Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Son fantasme BDSM devient réalité

Karine était mariée depuis vingt ans, elle aimait son mari Benjamin, et ils avaient une vie sexuelle formidable, mais Karine voulait juste un peu plus de variété. Elle a rejoint quelques sites de discussion et en a finalement trouvé un qu’elle aimait. Elle travaillait à temps partiel et avait les après-midi libres. C’est à ce moment-là qu’elle se mettait en ligne.

Elle s’est trouvée attirée par les histoires BDSM, elles l’ont vraiment excitée. Elle se retrouvait à les lire de plus en plus souvent. Sa chatte se mouillait rien qu’en lisant ces histoires, et elle se frottait la chatte et se faisait jouir si elles étaient vraiment chaudes.

Elle a finalement eu le courage d’écrire une histoire et de la poster. Elle a écrit qu’elle aimerait être attachée et à la merci d’un autre homme. Elle ne tromperait jamais son mari, mais le fantasme était là. Après avoir posté l’histoire, elle a décidé de mettre l’ordinateur hors service quelques jours et d’attendre des réponses, elle a constaté que cela prenait tout son temps l’après-midi.

Un soir, Benjamin avait du travail à faire sur l’ordinateur. Il a fait apparaître le mot « programme » pour taper une note. Il a remarqué un étrange fichier sur l’ordinateur appelé Karine’s Fantasy, il a donc dû le vérifier. Karine avait oublié de cacher l’histoire sur l’ordinateur après l’avoir écrite. En lisant, Benjamin ne pouvait pas croire que sa femme avait écrit l’histoire, et qu’elle voulait être attachée et même recevoir une fessée. Il a alors décidé que c’est ce qu’il allait faire.

Le lendemain, Benjamin est allé dans un sex shop à la sortie de la ville pour acheter ses provisions. Il avait des bandeaux pour les yeux, des menottes, un kit de bondage, une petite cravache et quelques autres friandises. Il était prêt à faire de son fantasme une réalité.

Benjamin a convaincu Karine de quitter son travail le lendemain, lui a dit qu’il voulait qu’ils fassent des travaux à la maison. Il savait qu’elle ne s’attendait pas à ce que cela se produise. Ils se sont réveillés le lendemain matin, et après avoir pris chacun un café et suivi leur routine matinale, Benjamin a dit à Karine qu’ils n’allaient pas travailler à la maison, qu’il avait une surprise pour elle. Benjamin a dit à Karine de rester dans la cuisine pendant qu’il allait préparer la surprise. Il est allé dans la chambre et a étalé tout son nouvel achat sur le lit. Il est allé dans la cuisine avec un bandeau à la main, a dit à Karine qu’il avait lu son histoire sur l’ordinateur et qu’il était prêt à réaliser son fantasme. « Putain de merde », se dit Karine. Elle pensait que Benjamin ne serait jamais prêt à faire quelque chose comme ça, mais elle s’est sentie excitée. Elle a dit à Benjamin qu’elle était prête à être à lui pour la journée.

Benjamin a bandé les yeux de Karine et l’a conduite dans leur chambre. Il voulait qu’elle sache ce qui allait se passer, alors il a enlevé le bandeau pendant quelques secondes pour voir les objets nouvellement achetés sur le lit. Karine était vraiment choquée, alors qu’elle essayait de prendre les articles un par un, Benjamin lui a remis le bandeau. Elle essayait de se souvenir de tous les articles sur le lit, et se disait ce qui allait se passer.

Benjamin a dit à Karine qu’elle ne devait pas parler pendant ce processus, et qu’il aurait le contrôle, il lui a demandé d’hocher la tête si cela lui convenait. Karine approuva de la tête et Benjamin répondit : « Bien, commençons. Benjamin lui a dit que la première chose qu’il allait faire était de la déshabiller. Elle a été nue des centaines de fois devant lui, mais pas comme ça, les yeux bandés, au milieu de la journée, et lui toujours habillé. Elle était excitée, elle sentait sa chatte se mouiller.

