois excité par moi. C’est la première fois que ça arrive ? Faut-il se masturber pour que ça s’effondre ? Combien de fois cela se produit-il ? Quand était la première fois…. »

Elle s’est arrêtée et a regardé ma trique. Pendant qu’elle parlait, ça devenait très dur et maintenant elle faisait une grande tente. Je ne pense pas qu’elle ait réalisé qu’en parlant, elle sentait son sein et son mamelon. Ma érection l’excitait.

Magalie s’est dit….personne ne le sait, mais je peux culminer en regardant. Sans même me toucher. Je me souviens quand c’est arrivé pour la première fois. J’étais jeune et j’ai ouvert la porte de la chambre de mes parents pour voir de quoi il s’agissait. Ils pensaient que j’étais à côté, mais j’étais rentré à la maison. La porte était en retrait de la pièce et ils ne m’ont jamais vu les regarder.

Papa était au dessus de maman et il avait sa bite en la baisant. Ils ont gémi, puis il a sorti sa bite, s’est assis et a commencé à la voler. Maman s’est assise et l’a regardé et a commencé à tirer de gros jets de sperme. Elle a immédiatement commencé à lui sucer la bite.
C’est alors que j’ai eu un merveilleux picotement dans la chatte, et ça m’a fait tellement de bien que j’en ai rapidement voulu encore plus. J’ai trouvé que regarder les magazines cachés de papa m’a fait ressentir la même chose. J’ai pris un de ses magazines et je l’ai bien caché dans ma chambre. Il en avait tellement qu’il ne l’a jamais raté. Après avoir regardé les images des femmes culminant quand les bites ont tiré le sperme dans eux et sur eux, je fermerais mes yeux et laisserais les sentiments se développer. Puis le choc de picotements massifs se reproduisait. Je n’avais même pas besoin de toucher ma chatte.

je n’avais jamais réalisé que Philippe m’excitait. Wow, sa bite me rend sexy. C’est aussi grand que ses pères. J’adorerais le voir nu et le voir se branler tout en fantasmant sur moi….c’est juste l’idée que « je ne peux pas faire ça », qui m’excite. Il doit penser à moi sexuellement…. Je sais que les mecs fantasment de coucher avec des femmes plus âgées, mais maintenant c’est Philippe, pas quelqu’un d’autre. Son père est toujours parti et quand il est à la maison, il est si fatigué, et j’ai besoin de plus de sexe que d’y penser. Je veux regarder du sexe en direct !

Il doit y avoir un moyen pour que les désirs de Philippe et les miens se rencontrent. L’observation nous excite tous les deux.
…C’est ça !

…je suggère qu’on se surveille et qu’on aille se masturber dans nos chambres. Je me demande s’il acceptera. Sa trique ne va pas tomber, je suppose que c’est le moment d’en parler.
——
Les pensées de Philippe……

Magalie avait les yeux fixés sur ma trique. Je me suis dit….laisse-la regarder, et je vais la regarder jouer avec ses seins. Je vais peut-être m’allonger et jouer un peu avec ma tente, et elle se touchera un peu plus. Je vais me branler ce soir, c’est vraiment chaud.

Elle a avalé et a commencé à chuchoter : (« …je…a…pensait à nous tout à l’heure…tu sais, nous regarder nous exciter n’est pas si grave, ça ne fait pas mal…et après…on peut faire nos…a…choses privées…a…pour…se détendre…tu vois ce que je veux dire ? »)

Je savais exactement ce qu’elle voulait dire. On se chauffe en nous regardant et on se branle. J’étais tout à fait pour ça. C’était l’heure du spectacle. J’ai vu sa main entrer dans sa chemise de nuit et commencer à sentir ses seins nus. Ses tétons ont commencé à ressortir très gros. J’ai commencé à caresser ma bite dans ma tente pyjama.

Elle a respiré un grand coup. Je me suis écrasé pour qu’elle puisse s’allonger face à moi. Je lui ai donné un grand oreiller pour soutenir sa tête. La veilleuse était super, on voyait encore très bien. Ses mains ont travaillé ses seins quand sa chemise de nuit s’est ouverte. J’ai regardé sa petite culotte rose quand elle s’est un peu tordue. Ils n’ont pas couvert ses poils pubiens en haut et c’était chaud. J’ai commencé à glisser en bas de mon pyjama, un peu à la fois.

