Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Je baise ma femme et sa mère mais pas seulement

« Comment diable puis-je me mettre dans ce genre de situation ? Je me suis demandé. Les foulards qui maintenaient mes poignets sur les bras rembourrés de la chaise étaient une œuvre d’art. Je ne pouvais pas du tout les bouger, mais la circulation était très bonne. Jenny, ma femme, était chirurgienne et experte en noeuds. L’appareil d’entraînement sur lequel j’étais assis avait des pieds rembourrés et mes tibias et mes chevilles étaient fixés de la même manière. Le siège lui-même était divisé pour pouvoir être déplacé pour différents exercices et mes fesses frappaient simplement les deux coussins, laissant mes couilles se balancer librement. Le « masque de nuit » sur mon visage ne laissait pas passer la moindre lumière. J’ai pensé pour la millionième fois : « Où est passée Jenny ?

Je suis allé à un « meet and greet » pour la nouvelle entreprise de ma belle-mère. Ma femme m’avait prévenu que je pourrais y passer la plus grande partie de la nuit et que les personnes présentes (principalement des femmes d’affaires et leurs maris, tous âgés de 45 ans et plus) pourraient faire ou défaire l’entreprise de maman et que je ferais mieux de me baiser en étant charmant et prêt à faire tout ce que sa mère me demanderait. D’accord, mais ce n’était pas dans les cartes !

Comme promis, je suis arrivée tôt pour aider à mettre les choses en place. Il y avait déjà un bar complet et un service de restauration. Jenny, ma femme était déjà là. « Si tu joues le jeu avec ce que maman te dit, tu peux avoir tout ce que tu veux de moi », chuchota-t-elle. « Sois gentil, d’accord ? »

« Un bon mois de jouissance dans le cul », lui ai-je dit. Elle m’a regardé avec ces yeux doux et noisette en considérant. Elle a bougé ses pieds et a dit : « Si tu me lèches jusqu’à ce que je jouisse trois fois avant chaque fois que tu baises mon cul, alors c’est fait. »

SAINTE MERDE ! Je n’arrivais pas à croire à ma chance. Je n’avais eu le plaisir du cul de ma femme que deux fois en quatre ans de mariage. Elle mesurait 1m70 et mesurait environ 150 ans. Elle avait pris quelques kilos depuis la naissance de notre fils, mais elle avait toujours un beau cul et un superbe cul.

« Ce ne sera pas trop ennuyeux. En plus, il y a une pipe qui vous attend dans quelques heures. Attention à la boisson, pas plus de deux par heure », dit-elle alors en s’éloignant.

Les heures qui suivirent furent une succession de femmes d’âge moyen et de maris fouettés par la chatte. Certaines de ces gonzesses étaient assez belles, mais la plupart étaient simplement moyennes pour leur âge. Elles étaient toutes chargées.

« Merci d’être un si bon gars, Dan », m’a dit ma belle-mère, Marcy. « Jenny a dit quelque chose à propos de ma nouvelle machine d’entraînement. Il y a de tout. Il est à l’arrière de l’entrepôt dans la petite pièce que j’avais construite. Le sol est rembourré et il y a aussi l’air conditionné. Il y a même une fontaine d’eau et un endroit pour prendre une douche ! Va voir ça », m’a-t-elle dit en me repoussant.

C’est quoi ce bordel ? J’ai pensé à aller dans l’entrepôt. Quand j’ai ouvert la porte de la salle d’exercice, j’ai été impressionné. Les murs en miroir avaient un rembourrage professionnel comme dans n’importe quelle salle de sport et le sol ne donnait que légèrement quand on marchait. L’éclairage était coupé mais suffisamment fort pour que l’endroit semble éclairé de partout. La douche était sur le côté, avec deux pommeaux de douche et un équipement complet. Jenny s’est assise sur l’appareil d’exercice et a fait un crochet du doigt vers moi.

