Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Sexe dans le jaccuzzi avec la belle soeur – histoire porno

Je pensais partager l’expérience que j’ai vécue l’autre soir avec ma belle-sœur. C’était un chaud mercredi après-midi d’été. Tout le monde se détendait et restait aussi frais que possible grâce à la climatisation.

Je suppose qu’à un moment donné, j’ai réussi à m’endormir sur le canapé et quand je me suis réveillé, il était plus de sept heures du soir. Je n’arrivais pas à croire que j’avais dormi si longtemps.

Après m’être levé et avoir vu où tout le monde en était, j’ai trouvé ma femme Alice en train de regarder des films avec sa sœur Karine sur le canapé. Quand je suis enfin émergé, Karine m’a dit, bien endormi la tête, content de voir que tu pouvais te joindre à nous. Alors qu’elle se levait pour me faire un câlin, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer qu’elle était très sexy ce soir. Je veux dire, elle a toujours l’air bien, étant donné qu’elle est une entraîneuse personnelle. Karine mesure environ 1m60, est mince, a de jolis petits seins fermes, un cul méchant et d’après ce que sa soeur m’avait dit, c’était une vilaine fille.

Elle adorait la bite et d’après ce qu’Alice m’avait dit, elle m’avait demandé quelle était ma taille. Puisqu’elles sont sœurs, elles avaient l’habitude de discuter de la taille des bites, alors elle lui a dit. Alors, alors que je me tenais là, étreignant son corps magnifique, j’ai commencé à avoir la tête dure avec ces pensées qui me traversaient l’esprit. Mm, si délicieuse qu’elle est.

Après que nous nous sommes serrés dans nos bras, je me suis excusé pour prendre un verre et j’ai dit que je reviendrais. Une fois dans la cuisine, j’ai mis mon short et caressé un peu ma bite. Putain, elle était si belle dans son pantalon blanc et son haut noir transparent. Comme je sentais la tête de ma bite sous le bout de mes doigts, je me suis demandé de quelle couleur était son string. Je voulais la dévorer, mais je devais être cool, après tout, c’est la sœur de ma femme. Alors, je me suis retrouvée et je suis retournée dans le salon.

Quand je suis entré, seule Karine était dans la pièce et elle se penchait en avant sur le canapé. J’ai jeté un coup d’œil, juste pour voir si je pouvais voir sa culotte. En m’attrapant, Karine m’a demandé ce que je faisais. Elle m’avait pris en flagrant délit. Quand j’ai essayé de bégayer une réponse, elle a ri et m’a dit que j’étais un tel pervers. Karine a dit qu’elle savait que j’étais un amant des fesses, donc elle n’était pas surprise que j’essaie de regarder. Sinon, elle n’avait pas l’air de m’en vouloir de regarder, ce qui m’excitait encore plus.

Je me suis installé sur le canapé d’en face, allongé les pieds en l’air, Karine était en face de moi. Tu ne le saurais pas, dès que j’aurais été à l’aise, le film s’est terminé.
Avant que je puisse le changer, Karine s’est levée et s’est approchée pour choisir un film, me demandant si j’avais une préférence. Pendant qu’elle demandait, elle se pencha vers le bas, me montrant son joli cul. Quand je regardais son cul, je sentais ma bite bouger à nouveau, et quand je la regardais, elle me regardait en retour. Cette fois, elle n’a pas dit que j’étais un pervers, mais elle a souri et a continué à chercher un film. Elle a dit, qu’est-ce que tu veux regarder ?

Tout ce que je voulais, c’était lui dire à quel point je voulais la voir enlever ce pantalon devant moi. Mais encore une fois, je n’arrêtais pas de me rappeler qu’il fallait que je me conduise bien. Elle a finalement choisi un film, mais j’avais l’esprit ailleurs, sur une terre sale, en la baisant de toutes les façons possibles. Alors quand Alice est finalement revenue dans la pièce, j’avais mal au cœur.