Karine était maintenant complètement nue, elle était à genoux, les mains menottées derrière elle. Elle pouvait entendre Benjamin bouger dans la pièce, comme s’il travaillait sur quelque chose, l’attente la rendait folle, quand allait-il commencer, qu’allait-il faire.

Elle le sentait s’approcher d’elle, il lui murmurait à l’oreille que le plaisir allait commencer. Il a pris une main et a effleuré ses tétons, ils ont été instantanément durs et dressés. Elle voulait sentir sa langue sur ses tétons. Benjamin a attrapé et pincé ses deux tétons, Karine était choquée par la légère douleur, mais elle aimait beaucoup ça. Sa chatte devenait de plus en plus humide, elle voulait qu’il la touche à cet endroit, mais elle devait attendre pour cela.

Benjamin a sorti les pinces à tétons, c’était le genre de pince qui permettait d’ajuster la tension. Il ne voulait pas les serrer trop fort, mais il voulait qu’elle ressente un peu de douleur au début. Il lui a dit ce qu’il avait et lui a demandé de hocher la tête si c’était bon. Elle s’est dit qu’elle n’avait pas remarqué les gants sur le lit, qu’est-ce qu’il avait d’autre. Elle a fait un signe de tête, elle voulait ça.

Benjamin lui léchait doucement les tétons pour les faire durcir, Karine respirait très fort, pendant que Benjamin mettait les pinces en place. Au début, la douleur était intense, mais quand Karine s’est détendue, elle était tolérable. En fait, la douleur a renforcé ses sens. Elle était toujours à genoux, les jambes jointes. Elle pouvait sentir les sucs de ses cuisses. Elle était tellement mouillée que ses sucs commençaient à s’écouler de sa chatte. Elle se demandait ce qui allait suivre.

Benjamin a enlevé ses vêtements, ils étaient tous les deux nus maintenant. Benjamin se tenait devant elle, sa bite était dure, il savait qu’il voulait la baiser maintenant, mais il devait attendre, il avait prévu autre chose. Il s’est rapproché d’elle, sa bite dure et rasée et ses couilles étaient à quelques centimètres de sa bouche. Elle pouvait sentir sa proximité, mais ne savait pas qu’il était nu et qu’il se tenait là avec une bite dure. Il lui a dit ce qu’il faisait, il lui a dit qu’elle ne pouvait pas ouvrir la bouche pour le sucer ou le lécher mais qu’il était juste devant elle. Tout ce qu’elle avait à faire était de sortir sa langue pour trouver la tête de sa bite. Karine a hoché la tête, acceptant de ne pas ouvrir la bouche, mais elle est restée assise là comme on lui avait dit.

Benjamin, s’approchant, lui a frôlé la tête de sa bite sur les lèvres. Karine a senti la tête lisse de sa bite sur ses lèvres. Il lui a dit à nouveau de ne pas ouvrir la bouche en faisant passer la tête de sa bite sur ses lèvres. Karine voulait le prendre dans sa bouche, elle voulait faire courir sa langue sur sa bite, elle voulait le sentir dans sa bouche. Elle aimait sucer sa bite et cela la rendait folle de ne pas simplement ouvrir la bouche et de le prendre au fond de sa gorge. Elle ne pouvait plus le supporter, elle a ouvert la bouche et a pris la tête de sa bite. Benjamin s’est immédiatement retiré, il lui a dit de ne pas ouvrir la bouche et qu’elle devait maintenant payer.

Il l’a mise debout et lui a enlevé les menottes. Elle n’était pas sûre de ce qui se passait, c’était fini puisqu’elle avait désobéi. Il lui a dit de se pencher et de s’agripper à ses chevilles. Oui, elle a pensé, maintenant il va me baiser par derrière. Mais elle a découvert que Benjamin utilisait quelque chose pour attacher ses mains à ses chevilles. Elle était là, penchée, les mains attachées aux chevilles, elle ne pouvait vraiment pas bouger, elle pouvait même tomber, pensait-elle.