Je lui ai souri et j’ai admiré l’appareil. Jenny m’a attrapé par la ceinture et m’a tiré tout près. « Comme promis », dit-elle en détachant ma ceinture et en sortant ma bite. Cela faisait presque une semaine que nous n’avions pas baisé la dernière fois, alors j’étais prêt. En un rien de temps, elle m’a enfoncé dans sa gorge en alternant entre ça et me sucer les couilles. Je pouvais dire qu’elle était d’humeur à jouir à la façon dont elle me suçait. Une main était sur mes couilles pour les caresser et l’autre était en phase avec sa bouche pendant qu’elle me suçait. J’ai jeté ma tête en arrière et j’ai gémi en arrivant. Des jets chauds de sperme sucré lui ont été injectés dans la bouche et elle a avalé chacun d’entre eux. Elle a continué à sucer et à avaler jusqu’à ce que j’arrête de jouir.

En retirant ma bite de sa bouche, elle a prélevé le dernier morceau de sperme de ses lèvres avec un petit doigt. « Je pense à jouer là-dessus depuis que je l’ai vu la semaine dernière. Tu veux devenir pervers ? » demanda-t-elle.

Quand votre femme a un plein chargement de sperme dans l’estomac, il est difficile de lui refuser quoi que ce soit. « Bien sûr ! Comment veux-tu jouer ? » Je lui ai demandé.

« Je veux t’attacher et te baiser jusqu’à ce que ta bite soit à vif », dit-elle avec un clin d’oeil.

Ensuite, je me retrouve les fesses nues, pliées à l’aveugle et attachées à la machine. « J’ai envie de faire pipi. Je reviens tout de suite », dit Jenny. « Ne va nulle part », dit-elle en riant en partant.

Après quelques minutes, j’ai commencé à me demander si elle allait bien. Je suppose qu’elle s’est retrouvée coincée à parler à quelqu’un puisque la fête était toujours aussi forte. Je ne sais pas combien de temps je suis restée assise là quand la porte s’est ouverte à nouveau.

« Dan », m’a dit ma belle-mère en ouvrant la porte. « Tu es là ? »

FUCK !

« Oh mon Dieu ! » J’ai entendu à la porte. « L’hôpital a appelé et Jenny a dû partir. Comment diable es-tu devenu comme ça ? »

Dire que j’étais gêné aurait été un incroyable euphémisme. Je suis sûr que j’étais rouge comme une betterave, des orteils au front. Comment diable êtes-vous devenu comme ça ?

J’ai entendu la porte claquer et le verrou cliquer. « Jesus Christ ! Regarde ces noeuds ! Où est-ce que ça commence ? » Marcy a tâtonné avec les noeuds. Je l’ai sentie se tenir devant moi, presque entre mes jambes. Elle tirait frénétiquement sur l’écharpe de mon poignet. Elle a abandonné l’une et a essayé l’autre. Ma belle-mère est une femme typique de la fin des années 50. Un gros cul, des rides sur le visage et jamais, à aucun moment, elle ne m’a regardé ou parlé autrement que comme son beau-fils. Etre nue et attachée devant elle était tout simplement inconcevable, putain !

J’ai lutté davantage pour essayer de l’aider et j’ai senti quelque chose contre mon pied. Je pensais que c’était un appui pour la machine que je poussais. Marcy a trébuché puis est tombée contre moi. Ses seins sont allés droit dans mon visage et la main qu’elle a tendue pour se rattraper a atterri sur mes couilles. J’ai crié puis j’ai toussé.

« OMIGOD je suis désolé ! » elle a crié puis s’est agenouillée pour les frotter. Réalisant ce qu’elle faisait, elle a arrêté de bouger ses mains et m’a juste tenu les couilles pendant que je gémissais de douleur. Je suppose qu’elle se demandait ce qu’elle devait faire.

On a frappé à la porte. « Marcy, tu es là ? » a fait entendre une voix féminine. Un des invités la cherchait.

J’ai entendu la serrure se défaire et la porte s’ouvrir. « Oh, Joan, Dieu merci, c’est toi. J’ai besoin que tu gardes la porte. Ne laisse personne entrer ici. » J’entends ma belle-mère dire à quelqu’un dehors.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Est-ce que tout va bien ? » dit la voix. FUCK ! Ça empire à la seconde près.

« Oh MA ! » J’entends de ma gauche.

« Est-ce que quelqu’un pourrait fermer cette putain de porte ? » J’ai rugi. La porte claque. « Marcy, tu peux me détacher, s’il te plaît ? » Je plaide.