Heureusement qu’elle s’est assise avec Karine, elle aurait senti ma bite et aurait fait savoir que j’étais dure, curieuse de savoir pourquoi j’étais dure. Elle est maligne pour ce genre de choses et elle l’aurait dit. Karine n’aurait pas été surprise, elle savait qu’elle me taquinait, mais elle aurait quand même eu du plaisir à me taquiner avec Alice.

Au fur et à mesure que la soirée avançait, que le film passait et que j’allais prendre un autre verre, je me sentais un peu enivré, j’ai décidé que je voulais donner un coup de fouet à mon buzz, alors j’ai pris un verre sur le bong que nous avions dans le bar. Un de nos amis avait cultivé sa propre herbe et elle était bonne. Je savais que ce serait un ajout parfait à mon buzz. Quand j’ai pris mon premier coup, j’ai entendu Karine dire « Hey » de derrière moi. Je me suis retournée et elle est montée, me disant de partager. Elle taquinait, un pervers et un bogart, en riant. Je lui ai tendu le bang, mais je lui ai dit de faire attention, c’est peut-être trop pour elle.
Karine a gloussé, puis m’a dit qu’elle n’avait rien qu’elle n’avait pas encore pu gérer. Avec un sourire, elle m’a regardé et a mis ses lèvres sur le bang. Mm, les pensées cochonnes dans mon esprit coulaient comme de la folie. J’ai senti ma bite se durcir à nouveau et je n’avais aucun moyen de le cacher cette fois-ci. La regarder prendre le bang sur ses lèvres à chaque coup était chaud, elle est si belle, et coquine, donc l’énergie était intense.

Karine a fumé quelques coups de plus, puis s’est retournée pour retourner dans l’autre pièce. Avant de sortir, elle m’a dit « blanche, pure », avec un sourire, elle s’est éloignée.

J’étais plutôt défoncé, mais après une minute, j’ai réalisé qu’elle m’avait dit de quelle couleur était sa culotte. C’est tout ce que je pouvais penser, une allumeuse si coquine, jouant avec moi maintenant. J’ai adoré ça.
J’ai commencé à imaginer sa chatte montrant à travers la matière fine de sa culotte. Rasée et rose, mm, si sexy. J’étais si dur que j’ai dû aller caresser ma bite quelque part. J’ai choisi le jacuzzi. J’ai pris une serviette, le bang et je les ai gardés devant moi en entrant dans la pièce et en disant à Alice que j’avais mal au dos. J’allais me baigner dans le jacuzzi pendant un moment.
Avec un baiser, elle a accepté et s’est remise à se concentrer sur le film. J’ai remarqué que Karine regardait et m’avait entendu dire à Alice que j’allais sortir.

Quand je suis arrivé dans le jacuzzi, l’eau chaude était si bonne, mélangée avec les pensées de Karine, nue, fantasmant sur son string blanc pur étant la seule chose qu’elle portait, comme les fantasmes se jouaient dans ma tête, j’ai sorti ma queue de mon short, caresse la tête avec mes doigts, puis descends la tige. Je n’arrivais pas à croire à quel point je m’étais fait avoir par ses taquineries et ses flirts avec moi. Mais vu comme elle est sexy, ce n’est pas une surprise.

Comme je travaillais au-dessus de ma bite, la caressant avec de longs coups puissants, serrant comme ma main passait au-dessus de la tête, souhaitant, imaginant que c’était la chatte serrée de Karine me prenant profondément en elle. Puisqu’elle était si athlétique, je savais que sa chatte devait être super serrée, alors j’ai serré très fort, serrant très fort autour de mon gros axe.

Soudain et choqué, j’ai entendu rire. Putain, j’avais été arrêté. J’ai regardé et à ma grande surprise, c’était Alice. Elle me regardait, elle appréciait le spectacle. Elle m’a ensuite dit que Karine passait la nuit ici et qu’elle avait décidé de dormir un peu, à cause de la mauvaise herbe qui la fatiguait.