Je la regarde se promener lentement d’une main le long de son ventre, ses doigts se sentant elle-même. Plus bas, ils sont descendus. Maintenant, elle sentait le haut de ses poils pubiens. Pour chaque geste que je faisais, elle me suivait.

Magalie…….
Je vais le laisser prendre l’initiative, je n’ai pas été aussi excité depuis que son père et moi avons baisé à l’arrière de sa voiture. J’en veux plus, ne me retiens pas Philippe, tu me rends très heureux et sexy. Je veux tellement un sperme mental en ce moment, mais je vais le laisser y aller doucement et attendre….et si on se masturbait juste ici ? Je ferais mieux de ne même pas y penser….

Philippe……
Si ma copine savait ce qui se passe en ce moment, elle chierait. Elle veut juste baiser une fois de temps en temps, pour me tenir au courant. Ce sera une branlette sexy pour moi plus tard. Je vais devoir partir bientôt ou je vais jouir ici…elle est si sexy, j’aimerais qu’on puisse baiser. Je me suis assis et j’ai dit à Magalie que je devais me branler. Elle a pris une grande respiration et m’a frotté la jambe en partant.
———
Magalie….
Au petit déjeuner, Philippe était parti et Sophie et moi parlions. Elle avait ce petit sourire sur son visage et m’a demandé si j’avais fait un cauchemar la nuit dernière. (…sa chambre est juste sous ma chambre…) J’ai bégayé et dit : « Pourquoi oui, je t’ai réveillé avec mes bruits ? » Elle a dit : « Ça ressemblait à un bon rêve, pas à un mauvais. Maman, tu dois te masturber plus silencieusement, Philippe pourrait t’entendre et ce serait gênant pour toi. »
J’ai commencé à rire et elle aussi. Elle a demandé : « A quoi pensais-tu pour te faire gémir comme ça ?….allez maman, tu peux me dire, je suis une fille aussi. Partage ce fantasme chaud avec moi. »
J’étais si rouge qu’elle savait qu’il se passait quelque chose. Elle a pris sa chaise près de moi et a commencé à me mettre la pression pour que je lui dise. Je devais lui dire quelque chose pour la satisfaire. J’ai dit : « Je fantasmais de voir un jeune homme…a…a…a…avoir…du sexe. » Elle se pencha et chuchota :  » (….maman, tu entendais Philippe se branler dans sa chambre ?, tu as regardé, je connais ton voyeur. »)

Maudite soit-elle, elle a failli y arriver. Après le départ de Philippe, j’ai eu un grand orgasme en me doigtant, et je me suis un peu emporté avec les gémissements.
Sophie a continué : (« Je l’ai déjà entendu jouir avant et il gémit un peu quand il crie. C’est chaud à écouter. J’adorerais le surveiller un jour, sa porte était-elle un peu ouverte ? »)

Philippe……
C’était juste du pur lèche-cul, je suppose. Juste au moment où j’allais en jouir une grosse, j’ai entendu un gémissement de la chambre de Magalie. J’avais fantasmé sur le fait de baiser ma copine et instantanément elle a eu le corps de Magalie sur elle. En entendant le gémissement de Magalie, j’en ai tué un gros. Je ne sais pas si je me suis plaint, mais c’était une belle branlette. J’espère que Magalie veut aller plus loin. J’ai perdu toutes les raisons pour lesquelles je ne devrais pas la baiser maintenant. Son corps me rend fou. Si près d’elle alors qu’elle joue avec ses seins, ça m’a rendu fort. Il est temps d’avancer et de commencer à se toucher. Je sais qu’elle le veut et moi aussi.

Magalie…….
Je n’en ai pas dit plus à Sophie, mais elle savait que Philippe était impliqué dans mon fantasme. Elle a un copain, laisse-la jouer avec lui et laisse mon Philippe tranquille. J’ai des projets pour qu’il me laisse le regarder jouir.

Ça fait trois jours maintenant, et je suis si excitée pour Philippe que je n’arrive pas à dormir. Son père est à la maison depuis quelques jours, mais il sera encore absent cet après-midi pendant des semaines. On n’a même pas baisé cette fois.

