Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Une jeune salope pour ma grosse bite – histoire sexe

Quand j’étais au lycée, il y a plus d’années que je ne m’en souviens, je travaillais au journal et à l’annuaire de l’école. Nous gérions les affaires comme n’importe quel autre journal – en nous basant sur la publicité.

Un jour, en classe, le professeur m’a demandé si je pouvais aller dans un magasin de vêtements local après l’école pour faire des photos pour une annonce pour l’album de fin d’année. Le propriétaire avait trois de mes camarades de classe qui travaillaient pour lui et il voulait qu’ils soient la pièce maîtresse de l’annonce, habillés de vêtements du magasin.

J’ai dit au professeur que je pouvais le faire et, après l’école, je me suis arrêté à la maison pour prendre une caméra et me diriger vers le magasin du centre-ville. Imaginez ma surprise, et mon plaisir, quand j’ai appris que Nancy était l’une des filles qui serait mannequin pour moi.

Nancy et moi étions toutes les deux en deuxième année, donc je vais situer notre âge à 15 ou 16 ans. Nancy était une superbe fille aux cheveux foncés, au visage de lutin. Elle mesurait peut-être 1,80 m et pesait environ 30 kg, trempée dans l’eau. Elle était le style de meuf que j’adore rejoindre en sexe cam privée pour me masturber, alors, imaginez la devant moi, à poil, ou presque.

Mais elle n’était pas de la peau et des os. Elle portait une paire de seins de 95C et avait un cul haut, serré, en forme de cœur en forme de cul qui était à mourir. Quand elle marchait dans les couloirs de l’école en jeans moulants, on aurait dit deux chatons qui se battaient dans un sac en denim.

Les deux autres filles, Julie et Joan, étaient mignonnes aussi. Mais ils n’ont pas tenu une bougie à Nancy. J’ai dû passer par toute une affaire de mouchoirs sur elle, si vous voyez ce que je veux dire.

Chaque fille avait trois ou quatre tenues différentes que son patron voulait qu’elle porte pour les photos. Le propriétaire était déjà parti pour la journée, laissant Nancy pour fermer, quand nous avons fini vers 17h15. Joan et Julie sont parties, laissant la porte se fermer derrière elles.

Je suis allé à l’arrière du magasin pour ranger mon équipement photo et je me dirigeais vers la porte. Nancy n’était nulle part où aller. Puis, j’ai entendu quelque chose à l’intérieur d’une des loges. J’ai pensé que Nancy était en train de changer.

Je me suis tournée vers le rideau pour lui dire que je partais quand j’ai reçu le choc de ma vie. Le rideau de la loge était ouvert d’environ un pied et il y avait Nancy, dans un minuscule soutien-gorge blanc, qui glissait sa jupe le long de ses jambes. Et puis, il y a eu Nancy, en petit soutien-gorge blanc et culotte.

Ma bite de 16 ans a littéralement descendu la jambe de mon pantalon quand Nancy s’est tournée vers moi pour accrocher la jupe à un crochet à l’entrée de la loge. J’étais comme un cerf pris dans les phares. Je n’aurais pas pu déménager ou même détourner les yeux si je l’avais voulu – et je ne l’ai VRAIMENT pas voulu.

Le soutien-gorge et la culotte qu’elle portait étaient transparents, presque au point d’être transparents. Je pouvais clairement voir les cernes de son aréole sombre, avec des mamelons plus foncés, et l’ombre des poils pubiens sur son monticule de Vénus.

J’ai lentement traîné mes yeux vers le haut de son corps, ma bite palpitant à l’intérieur de mon jean, tentant l’avant. Alors que j’atteignais son visage, au lieu d’un regard choqué, des cris et des mains qui jetaient follement le rideau, j’ai trouvé Nancy en souriant.

Un peu à propos de moi. Je savais, d’après ce que j’avais vu dans les vestiaires du gymnase, que j’avais une bite plus grosse que la moyenne même à 16 ans. Nancy a visiblement vu, et apprécié, la tente que j’étais en train de monter dans mon jean. Elle semblait apprécier le fait que c’était tout pour elle.

« Um, » dit-elle, agitant l’index de sa main droite vers moi dans un geste vieux comme le monde. « Viens ici. »

J’ai posé le sac de l’appareil photo et, comme en transe, je me suis approché du rideau. Je suis entré dans la loge, où Nancy m’a pris la main et m’a tiré jusqu’à l’intérieur. Tenant toujours ma main, elle m’a tourné le dos, me donnant mon premier regard clair sur son incroyable cul.