Alice a décidé de sortir pour me voir quand elle m’a trouvé en train de me caresser la bite. Alice m’a dit qu’elle avait aimé ce qu’elle avait vu quand elle est sortie pour me souhaiter bonne nuit et jouait avec sa chatte pendant qu’elle me regardait. J’étais si excitée que je lui ai dit d’aller dans le jacuzzi et qu’on pouvait faire plus. Mais à ma grande surprise, elle a dit non.

Alice s’est approchée de moi, a soulevé une chaise de jardin, a pelé son short, s’est assise et a écarté les jambes. Comme elle étalait sa chatte humide rasée, me montrant ses jus scintillants couvrant ses lèvres et son clitoris gonflé Puis elle a commencé  à frotter doucement sur son clitoris avec son bout du doigt. Elle a gémi et m’a dit de continuer à jouer, à caresser cette grosse bite comme si tu étais un sale bâtard. Comme elle parlait sale, elle se frottait la chatte plus vite, puis glissant ses doigts dans son trou.

Je caressais ma bite si fort que je regardais Alice baiser sa chatte avec son doigt.

Elle m’a dit qu’elle voulait me voir, alors je suis sortie du jacuzzi, je suis allée me mettre devant elle. Elle aimait ça, en doigtant sa chatte fort, je pouvais entendre à quel point elle était mouillée comme ses doigts claquaient dans son trou serré. Alice regarda ma bite, regarda ma main pomper, caressant l’arbre épais, puis caressant la tête, utilisant le sperme comme lubrifiant pour rouler le bout de mes doigts sur le bout.

Elle adorait regarder ce qu’elle disait et s’est mise à trembler. Elle cumulait fort, trois doigts serrés dans sa chatte et l’autre travaillant son clito, elle tremblait fort, disant à voix haute qu’elle cumulait. Je pouvais voir le sperme blanc crémeux de sperme poring de sa chatte vers le bas à son cul, elle baisait sa chatte si profondément avec ses doigts. Son autre main a fait travailler son clitoris si vite que son orgasme s’est déchiré à travers son corps.

J’ai continué à travailler dur ma bite, en la pompant en me frottant les couilles, en les serrant un peu et en les roulant entre mes doigts. Je sentais mes couilles se resserrer et je m’approchais, je sortais à peine les mots que j’éjaculais, je tirais mon sperme chaud sur tout le visage, le cou, les cheveux, la bouche, mm, putain je suis venu si fort sur elle, tirant charge après charge.

Alice a essayé d’en attraper dans sa bouche quand mon sperme est sorti de ma bite. Elle avait l’air si salope en chaleur dans le sperme, alors que ses doigts remplissaient encore sa chatte humide et béante. Alice m’a dit de m’approcher, en prenant ma bite dans sa bouche, elle a sucé le dernier de mon sperme de ma bite, suçant fort, obtenant chaque dernière goutte.

Après notre baiser, Alice m’a dit qu’elle allait dormir un peu, mais pour que je me détende, elle voulait juste m’aider à soulager le stress de mon dos. Elle m’a remercié pour le spectacle, m’a embrassé encore une fois et est allée au lit.

Ce qu’elle ne savait pas, c’est mon stress, c’est que ma bite était dure comme un roc parce que je pensais baiser sa petite sœur. Maintenant que j’étais seule, j’ai décidé de fumer un joint, de prendre un autre verre et de continuer à me détendre dans le jacuzzi pendant un moment. J’ai fumé mon joint, en pensant à la chaleur du mois d’avril. Puis je pense à vouloir jouir sur Karine. Imaginer à quoi elle ressemblerait en prenant ma bite dans sa bouche, puis en pompant mon sperme partout sur sa bouche et son visage, ses petits seins fermes, délicieux.

Mon esprit vagabondait, je l’imaginais dans le jacuzzi, m’agrippant au bord, le cul à moi pendant que je lui étalais les fesses, glissant ma langue sur son trou du cul. Je parie qu’elle aurait si bon goût que ses trous rasés s’ouvriraient pour que je les dévore.