J’entends les deux dames chuchoter et je suis sur le point de crier à nouveau quand j’entends : « Joan reste avec lui. Je vais chercher un couteau ou quelque chose pour le découper dans ces foulards. »

La porte s’ouvre puis se referme.

Après un moment de silence, Joan dit : « Cela doit être terriblement gênant pour vous. Je sais ce que vous ressentez. Une chose similaire m’est arrivée il y a de nombreuses années ».

C’était trop bizarre pour être dit. « Y a-t-il quelque chose autour de vous dont vous pourriez me couvrir, s’il vous plaît ? »

« Essayons ça. » Je sens qu’une sorte de chose soyeuse me tombe sur les épaules. Tout le bas de mon corps est encore découvert. « Eh bien, ça ne cache pas tout. Pouvez-vous écarter vos jambes ? » demanda-t-elle.

Je remonte avec mes cuisses et j’arrive à écarter un peu plus mes jambes.

« OK, c’est tout simplement génial. » dit Joan. Une main s’enroule autour de mes couilles et les tire vers le haut à partir de leur position suspendue. Pensant qu’elle essaie de tirer l’enveloppe sur moi, je pousse mon torse vers l’extérieur et vers le haut. « Oh c’est parfait », Joan respire et elle me suce la bite entre les lèvres !

Me voilà complètement à la merci d’une vieille dame que je ne vois pas compter sur ma belle-mère pour me libérer. C’est un cauchemar !

Joan continue à me sucer la bite molle et à me lécher les couilles. Dans d’autres circonstances, je serais dur comme un roc, mais pas dans ce cas. Joan a toute ma bite dans sa bouche et me lèche les couilles en même temps. Cette vieille gonzesse a dû être un enfer à son époque.

La porte s’ouvre soudainement. S’il te plaît, sois Marcy, je t’en prie.

« Joan, tu as eu de la chance ? » J’entends ma belle-mère me demander. Puis je l’entends haleter. « Mais qu’est-ce que tu fais ? » s’exclame-t-elle.

« Pas encore de chance. Il ne va pas bander. Il y a quelque chose qui ne va pas avec lui ? » Joan me demande d’enlever ma bite de sa bouche.

« Je n’arrive pas à y croire ! Je ne peux pas croire que tu as… …agressé mon beau-fils ! T’as perdu la tête ? » Marcy a failli crier.

« Reste dans le coin, Marcy. Je n’ai même pas encore commencé. Maintenant, à moins que vous ne vouliez fermer votre petite entreprise avant qu’elle n’ouvre, dites à mon mari d’aller chercher la boîte à outils. On va le faire réparer en un rien de temps. » Je n’entends pas la porte s’ouvrir. « Fais-le, Marcy. Va chercher Ernest. »

Earnest. Clique. Je ne me souvenais pas du nom de Joan, mais on ne peut pas oublier un homme qui s’appelle Ernest. C’était un homme léger, pâle, d’environ 50 ans. Joan était l’incarnation d’une grand-mère. Costaud, pas exactement gros. Elle portait des lunettes et avait même les cheveux en chignon. Elle ressemblait à la grand-mère dans un livre pour enfants. J’ai senti ses lèvres sur ma bite à nouveau.

« Dan », plaide ma belle-mère. « S’il te plaît, fais ça pour moi. Je ne le dirai à personne. S’il te plaît, Dan ? » Puis j’entends la porte s’ouvrir. « S’il te plaît, Dan. Pour moi. »

Je suis au-delà de toute pensée rationnelle maintenant. Je suis trop gêné, trop indigné et tout simplement effrayé ! « Je vais te faire bander et je vais monter ta bite jusqu’à ce que j’en ai fini avec ça. Arrête de résister. Tu vas adorer. » Joan a dit entre les paroles.

Joan a continué à me travailler mais j’ai gardé cette image mentale de ma belle-mère dans la pièce.

La porte s’ouvre et j’entends la voix d’un homme avec Marcy. Dieu merci, ils vont me libérer. « Joan, qu’est-ce que tu fais ? » J’entends Ernest.

Joan me lâche la bite. « Tu as apporté la boîte à outils ? »

Je n’entends rien, donc je suppose qu’Ernest secoue la tête.

« Alors viens ici et aide-moi. » J’entends qu’une affaire est en cours d’ouverture. « Tu vois comment cette chaise est fendue au milieu ? Mets-toi là et lèche-lui le trou du cul, espèce de ver ! » Joan crie à Ernest.