Je veux voir la trique de Philippe et le voir se masturber avec moi. Ça m’a mis sur les nerfs, alors ce soir, je vais aller plus loin. Je peux juste le voir maintenant……..

….J’ai commencé à fantasmer….oh mon dieu…il se caresse…il se caresse…il regarde mon corps nu…je me doigte et gémis en travaillant un’sperme ensemble’…je colle les doigts d’une main dans ma chatte humide…je les travaille profondément en moi…je frotte mon clito plus rapidement…et de l’autre main…il se penche sur ma….

« Maman,….maman »….alors Sophie dit en chuchotant : »(….tu te frottes le vagin ici dans le salon !…Philippe peut te voir, il te regarde depuis l’escalier ! »)

Elle avait raison, j’ai vite regardé et Philippe était assis sur les marches avec un grand sourire. Sophie a souri à mon visage rouge et a pris les escaliers. Philippe s’est pointé et est monté aussi.

Sophie…….
« Tu as aimé le spectacle Philippe ? » Il sourit et alla dans sa chambre. Maintenant, je savais qu’il se passait quelque chose et peut-être que je voulais un peu de cette action chaude aussi. Philippe se pelotait avec maman, ou la baisait, ou quelque chose entre les deux. J’ai commencé à les imaginer en train de gémir pendant qu’ils baisaient très fort. Putain….l’idée me faisait mouiller…wow. Je devais aller voir maman, et lui faire partager ce que c’était. Philippe a toujours été chaud pour moi, mais je l’avais toujours gardé pour moi…mais maintenant…je veux des trucs chauds aussi. Il est temps de mettre la pression sur maman….ou peut-être même Philippe…Je me suis dit…les gars…on va garder tout ça dans la famille…ok ?…on se sent, on regarde ou on baise ?….qu’est-ce qu’on fait d’un 3?’…mon esprit était devenu fou sans savoir où ils allaient exactement.

Magalie………

Ce soir-là, j’ai eu un  » rendez-vous  » avec Philippe pour notre deuxième séance d’observation. J’avais été un peu mouillé toute la journée à y penser. Sophie avait un rencard et a dit qu’elle rentrerait très tard. Cela signifiait que Philippe et moi pouvions gémir autant que nous le voulions… et… pour faire avancer mes envies qui s’amplifiaient de jour en jour. Je me suis retrouvé à vouloir regarder Philippe se masturber. Mes pulsions ne s’arrêtent pas là. Ils devenaient de plus en plus intenses et m’excitaient.

J’ai rêvé de faire l’amour oralement avec Philippe et je me suis réveillé en sueur et avec une chatte mouillée. Quelques frottements de ma chatte et j’ai orgasmé cette nuit-là pendant que son père dormait juste à côté de moi.
Philippe a une bonne carrure et une peau lisse, il va être un homme sexy. Ses cheveux sont ondulés et bruns. Je deviens sexy en le regardant. L’idée qu’on se touche…oh mon dieu…j’espère que je n’y pense même pas…j’y pense…

Philippe……..
J’ai eu un semi-bombardier toute la journée et Magalie et Sophie ne m’ont pas aidé à me calmer. Ils ont tous les deux dû me masser le dos ou les fesses quand on passait devant la maison. Je voulais les baiser tous les deux, mais j’ai eu de l’action de Magalie. J’avais hâte de faire avancer les choses. Ce soir, je voulais qu’on se touche. L’idée de toucher les gros seins de Magalie était vraiment excitante. Les nichons des filles que j’avais palpés étaient de petits nichons en pleine croissance. Magalie avait les plus grands et les plus grands. J’espère qu’elle ne veut pas que ça traîne.

Je veux qu’elle me laisse ressentir et peut-être qu’elle suce ses seins. Je me demande ce qu’elle ferait si je me retournais sur elle ? Je parie qu’elle aimerait ça. Alors je pourrais sucer ces nichons un moment. J’aimerais mettre la main sur son buisson et mettre un doigt en elle.
La mère de mon pote Charles l’a laissé faire tout ce qu’il voulait, y compris l’emmerder tout le temps……….. l’heureux enfoiré.