Je n’avais aucun doute qu’elle serait sexy, appuyée dans ma bouche, ce joli cul serré qu’elle a, son corps tonique, ses seins fermes, sa peau douce. J’en voulais tellement. Comme j’étais assez bourdonné à ce moment-là, je suis entré dans la maison pour prendre un autre verre, puis j’ai eu une idée.

Alice m’avait dit que Karine passait la nuit ici. Je voulais voir si je pouvais jeter un coup d’oeil à elle, peut-être la couvrir et voir son cul, sa culotte, quelque chose, n’importe quoi. J’espérais avoir de la chance et trouver sa culotte dans le sol. Rien que l’idée de sentir sa douce odeur pendant que je caresse ma bite, ma bite a encore remué.

Tandis que mon cul bourdonnant, tout près de l’ivresse, entrait tranquillement là où Karine libertine nue dormait, j’ai ouvert la porte, en y entrant lentement. Je voyais très bien dans la chambre puisqu’il y avait une veilleuse, alors je pouvais la voir sur le lit. Je pouvais aussi voir qu’elle était allongée là avec un t-shirt et son string blanc, seulement, sur les couvertures. Elle était superbe dans la pénombre, ses courbes étaient parfaitement ombragées.

À ce moment-là, j’ai chuchoté, pour voir si elle réagirait. Rien, elle semblait bien dormir. Alice avait dit que l’herbe l’avait fatiguée, alors peut-être que ça l’avait assommée.
J’ai décidé d’aller plus loin, en m’approchant d’elle, j’ai tendu la main, touchant sa jambe. Je n’ai pas eu de réaction, car ma main a remonté sa jambe lisse, caressant doucement ses jambes douces. Se déplaçant lentement, de plus en plus vers le haut, puis finalement, vers ses joues lisses et fermes. Finalement, ils étaient dans ma main. Son cul était ferme, mm, je me sentais si bien dans ma main. Elle m’a eu si fort.

J’ai sorti ma bite de l’autre main, la caressant, sentant à quel point j’étais difficile d’enfin sentir ce joli cul. Son string s’est allumé dans la veilleuse et pendant que je lui serrais les fesses  je pouvais voir sa chatte qui essayait de sortir par les côtés.

Karine dormait encore bien, alors j’ai travaillé mes doigts sur ses cuisses intérieures, caressant sa peau douce. Pendant que mes mains travaillaient sur sa peau, mes doigts se sont éraflés sur sa chatte couverte de culotte. Puis travailler mes doigts, en tirant sa peau doucement, ce qui rend sa chatte rose rasé pointe rasé sur les côtés de son string. Je pouvais voir que le matériel était mouillé par son jus aussi, sa chatte brillait dans la faible lumière de la pièce. Je n’arrivais pas à croire à quel point elle était mouillée.

Je caressais ma bite, je sentais son humidité contre le bout de mes doigts. J’ai pompé mon chibre long, sentant le sperme pré lubrifiant mes coups. J’ai tiré mes doigts de sa chatte, sentant son jus de chatte doux, puis les passer sur sa culotte douce, la taquiner à travers la matière. Elle a reculé pendant une minute, on aurait dit. J’ai frotté mon pouce sur son trou du cul, en lui frottant la chatte avec mes doigts. J’ai entendu son gémissement, mais je me suis calmé, je ne voulais pas la réveiller.

Ensuite, elle s’est éloignée de moi, s’est éloignée et s’est un peu balancée. Elle a tiré la couverture et s’est éloignée de moi. Je n’ai pas été arrêté, mais je pense qu’elle pensait qu’elle faisait un rêve.

Putain, j’étais si dur, j’avais envie de jouer encore un peu avec elle, je voulais sentir sa chatte prendre mes doigts. La sensation de sa chatte lisse était si agréable sous le bout de mes doigts que j’en voulais plus.