« Joan ! Je ne peux pas te laisser faire ça. Arrête de toucher mon beau-fils et ne laisse pas Ernest le toucher non plus. » Marcy lui dit.

« Bien joué, maman ! Je me suis dit.

« Tais-toi Marcy. Tu auras ton tour. Ernest ! » Joan commande. Je sens un bout de barbe sur mes joues et une langue s’enfouir dans mon trou du cul. Joan recommence à me sucer et je commence à sentir un picotement.

« C’est dégoûtant. Comment as-tu pu faire une chose pareille ? » s’exclame Marcy.

Ils travaillent sur moi mais je ne bande pas. Ernest a une langue incroyablement longue et forte et a pénétré mon sphincter. Il en a au moins un centimètre qui s’enfonce en moi. Joan n’a pas encore cessé de me sucer et je continue à sentir plus de peau contre mes jambes, alors elle a dû enlever des vêtements.

« Prends le bâton Ernest. » Joan lui dit.

« Le bâton ? », je me dis. Est-ce qu’ils vont me frapper maintenant, putain ?

Ernest me lèche encore le cul puis se retire de sous moi. Joan me caresse la bite mais ne dit rien. Après une minute à attendre d’être frappé, je sens Ernest se glisser à nouveau sous moi. Il enfonce à nouveau sa langue dans mon cul.

« Ça suffit, Worm. Tu auras tes jolies jambes plus tard. Si jamais. Utilise le bâton. » Joan a l’air énervée.

Je sens un doigt sur mon trou du cul. Je me glisse juste un peu puis je me retire. Puis je reviens et je réalise qu’il applique du lubrifiant.

« Qu’est-ce que tu fous, Ernie ? » Je demande en essayant de paraître menaçant. Le ridicule de ce qui est évident.

Je sens une chose ronde et froide se presser contre mon trou du cul. Plus de pression et ça glisse en moi. Il continue et frappe ma prostate. Il sonde un peu puis se repose. Soudain, elle bourdonne de vie. Ma bite commence à durcir.

« Rien ne marche mieux que le bâton. Un homme ne peut pas résister. N’est-ce pas Ernest ? » dit Joan.

Les lèvres engloutissent ma bite qui durcit lentement. Les mains caressent mes couilles. Je suis dur comme un roc en moins de 30 secondes. « J’aime voir un homme avec une bite bien dure, pas toi Marcy ? » demande Joan. J’aurais préféré qu’elle ne dise rien. Parce que ça voulait dire qu’Ernest me suçait la bite.

Le bruit du froissement des vêtements ne pouvait signifier qu’une chose. En une seconde, je pouvais sentir une douce et chaude poitrine qui me poussait dans le visage.

« Aidez-moi à le monter. Ernest me tient la jambe. Marcy, aide-moi. » Joan leur a dit. Ernest a frotté ma bite contre la chatte poilue de Joan. Il a ajouté un peu de lubrifiant sur le bout puis m’a fait glisser jusqu’à son ouverture. Elle s’est lentement enfoncée sur moi en utilisant l’arrière de ma tête comme levier. Elle a tiré ses seins dans mon visage pendant qu’elle me chevauchait. De haut en bas dans sa chatte, ma bite a pulsé jusqu’à son utérus desséché et en est sortie. Bientôt, elle a haleté dans mon oreille et elle a grogné puis m’a étouffé avec ses seins. Elle s’est acharnée à m’enfoncer profondément dans son corps.

« Oooohhh. C’est bien », le corps entier de Joan vibrait alors que l’orgasme la prenait. Elle s’est arrêtée de bouger, le laissant prendre le dessus. Bientôt, elle arrêta de trembler et s’assit sur mon… Ma bite était encore dure comme du fer, surtout à cause du bourdonnement de ma prostate.

« Ernest. Baissez le vibreur, mais ne l’éteignez pas. Tu n’as pas joui, Dan. C’est bien. » Joan m’a roucoulé dessus en se levant. « Ouf ! C’est dur ! Je ne pense pas que je puisse refaire ça. Ces vieux os ne vous portent pas très bien quand vous atteignez 62 ans. Ernest. C’est à toi. »

62 ? Ma bite était juste en train de servir une chatte de 62 ans ? Bon sang ! Si ce putain de truc ne bourdonnait pas dans mon trou du cul, je serais mou comme une nouille !