Benjamin s’est penché et a serré un peu les pinces à tétons, Karine était tellement prise par l’excitation qu’elle a oublié qu’elles étaient là, mais comme elles se resserraient un peu, elle a ressenti le plaisir de la douleur qu’elles causaient. Elle a entendu Benjamin bouger dans la pièce, il était maintenant derrière elle. Elle était exposée à lui, il pouvait voir son cul, et sa chatte mouillée. Karine gardait tout rasé. Il lui a dit qu’il pouvait voir sa chatte mouillée, et qu’il voulait la baiser et entrer dans sa chatte. Cela l’excitait encore plus.

Benjamin s’est penché pour lui lécher le haut de la fente de son cul, et a commencé à déplacer sa langue vers le bas, bien qu’elle ait pensé qu’il allait enfin me lécher la chatte. Elle pouvait sentir sa langue descendre vers sa chatte mouillée. S’il te plaît, lèche-moi la chatte, pensa-t-elle, mon Dieu, elle voulait tellement se faire baiser. Puis sa langue lui a frôlé le trou du cul, c’était la première fois qu’il faisait ça. La sensation pour elle était incroyable, elle ne voulait pas qu’il s’arrête, mais c’est exactement ce qu’il a fait, il s’est arrêté. Il lui a dit qu’elle devrait attendre plus longtemps, et que maintenant elle serait punie pour avoir ouvert la bouche plus tôt.

Benjamin a pris la petite pagaie et a marché derrière Karine. Il a reculé et lui a donné une fessée. Karine n’était pas du tout armée pour cela, la douleur était vive et piquante, mais elle s’est retrouvée à aimer ça beaucoup. Benjamin s’est retiré et lui a donné une nouvelle fessée. Elle était plus préparée cette fois, mais la piqûre persistait. Benjamin lui a dit qu’elle pouvait parler pour l’instant, mais qu’elle pouvait lui dire s’il lui faisait du mal, elle lui a dit qu’elle allait bien. Benjamin lui a donné une nouvelle fessée, plus dure cette fois, et cette fois-ci, Karine l’a demandé encore plus fort, plus fort encore, elle a crié car la douleur augmentait ses sens. Sa chatte était tellement humide et son clitoris était enflé, s’il vous plaît, baisez-moi, elle a crié.

Le cul de Karine était rouge comme une betterave à partir de la pagaie. Benjamin savait qu’elle en voulait plus, mais il s’est arrêté une minute, il voyait qu’elle avait du mal à se tenir debout comme ça. Il s’est penché et a lâché sa main, elle n’a pas réalisé à quel point ses jambes étaient faibles. Il lui a dit de se mettre sur le lit, Dieu merci, elle pensait qu’il allait me baiser.

Elle avait encore les yeux bandés alors qu’elle était allongée sur le dos. Elle a entendu Benjamin déplacer du matériel autour du lit, il a écarté ses jambes et déplacé ses mains au-dessus de sa tête et a mis une sangle autour de ses poignets et de ses chevilles, et l’a attachée au lit. S’il te plaît, Benjamin, baise moi, supplia-t-elle à nouveau. Benjamin lui dit que plus elle suppliait, plus il lui faudrait de temps pour la baiser, mais il la voulait tellement, que sa bite était encore dure et commençait à palpiter.

Benjamin a dit à Karine de ne plus parler, sinon elle serait à nouveau punie. Pendant tout ce temps, il a remarqué que ses pinces à tétons avaient disparu. Il les a retrouvés par terre et les a remis en place, cette fois-ci en les serrant un peu plus fort. La piqûre était là, mais elle aimait vraiment le picotement que ses tétons ressentaient sous les pinces. Benjamin s’est alors mis sur elle et a chevauché sa taille. Elle pouvait sentir ses couilles rasées sur son ventre, s’il vous plaît, léchez-moi la chatte ou baisez-moi, pensait-elle.

Benjamin prit le petit fouet qu’il avait acheté, il le frotta contre son cou, le déplaça vers le bas, entre ses seins, puis sur un mamelon, puis sur l’autre, très doucement. La respiration de Karine devenait de plus en plus lourde. Il a retiré le fouet, puis a relâché les pinces. Ses mamelons étaient en érection et très durs, puis il a légèrement frappé son mamelon avec le fouet, puis l’autre mamelon. Une fois de plus, la douleur était si bonne pour Karine, qu’il a continué à le faire, pas trop fort mais suffisamment pour que Karine ressente un peu de douleur. Puis il s’est penché et a pris un téton dans sa bouche, en utilisant ses dents pour mordre légèrement, puis l’autre.