Je caressais ma bite longtemps et fort, alors j’ai pensé, peut-être que je pourrais jouir sur elle. Alors j’ai essayé de lui arracher les couvertures, petit à petit, j’ai réussi à lui en enlever quelques-unes, mais elle n’arrêtait pas de bouger. À ce moment-là, j’ai décidé qu’au cas où elle paniquerait, je ferais mieux de m’arrêter et de retourner dehors.

En sortant de la pièce, je me suis frotté le nez et je pouvais sentir son jus de chatte et un soupçon de son trou du cul sur le bout de mes doigts. Elle sentait si bon que sa chatte sentait bon.
Je suis retourné dans le jacuzzi, j’ai senti mes doigts et j’ai pensé à ce que je venais de voir, et maintenant ce que je sentais sur le bout de mes doigts. J’ai enlevé mon short et travaillé ma bite, cette fois plus fort que jamais. C’était si bon de me caresser la bite. La tête était si enflée, le manche palpitant et si dur. J’imaginais Karine pompant ma bite avec ses mains douces.

Elle m’a tellement excité. Je la voulais, je voulais la goûter, je voulais sentir sa chatte et son trou du cul palpiter au contact de ma langue, voir sa réaction quand je glisse mes doigts en elle, un par un, petit à petit.

L’idée de Karine comme ça, après avoir vu son joli cul, le sentir, sentir sa chatte et son cul sur mes doigts, j’ai failli jouir rapidement, quand j’ai entendu quelqu’un près de moi. Quand j’ai regardé, j’étais sous le choc. Cette fois, on n’était pas en avril !

Karine m’a dit qu’elle savait que j’étais un pervers et m’a demandé si j’aimais ce que je sentais sur mes doigts ? Elle m’a alors dit qu’elle ne dormait pas, mais qu’elle espérait que je ne pourrais pas résister à la tentation. Karine a dit qu’elle espérait que j’allais faire tout ce que je voulais avec elle dans la chambre à coucher, surtout qu’elle venait de finir de doigter sa chatte en y pensant.

Pas étonnant qu’elle était si mouillée, vilaine fille.

Karine s’est approchée et m’a dit qu’elle avait regardé Alice jouer devant moi pendant que je caressais ma queue pour elle. Elle m’a dit qu’elle aimait me voir caresser ma bite et m’a demandé si je pouvais l’attiser pour qu’elle puisse la regarder. J’ai dit oui, et elle a marché dans le jacuzzi avec moi. Elle portait son t-shirt et son string blanc.

Je ne pouvais pas le croire, mais n’étant pas timide non plus, je me tenais devant elle et caressais ma bite pour elle, ma bite juste devant son magnifique visage. Ses yeux bruns s’accrochaient à la vue de ma bite devant son visage qui se pompait et se caressait si bien pour elle. Karine était à quelques centimètres de ma bite pendant que je travaillais devant son visage, lui disant maintenant à quel point je me sentais bien quand j’ai roulé le bout de mes doigts sur la tête, lui disant que j’avais pensé à elle toute la journée.

Elle adorait entendre ça, me dire qu’elle pouvait voir qu’elle avait fait du bon travail en me taquinant. Tout d’un coup, elle s’est penchée en avant, prenant la tête de ma bite dans sa bouche. Elle a tiré ma main de ma bite et l’a remplacée par la sienne pendant qu’elle pompait ma bite, aspirant profondément et durement, s’arrêtant seulement pour cracher sur la longue tige, puis l’aspirant de nouveau dans sa bouche et gorge. Karine gémissait en suçant, c’était incroyable.

Karine s’est retirée à un moment donné, me caressant la bite des deux mains. Elle m’a regardé et m’a dit qu’elle pensait à moi aussi. Elle m’a dit qu’Alice m’avait dit combien ma bite était grosse une fois, et que j’avais un fétichisme de culotte string, alors elle savait que j’essayais de voir sa culotte plus tôt. Elle a dit qu’elle a essayé de penser à la façon de me séduire, de me taquiner, pour qu’elle puisse baiser et sucer ma bite. Ramenant ma bite dans sa bouche, dévorant chaque centimètre.