« Aide-moi avec mon soutien-gorge », dit-elle en lâchant ma main. « Détache-moi, s’il te plaît. »

Les mains tremblantes, j’ai attrapé le minuscule morceau de tissu qui tenait le vêtement en place autour de son corps. J’ai regardé par-dessus sa tête – j’étais près d’1,80 m en deuxième année – et j’ai vu ses yeux dans le miroir pendant que je travaillais sur le fermoir étranger qui se trouve ici.

Cela ne m’a pas pris longtemps et l’appareil s’est séparé sous mes doigts. Sans être gênée, mes mains se sont glissées le long de son corps jusqu’aux épaules, ont accroché les bretelles de son soutien-gorge et l’ont poussé le long de ses bras et l’ont enlevé. Je les regardais droit dans le miroir quand les bonnets ont lâché leur prise sur la chair de sa poitrine. J’ai failli entrer dans mon pantalon au fur et à mesure qu’il se révélait.

J’ai relâché les bretelles, laissé tomber le soutien-gorge le long de ses bras, et j’ai tendu la main pour lui choper ses beaux seins ronds. Ils n’avaient pas bougé quand les tasses sont sorties, ils étaient si fermes. Alors que mes mains se refermaient autour de la chair délicate de l’adolescente, Nancy gémissait et se pressait contre moi, me recroquevillant le dos contre ma bite filante.

« Oh, mmmy Goooooood ! » dit-elle. « C’est… Mmmmmmm ! »

Je lui ai palpé les seins, laissant glisser les mamelons entre mes doigts. J’ai serré et Nancy a encore gémi. Je me suis penché vers le bas et elle a incliné la tête en arrière et autour. Nos lèvres se sont rencontrées, sa langue est entrée de force dans ma bouche, et nous gémissions tous les deux en nous embrassant.

« Assieds-toi », dit Nancy en s’éloignant et se tournant vers moi.

Elle m’a repoussé vers le petit banc qui courait le long de deux murs et se retrouvait dans le coin de la loge. Nancy s’agenouilla entre mes jambes et prit ma ceinture.

« Voyons ce que nous avons ici », dit-elle en ouvrant ma ceinture et en enlevant le fermoir de mon jean. Elle a baissé la fermeture éclair et, me regardant dans les yeux, elle a saisi la ceinture de mon pantalon et l’a tiré jusqu’aux chevilles.

Ses yeux devinrent grands lorsqu’elle fut confrontée au gonflement palpitant et contrasté de mes sous-vêtements blancs à bascule. Elle m’a regardé avec un autre sourire, a attrapé l’élastique de mon short et l’a traîné vers le bas pour rejoindre mon jean.

« Oh, merde ! » dit-elle en enroulant ses petits doigts autour de mon puits rampant. « Oups, désolé. Je ne voulais pas jurer. Les bonnes filles ne devraient pas jurer. »

« Mmmmmmm », j’ai gémi. « Je pense que tu es en sécurité, alors. »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda Nancy en me caressant la bite lentement.

« Avec ma bite dans ta main, je ne pense pas que ça te qualifie de bonne fille », ai-je ri.

« Attendez, » dit-elle. « Tu verras à quel point je peux être bon. »

Sur ce, elle s’est agenouillée, a regardé ma bite une dernière fois, puis a aspiré la tête et plus de la moitié de la tige dans sa bouche en une seule fois. Elle s’est légèrement bâillonnée lorsque la pointe a touché l’arrière de sa bouche et a poussé l’entrée de sa gorge.

« Oh, » dit-elle en reculant, laissant ma bite sortir de sa bouche. « C’en est une grosse. »

Elle a changé de position et m’a encore englouti la bite. Elle semblait déterminée lorsqu’elle a commencé à hisser la tête sur le manche jusqu’à ce que, après seulement quatre ou cinq coups, elle ait forcé la tête dans et en bas de sa gorge.

« Aw, merde ! » J’ai pleuré quand mon sperme m’a remonté le long de mon corps et lui a coulé dans la gorge.

Quoi ? Je n’étais pas vierge, mais je n’avais jamais eu la gorge profonde. Aussi, c’était la fille la plus sexy de l’école, la fille de mes rêves, ma bite à la racine dans son gosier. Alors poursuis-moi en justice !