Je sens à nouveau la bouche d’Ernest sur moi. Il me tient dans sa gorge et il fait ce bruit de bâillonnement. Je sens que le truc dans mon cul bouge un peu et le bourdonnement s’installe d’un cran.

Ernest commence à appliquer le lubrifiant sur mes couilles alors qu’il me suce. Elles sont lisses et commencent à chauffer sous ses mains douces. Puis il a caressé le truc sur ma bite et j’ai su ce qui allait suivre. OMIGOD Marcy ne laisse pas faire ça.

Ernest a tenu la base de ma bite fermement pendant qu’il me chevauchait. Elle a glissé le long de son zizi de la taille d’un pouce et je me suis retrouvée sur mon siège. Il s’est mis en position mais n’a pas bougé une fois qu’il était sur moi.

« Marcy. Prends la bite de ton beau-fils et tiens-la bien. Ernest a été un bon garçon. Je veux le voir monter cette bite comme un jockey. » Joan a dit. Elle l’a dit comme si elle parlait d’un arrangement floral.

Je sentais une main plus froide et plus petite sur moi maintenant. Je savais que c’était Marcy qui tenait ma bite dans le trou du cul du mari de son amie. Elle AIDait ces gens à profiter de moi. J’ai senti le trou du cul d’Ernest contre la tête de ma bite. Il s’est baissé jusqu’à ce que la tête lui explose à l’intérieur. Son trou du cul m’a serré comme un étau. J’ai entendu son souffle siffler et je l’ai senti contre mon cou.

« Je ne t’ai pas dit de lui faire l’amour, Ernest. Je t’ai dit de le prendre dans le cul ! » Joan a braillé et Ernest a soudain été poussé sur moi. Ma bite l’a empalé jusqu’aux couilles et je l’ai entendu crier. Ça ne pouvait pas être bon.

« Il est beaucoup plus épais qu’il n’en a l’air, n’est-ce pas ? Tu aimes avoir ton trou du cul rempli de la bite d’un vrai homme, n’est-ce pas, suceur de bites ? Ça fait un mal de chien, n’est-ce pas, fée ? » Joan continuait de recevoir des insultes pendant qu’Ernest gémissait et me chevauchait. Je commençais à me sentir désolée pour lui, mais son trou de cul me traitait durement et le bourdonnement dans mon cul me poussait vers l’orgasme. Après quelques minutes où Ernest lui a baisé le cul avec ma bite, Joan l’a fait se lever de moi.

« Tu allais jouir, n’est-ce pas, sans bite ? Tu allais jouir parce qu’il t’avait fourré sa bite dans le cul, n’est-ce pas ? T’es vraiment un putain de petit connard sans valeur ! Descends et suce sa bite ! Suce toute la merde de sa bite ! » lui cria Joan. Ernest s’est vite mis entre mes jambes et s’est mis à sucer. Bientôt, il m’a rendu propre comme un sou neuf.

« Marcy, tu veux un peu de ça ? » dit Joan. J’étais complètement terrassée ! C’était déjà assez dur qu’elle s’en sorte et qu’elle détruise son mari devant nous. Maintenant, elle attend que ma belle-mère se joigne à elle.

« Mon Dieu, j’ai cru que tu ne me le demanderais jamais ! » J’ai entendu la suite de Marcy dans la joie ! S’IL VOUS PLAÎT, DITES-MOI QUE ÇA N’ARRIVE PAS !

J’entends des bruits de vêtements et Ernest arrête de me sucer. Marcy saute sur mes genoux. Ernest l’aide à mettre ma bite dans sa chatte et elle ne perd pas de temps avec la finesse. Elle rebondit sur ma bite palpitante. Ma belle-mère se jette sur moi en la prenant au plus profond d’elle puis remonte presque jusqu’au bout. Je l’entends crier comme une petite fille. Elle chuchote : « Tu es si douée. Je n’ai pas eu une bonne baise depuis des années. C’est tellement bon. »

Le buzzer est retiré de mon cul pour être remplacé par Ernest (du moins, je pense que c’est la langue d’Ernest). Il lèche le dessous de mes couilles alors que Marcy commence à ralentir sur moi. Ses jambes tremblent et soudain, sa chatte se contracte et elle se met à bander.