Sophie…….
La façon dont Philippe et ma mère se regardent, il se passe quelque chose. Je les ai vus dans la cuisine en train de faire des sensations rapides. Et si je rentrais plus tôt et que je les surprenais en train de faire quelque chose. Je connais ma mère, et elle peut s’exciter en surveillant un type. Je suppose que j’ai ces pulsions aussi. Je veux regarder Philippe, non seulement me branler, mais je veux coucher avec lui. Je cacherai ma caméra vidéo pour pouvoir la regarder quand je veux. Regarder et jouer avec ma chatte m’excite tellement bien.
Il est temps d’allumer le charme sexuel.

Philippe……..
Je me suis assise sur le patio arrière avec une veste sur ma érection récurrente. Sophie est venue lentement en marchant dehors, toute sexy comme dans une jupe courte rouge, haut coupé bas et a regardé grand. Elle s’agenouilla à côté de moi en me montrant son décolleté chaud et chuchota : (« …est-ce que je vais te manquer ce soir Philippe…hummm ? »)
Elle s’est levée, s’est penchée, a posé sa main sur ma trique et m’a embrassée sur la joue. (« …il faut qu’on parle un jour…Philippe…ok ? ») J’ai gelé pendant que ma trique grandissait. J’ai finalement hoché la tête. Elle m’a serré la bite et est partie.

Putain, ça m’a rendu sexy. En regardant ses seins de si près, elle sentait le paradis. Je sentais qu’elle me serrait la bite comme si sa main était encore là.
Magalie…….
Cette nuit-là, Sophie est partie et il n’y avait que Philippe et moi dans la maison… seuls. Lui et moi avions déjà pris une douche…..mais cette fois-ci, je l’ai un peu regardé sous la douche. Je le regarde se pencher contre le mur de la douche et lui faire bander. Il l’a volé avec les yeux fermés. J’ai senti ma chatte bouger à l’intérieur. J’ai perdu mon souffle et j’ai dû arrêter. Je voulais garder mes sentiments pour plus tard.
J’ai mis un peignoir sans rien dessus et je suis allé le chercher dans sa chambre. Pas de Philippe ?….J’ai vérifié ma chambre et il était là. Il était allongé sur mon lit….nu. Mon cœur a sauté. Il avait déjà une grosse érection et sa main était dessus. Les lumières étaient allumées, pour qu’on puisse bien se voir. Je l’ai laissé me regarder enlever lentement mon peignoir. Je me suis allongé à côté de lui, la tête à côté de sa trique, dans une position de 69 sur le dos.

J’ai soutenu ma tête avec un grand oreiller et nous avons commencé à nous observer. Ses yeux se sont fixés sur mes seins nus…alors…j’ai commencé à jouer avec eux en premier. Il s’est approché d’eux pour me surveiller. Nos corps se touchaient maintenant. Sa trique était juste en face de ma tête. Il se caressait lentement.
Je me suis dit que nous ne faisions que regarder et que ce n’était pas grand-chose….mais ça n’a pas duré longtemps. Tandis qu’il déplaçait sa main pour se reposer sur mon ventre, j’ai vu ma propre main venir se reposer sur la sienne aussi.

Je sentais mon cœur battre fort, et je sentais sa respiration dans son ventre. On se touchait maintenant. J’ai serré mes seins et joué avec mes mamelons pendant qu’il les regardait et me souriait. J’ai senti la chaleur de sa main. Il n’était plus qu’à quelques centimètres de mes seins, et ma main était à quelques centimètres de sa trique. J’ai senti des spasmes dans ma chatte en le regardant caresser lentement sa bite.

Finalement, nous n’en pouvions plus supporter. D’un seul mouvement articulaire, j’ai déplacé ma main vers la base de sa trique alors qu’il plaçait sa main sur mes seins. J’ai posé ma main sur la sienne et je l’ai guidée tout autour de mes seins. Il a pris ma main, l’a mise autour de sa trique et m’a laissé le caresser. Une vague de sentiment de bien-être a traversé mon corps. Ses doigts doux ont senti mes seins et il s’est frotté sur mes mamelons.