La gorge de Nancy s’est enflammée autour de mon cou et son sperme est littéralement sorti de son nez. Elle a reculé, toussant, mais caressant toujours. Elle a pris une grande respiration et a ramené la tête de ma bite dans sa bouche à temps pour le deuxième coup de feu pour recouvrir sa langue. Je sentais qu’elle travaillait pour avaler celui-là quand le troisième et le quatrième sont sortis de la tête de ma bite pour lui remplir la bouche.

« Grrrrrrgl, » dit-elle (c’est ce qu’on aurait dit, en tout cas) alors qu’elle reculait, sa main me tenant toujours par le manche alors qu’elle travaillait pour avaler mon sperme. Une fois qu’elle s’était éclaircie la gorge, elle m’a regardé en souriant et a léché la dernière partie du jizz de la fente de la pisse.

« C’était délicieux ! » s’exclama Nancy. « J’espère qu’il y en a d’autres d’où ça vient. »

« Échangez-moi des places et vous le saurez », lui dis-je en me levant et en l’élevant sur ses pieds.

Je lui ai botté le cul dans le coin du banc. J’ai traîné sa culotte le long de ses jambes galbées et de ses pieds. J’ai étendu ses cuisses, accroché ses pieds sur le banc et regardé sa jeune chatte s’étendre devant moi.

Ses lèvres de chatte étaient complètement lisses et rouge sombre, coiffées d’un clito engorgé à peine caché au sommet. Son Mons était le seul endroit où elle avait des cheveux, une tache de duvet courte et douce, clairement en forme de triangle, pointant droit vers ses portes du ciel.

J’ai placé mes mains sur ses cuisses près de leur jonction, j’ai utilisé mes pouces pour écarter ses lèvres et j’ai plongé dans sa chatte humide et parfumée. Alors que ma langue pénétrait son entrée vaginale, son corps secoua, sa tête heurta le mur avec un « bruit sourd ».

« Oooowww, » elle rit en se frottant l’arrière de la tête. « Ça fait mal. »

« Ne t’inquiète pas, » dis-je, ma voix étouffée dans sa chatte. « Je vais arranger ça. »

J’étais assis à me régaler de la chatte piquante et épicée de Nancy. Je la voyais gémir, ses doigts enveloppés dans mes cheveux, et elle me serrait plus fort contre sa chatte. J’ai attrapé son clitoris entre mes dents et je l’ai torturé avec le bout de ma langue avant de l’aspirer complètement dans ma bouche.

En un rien de temps, Nancy se frottait contre mon visage. J’ai travaillé d’une main entre nous et je l’ai sondée à l’ouverture de sa chatte, la trouvant trempée et glissante. J’ai lentement enfoncé un, puis deux doigts dans son corps. Les parois de son vagin ont ondulé autour de mes doigts pénétrants. Mon Dieu, je me suis dit. Elle est tendue.

« Oh, merde ! » elle a pleuré et s’est écrasée les hanches vers l’avant, blessant mes lèvres sur sa plaie. « Oh, putain ! Je suis en train de jouir ! Putain de merde de merde de merde de merde de merde ! »

Le corps de Nancy s’est figé, ses muscles se sont bloqués pendant que son orgasme balayait son corps. Elle avait à peine commencé à se détendre, cependant, quand je me suis éloigné, je me suis positionné entre ses cuisses encore en mouvement et j’ai enfoncé ma bite à fond dans sa chatte.

« Oooooooooooooo ! » elle gémit. « Oooooooooooooooo ! Putain ! »

Je ne me suis pas arrêté. Dès que j’ai touché le fond sur la pénétration initiale, j’ai reculé jusqu’à ce que juste la tête soit à l’intérieur de l’anneau de muscles à son entrée, puis j’ai immédiatement roulé à l’intérieur. J’ai rapidement mis en place un rythme régulier, des coups de pleine profondeur baisant profondément dans sa jeune chatte, mes couilles claquant contre son cul.

J’ai accroché mes bras sous ses genoux, je les ai tirés vers le haut jusqu’à ce qu’elle soit presque retournée et je l’ai bien baisée. Je me suis mis à genoux, puis aux pieds, tirant Nancy avec moi. Elle m’a enroulé les bras autour du cou et, juste comme ça, je me tenais debout avec elle empalée sur mon manche.