Je n’arrivais pas à y croire, ma femme a excité sa soeur pour moi, putain ouais. Bien sûr, Alice n’en avait aucune idée, mais qui s’en souciait, sa soeur me suçait maintenant la bite et travaillait lentement le bout de son doigt sur mon trou du cul. Quelle sale petite salope c’était. Je lui ai dit, comme ta soeur me l’a dit. Elle s’est retirée et a ri, mais j’ai enfoncé sa tête dans ma bite, en la bâillonnant, en lui disant que nous devrons voir si elle avait raison.

Karine gémissait profondément sur ma bite, aimant être traitée comme une salope, alors je l’ai prise par les cheveux et j’ai travaillé sa tête dans les deux sens avec de longs mouvements profonds dans sa bouche, baisant sa gorge comme j’avais l’intention de faire à sa chatte étroite. Elle avait l’air tellement bien d’être baisée à la gorge et elle adorait ça. Alors quand je lui ai dit que j’étais sur le point de jouir, cette salope coquine m’a sucé la bite plus profondément, elle m’a sorti la langue et m’a léché les couilles. C’est tout, j’ai commencé à éjaculer, je lui ai pompé ma première charge de sperme dans la gorge, puis soudain il y a eu une pression intense. Karine me remplissait le cul avec son doigt. Elle a glissé son doux doigt dedans. Ça faisait un peu mal au début, mais je me sentais si bien aussi. Le mélange de douleur et de plaisir me faisait jouir dur, je cumulais plus fort que je n’avais jamais cumulé auparavant.

J’ai rempli la gorge de Karine de sperme, charge après charge remplissant sa gorge et sa bouche. Elle n’a jamais pris ma bite de sa bouche, elle n’arrêtait pas de me sucer, prenant chaque goutte. Sa bouche était si intense que sa langue tapait le fond de ma bite pendant que ses doigts, maintenant deux, entraient et sortaient de mon trou du cul.

Putain, j’étais toujours aussi dur à cause de ce qu’elle me faisait. Karine a continué, travaillant ma bite avec sa bouche, ses mains, ses doigts, baisant mon cul, mm, ça ne m’a pas pris longtemps et j’étais à nouveau proche. Je n’arrivais pas à croire qu’elle m’avait préparé à jouir à nouveau si vite. Juste au moment où j’étais sur le point de jouir, Karine s’est éloignée, tirant ses doigts de mon cul, elle s’est tournée et a mis la tête de ma culotte à sa culotte. Elle m’en a taquiné un peu, puis les a fait tomber. Son cul, repoussant contre ma bite. Sa main tendue vers l’arrière guidant ma bite dans sa chatte.

Karine m’a repoussé, m’emmenant au plus profond d’elle. Je n’avais pas besoin de bouger ou de faire quoi que ce soit, elle m’a baisé la bite si fort et profond. J’ai touché ses seins et ses mamelons durs, puis je l’ai embrassée en arrière, ses épaules, en tirant ses bras pour qu’elle puisse repousser plus fort, en prenant de plus en plus de ma bite.

C’était si bon de la sentir me baiser, de voir son corps sexy travailler si dur pour prendre chaque centimètre de ma bite qu’elle le pouvait. Son énergie était intense, elle cognait sa chatte contre moi. Elle était mouillée, crémeuse et mouillée et je pouvais voir son sperme sur ma bite. Une femme si sexy qui me baise en me disant combien je me sentais bien en elle.

Je lui tenais les hanches, la tirant vers moi, pompant ma bite dans et hors d’elle avec de longs et profonds coups. Lent, puis plus rapide, profitant de la sensation de sa chatte super serrée autour de ma bite. La vue de son cul chaud et serré, sa chatte toute crémeuse, tout en s’étirant autour de mon corps. Karine me regardait en arrière, me tenant par le bras, me tirant vers elle, voulant plus, plus profondément, plus fort, dit-elle. Putain, donne-le-moi, s’il te plaît, ça fait tellement de bien en moi, tellement au fond de moi. Pendant qu’elle parlait sale, j’ai baisé de plus en plus fort, de plus en plus fort, lui donnant une baise si longue et profonde, celle qu’elle demandait.