Nous attendions que l’autre s’arrête et prenne des chemins différents pour se masturber. Ce n’est pas ce qui se passait. Nous avons continué à jouer ensemble. J’espère qu’il continuera d’aller plus loin. J’ai vraiment envie d’avoir cette érection dans ma chatte….s’il te plaît, continue Philippe……..

Philippe pensait……
Maintenant, on en parle. Je sens enfin ses gros seins et elle m’aide même à le faire. Elle se moque de moi. Si on est si près, on devrait continuer jusqu’à ce qu’on baise. Je continuerai jusqu’à ce qu’elle m’arrête….si jamais elle le fait.
Il était temps de la tenter jusqu’au bout. Quand j’ai commencé à rouler vers elle, elle a commencé à rouler vers moi. Ma trique la regardait en face, et sa chatte dans la mienne. J’ai laissé ma main descendre doucement de ses seins et me diriger vers sa chatte. Sa seule jambe a commencé à se soulever. Elle allait le faire. J’ai senti sa main glisser entre mes jambes comme elle a senti mes fesses. La chambre était soudain chaude et je lui ai tiré la chatte au visage. Nos langues ont commencé à toucher ce que nous voulions. J’ai senti ses jolies fesses quand j’ai commencé à lui lécher la chatte.

Elle a gémi et a poussé sa chatte vers moi ferme. J’ai senti sa langue tourner autour de ma tête qui puait et elle a plongé sa bouche dessus. Elle s’est mise à gémir et à me voler rapidement. J’ai enfoncé ma langue dans sa chatte quand elle m’a baisé le visage.
J’ai retiré ma bite de sa bouche, car j’allais presque jouir. Je me suis vite retournée et j’ai mis ma trique dans sa chatte. Tout son corps était rose à cause de la chaleur. Ses yeux étaient sauvages et elle a commencé à me baiser comme un animal sauvage en chaleur. Je n’avais pas besoin de bouger, elle a baisé tout le monde et elle pouvait gémir….wow. Ses bruits sauvages étaient presque effrayants. Ses yeux prenaient tout ce qu’on baisait. Elle la vivait en regardant des fantasmes. Ses doigts lui faisaient mal en les enfonçant dans mes fesses. J’étais sur le dos d’une putain de femme sauvage. Ma bite n’en pouvait plus….
J’ai tué mon sperme immédiatement. Elle a serré son clito contre moi et l’a enfoncé en moi…… nous gémissions tous les deux, entre deux haletants de souffle. Je ne sais pas combien de fois elle a culminé, mais j’ai tiré tellement de fois que j’ai perdu la trace.

L’esprit de Magalie a couru avec des pensées…….
Enfin !….un homme qui est tellement excité par moi que je peux le baiser ! Ma chatte est satisfaite…. pendant quelques heures. Je vais continuer à le baiser jusqu’à ce qu’il n’ait plus de sperme en lui. Ooooooo qui fait tellement de bien !……
—————-
Magalie….Philippe n’a jamais remarqué que la porte du placard était ouverte et que j’avais installé ma caméra vidéo. J’allais avoir un enregistrement de ça pour toujours.
——————
Magalie………..
Quelques semaines plus tard, Sophie a enlevé sa culotte et a commencé à regarder ma vidéo dans son lit. Elle s’est doigtée. Je suis entré, j’ai couché à côté d’elle et j’ai enlevé ma culotte.
Sophie a dit : « Maman, c’est le meilleur ! Regarde la trique de Philippe, toute grosse et qui veut te la mettre en toi. » Je me suis tortillé et j’ai gloussé.
J’ai dit : « Commence depuis le début, je veux le regarder, c’est la meilleure partie….il veut tellement me baiser !

Je n’ai rien fait de mal. Il m’a attaqué, je regardais, c’est tout. »

Sophie gloussa et dit : « Bien sûr maman, bien sûr »…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
—————
*…après avoir baisé Sophie et Magalie toute la nuit, la copine de Philippe l’a largué pour l’avoir ignoré et… il a eu des ennuis à l’école pour s’être endormi en classe. Il a demandé à son pote s’il pouvait dormir chez lui ce soir. Son pote lui a demandé : « Pourquoi ? » Philippe a beaucoup souri et a dit :
« Parce que je suis si « putain » fatigué ! »

récit porno

© Copyright 2019 https://chope1salope.com/ - Tous droits réservés