Je ne pensais vraiment pas en sortant de mes jeans et sous-vêtements et en transportant Nancy hors de la loge et au milieu du magasin. Je l’ai descendue, bras et jambes encore enroulés autour de mon corps, sur un comptoir couvert de pulls, casquettes et foulards de laine. Le comptoir était assez bas, j’ai pu placer Nancy au coin de la rue et, debout presque au-dessus d’elle, lui frapper la chatte longtemps et fort par le haut.

Nancy gémissait comme une banshee, travaillant ses hanches pour rencontrer chaque poussée que j’ai faite vers le bas dans son corps. Le frottement entre sa chatte et ma bite a fait un bruit humide et étouffant comme son lubrifiant naturel a été forcé de son corps avec chaque poussée. Elle semblait incapable de parler de façon cohérente, des bruits gutturaux, presque des bruits d’animaux s’échappant de ses lèvres à chaque fois que je m’écroulais dans sa chatte.

« Ah ! Fu ! Ck ! Cum ! Ming ! s’écria-t-elle. La chatte de Nancy, qui me serrait la bite comme un étau de velours, s’est soudain resserrée encore plus. Elle a serré autour de mon axe à pleine pénétration, ses jambes se sont bloquées derrière mon dos, et j’étais effectivement piégé à l’intérieur de son corps.

Son orgasme s’est déchiré le corps pendant que ses muscles de chatte dansaient autour de la tige de ma bite. C’est ce que j’ai fait quand j’ai eu les couilles en l’air. Mon orgasme s’est précipité le long de ma colonne vertébrale, a explosé dans ma tête, puis a redescendu le long de mon corps et de l’extrémité de ma queue, qui a été serrée contre l’entrée de son utérus.

« Chaud ! » elle a pleuré. « Jouis ! Chaud ! Sperme ! Remplis-moi ! Remplis-moi de ton sperme ! »

C’est exactement ce que j’ai fait. Une explosion après l’autre de sperme chargé de sperme a tiré sur son corps non protégé. Mais je n’aurais pas pu me retirer si j’avais voulu. Les jambes de Nancy étaient serrées autour de mon corps spasmodique, me retenant solidement en place à mon arrivée.

« Oh, mon Dieu ! » Nancy finit par gémir alors que ses muscles se déverrouillaient et que ses jambes tombaient sur le côté. « Merde ! Je crois que je viens de me faire baiser ! »

« Moi aussi, » dis-je en titubant et en reculant d’un pas.

Ma bite qui se dégonflait rapidement a glissé de ses profondeurs, suivie d’une bouffée de sperme blanc et mousseux. Il s’est déversé de son trou de chatte béant et a taché un chandail et une écharpe sur lesquels elle s’était reposée.

« Tu m’as presque déchiré ! » dit-elle en souriant. « Il faudra bien qu’on le refasse un jour. »

Elle semblait enfin réaliser où nous étions. Il faisait encore assez clair à l’extérieur pour que n’importe qui puisse nous voir en train de baiser un orage sur le présentoir du chandail. Nous avons tous les deux regardé vers les grandes vitrines du magasin. Heureusement, nous semblons avoir échappé à la découverte.

Nous nous sommes vite habillés, avons ramassé nos affaires et nettoyé le magasin du mieux que nous pouvions. Nancy a fini par cacher le pull sur lequel elle avait fui au fond d’un tas dans l’arrière-salle.

On est sortis du magasin et j’ai proposé à Nancy de la ramener chez elle. Dès qu’elle était sur le siège avant de ma voiture, elle a été penchée en avant, se précipitant vers ma bite et l’aspirant profondément dans sa bouche.

« Mon Dieu, j’en ai jamais assez de cette bite ! » Nancy gémit alors qu’elle cajolait encore un troisième chargement de mes couilles, garée directement devant sa maison.

Elle m’a dit en ramassant ses affaires, en essuyant une goutte de sperme égaré de ses lèvres et en rebondissant hors de la voiture :  » Viens me chercher demain avant l’école « . « Je veux sucer ce truc avant le cours. »

Nancy et moi avons fini par baiser jusqu’à la fin du lycée, y compris une session incroyablement chaude derrière la scène du bal de fin d’année pendant que le roi et la reine étaient présentés. Elle m’a même partagé avec quelques-unes de ses amies, dont Julie et Joan – les filles de la séance photo – qui nous avaient vues baiser dans le magasin ce soir-là.

© Copyright 2019 http://chope1salope.com/ - Tous droits réservés