Karine éjaculait, me disant de continuer, s’il vous plaît, elle éjaculait si fort. La position dans laquelle nous nous trouvions était parfaite, j’avais un contrôle total et je pouvais aller si profondément en elle. Pendant que son orgasme diminuait, j’ai essayé de continuer, mais je ne pouvais pas me retenir et j’ai commencé à jouir.

Karine m’a dit de jouir en elle, de la remplir de mon sperme chaud. Elle m’a encore dit des cochonneries, sachant que j’aimais ça. Elle s’est retournée contre moi, lui grinçant la chatte, se remplissant les couilles au plus profond d’elle, en s’assurant que j’arrivais le plus profondément possible à l’intérieur d’elle. J’ai adoré, je me sentais si bien cumming à l’intérieur de sa chatte, sa chatte était si serrée, elle a travaillé chaque goutte de mon sperme de moi.
Je n’arrivais pas à croire à quel point Karine était méchante. Je volais haut après ça. Nous sommes restés dans cette position pendant quelques minutes, en l’embrassant, le dos sur ma poitrine, les mamelons entre mes doigts. On s’amuse, c’est tout.

Après qu’on s’est encore embrassés, on s’est repositionnés, on m’a tiré la bite d’elle, Karine s’est assise sur mes genoux dans le jacuzzi. Elle a commencé à m’embrasser le cou, à m’aimer et à être très affectueuse. Karine m’a dit à quel point ma bite se sentait bien en elle et qu’elle n’avait jamais eu une aussi grosse bite auparavant. Elle a dit qu’elle avait été avec un type qui était presque aussi épais, mais pas aussi longtemps. Elle m’a encore embrassé en me mordant la lèvre. J’ai adoré ça.

Je lui ai demandé de m’en parler, comment elle et l’autre gars ont baisé. Karine a aimé cela et m’a tout raconté sur lui, elle l’a rencontré à une fête, elle et son amie. Elle avait entendu parler de sa bite, alors elle est sortie avec lui un soir dans un placard. Elle m’a dit comment elle l’a sucé, puis l’a baisé fort. Ma bite devenait de plus en plus dure en écoutant son histoire.

Karine pouvait sentir ma bite contre ses cuisses intérieures puisqu’elle était encore assise sur mes genoux. Avec ça, elle a mélangé un peu, puis je pouvais sentir sa chatte serrée lentement prendre ma bite… Karine tenait son bras autour de mon cou, se penchant en m’embrassant et gémissant dans ma bouche comme elle remplissait sa chatte de ma bite. Ses mots dans mon oreille, me disant comment elle suçait cette bite de mecs, comment elle le baisait, comment sa bite se sentait en elle quand elle le prenait dans différentes positions. Elle me rendait dingue en me disant des cochonneries. La nuit a duré un peu plus longtemps, et Karine m’a parlé d’elle et d’une amie qui jouait une fois avec un godemiché. Je l’ai perdue, éjaculant à nouveau à l’intérieur d’elle.

Après s’être embrassées, elle et moi sommes allées nous coucher.

Le lendemain matin, je me suis réveillé tard, fatigué de la nuit précédente. Alice était partie travailler tôt et Karine était partie aussi. Je suis allé faire du café pour trouver un mot. C’est Karine qui m’a dit qu’elle avait hâte de finir de me parler d’elle et de son amie. A bientôt, écrit-elle. A côté du mot, sa culotte blanche.
Tu parles d’une bonne nuit dans le jacuzzi et d’un sacré bonjour.

J’attends avec impatience la prochaine fois.

© Copyright 2019 http://chope1salope.com/ - Tous droits réservés