Benjamin s’est éloigné d’elle, il s’est agenouillé à côté d’elle, a pris le petit fouet et l’a fait descendre de son sein jusqu’à l’intérieur de ses cuisses. Il s’est assuré de ne pas s’approcher de son clitoris, mais il s’en est approché le plus possible, juste en dessous du nombril, a descendu l’intérieur de ses cuisses et est remonté. Karine se tortillait sur le lit, ouvrant ses jambes autant que possible en espérant qu’il donnerait à sa chatte l’attention dont elle avait besoin.

Finalement, Benjamin a pris le fouet et a effleuré son clitoris. Elle a failli jouir instantanément. Il lui a frotté le clitoris, puis a pris le fouet et lui a légèrement tapoté le clitoris. Il a tapoté un peu plus fort, la sensation la rendait folle. S’il vous plaît, mettez fin à cela, elle a supplié, s’il vous plaît, qu’elle crie. Il a posé le fouet, s’est penché et a mis un doigt dans sa chatte, il ne l’avait jamais sentie aussi mouillée. Il lui a ensuite léché le clitoris en la doigtant. Elle arquait ses hanches vers le haut pour essayer d’enfoncer son doigt le plus profondément possible. Elle ne pouvait plus se retenir. Karine a crié qu’elle arrivait, il pouvait faire tomber le contrat de sa chatte autour de son doigt en lui léchant le clitoris. C’était l’orgasme le plus intense qu’elle ait connu.

Il lui a écarté les jambes aussi largement que possible pour pouvoir la baiser, en lui bandant les yeux et en l’attachant au lit. Il a remarqué que le lit était mouillé par sa chatte qui dégoulinait. Son jus avait coulé dans sa chatte, dans son cul et sur le lit. Au lieu de la baiser, il n’a pas pu s’en empêcher, il a dû la goûter encore un peu. Il a mis ses deux mains sous son cul et l’a tirée vers sa bouche, enfonçant sa langue profondément dans sa chatte. Karine savait qu’elle ne durerait pas longtemps et qu’elle reviendrait. Benjamin a bougé ses mains et a passé ses doigts sur son trou de cul, il était mouillé par son jus. Il a commencé à lui frotter le cul, il pouvait dire par sa réaction qu’elle aimait ça.

Benjamin a fait courir son doigt sur l’ouverture de son cul et a commencé à frotter, tout en lui léchant le clitoris. Elle l’a supplié, je suis sur le point de venir. Benjamin a enfoncé son doigt dans son cul tout en continuant à la lécher. Karine est revenue alors qu’elle se faisait lécher et doigter le cul, la sensation de ces deux choses à la fois était plus forte que ce qu’elle pouvait supporter.

Benjamin ne pouvait plus le supporter lui-même, il devait la baiser. Il a mis sa bite dans sa chatte encore trempée et a commencé à la baiser. Elle avait toujours les yeux bandés quand elle le suppliait de la baiser plus fort. Il l’a baisée fort, il savait qu’il n’allait pas tenir longtemps et qu’il allait venir. Il n’a pas pu se retenir plus longtemps, il est sorti d’elle, a levé la main et lui a enlevé son masque. Elle était toujours attachée au lit. Il l’a chevauchée et a commencé à caresser sa bite à quelques centimètres de son visage. Je suis sur le point d’arriver, cria-t-il, alors qu’il se caressait lui-même. Elle a regardé sa bite se mettre à gicler sur toute sa poitrine. Il s’est asséché pendant qu’elle regardait. La chaleur est venue sur sa poitrine et ses tétons étaient très agréables. Il lui a lâché les mains, elle n’a pas pu s’empêcher de frotter son sperme sur sa poitrine, puis de se lécher les doigts.

Bon sang, elle ne pouvait pas attendre que cela se reproduise.

fantasme femme offerte

© Copyright 2019 http://chope1salope.com/ - Tous droits réservés