Elle crie « YYyyaaaaaaaaa ! » en faisant grincer son clito contre moi. Elle me conduit tout droit vers un autre orgasme. Ernest est en train de mettre mes boules en bouche, les prenant une à une et les tétant habilement. Marcy est lente à me chevaucher et je sais que je vais bientôt jouir.

Soudain, mon bras gauche est libre. Le sang refoule et les « aiguilles » touchent mes mains et mes doigts. Puis mon bras droit est libre aussi, avec les mêmes résultats. Je tire mon masque vers le haut pour voir Joan me libérer. Les gros seins flasques de Marcy s’écrasent contre ma poitrine. Ses tétons durs me grattent. Soudain, mes jambes aussi sont libres. J’avais besoin de jouir. Ma bite s’engourdissait et je ne pouvais pas laisser faire ça, sinon on serait là toute la nuit. Je me suis levé avec Marcy qui me chevauchait encore. Je l’ai poussée de moi puis je l’ai fait se mettre à genoux. J’ai poussé ma bite sur son visage mais elle semblait réticente.

« Suce sa bite Marcy. Je veux te voir la sucer ! » Joan lui a dit d’une voix de fait. Ma belle-mère était aussi inexpérimentée en matière de succion de bite que sa fille l’était en matière d’expertise. Mais c’était pas grave. Ernest me léchait encore le cul. Joan ne lui avait pas dit d’arrêter. Elle a pris la tête dans sa bouche et a bougé un peu. Ça n’allait pas marcher.

« Où est ce lubrifiant ? » J’ai exigé. Ernest m’a tendu la main par derrière. Je l’ai donné à Marcy. « OK, maman. Mets-moi ça partout. » Je lui ai dit. Elle avait l’air un peu effrayée mais elle a obéi. Je me suis penché en arrière en appréciant la sensation de son poing qui me caressait avec du lubrifiant. Je suppose qu’elle pensait que je voulais une branlette, mais même avec Ernest à mes côtés, cela ne suffisait pas. Elle m’était redevable.

J’ai poussé Marcy sur son dos. J’ai tiré ses jambes vers le haut et j’ai fourré ma bite dans sa chatte. Je me suis allongé sur elle et j’ai tendu la main pour lui tenir le cul. Je lui ai écarté les joues et j’ai dit à Ernest : « Lube ça ! »

Marcy a commencé à protester, mais bientôt elle gémissait et roucoulait sous les soins d’Ernest. Je dois admettre que ce type a de grandes mains. J’ai regardé Ernest et il a fait un signe de tête. J’ai regardé Joan et j’ai vu ce sourire complice sur son visage. Marcy était sur le point de perdre sa cerise sur le cul ET d’avoir un rectum plein de sperme et elle ne le savait pas. Mais Joan et Ernest le savaient tous les deux.

Je lui ai pompé la chatte à fond. Elle s’était détachée du lubrifiant et des récents coups de poing. Je l’ai baisée bien et fort jusqu’à ce qu’elle commence à respirer fort et qu’elle jouisse. Quand j’ai senti la première contraction de l’orgasme, j’ai tiré jusqu’au bout. Quand sa tête s’est dégagée, Ernest l’a descendue par le trou de son cul et je suis entré. Lentement, lentement mais sans s’arrêter. Marcy se débat mais Joan attrape ses avant-bras en les tirant vers le haut. Ernest s’avance pour l’aider. Bientôt, je suis enterré profondément dans son rectum. Son trou du cul a tellement de mal à m’accepter que je ne peux plus tenir. Je grogne et je recule en m’enfonçant encore plus profondément dans les entrailles de ma belle-mère. Elle a crié avec moi en sentant ma bite grossir encore plus et commencer à gicler. Je me déplace légèrement à l’intérieur d’elle en savourant la sensation de son trou de cul convulsif, du bout de ma bite qui gicle jusqu’à la base de la pulsation. Je la sors à moitié puis je la repousse en la faisant crier davantage. Je ne m’en soucie plus. J’ai été utilisé pour le plaisir des autres pendant la dernière heure et maintenant je prends ce que je veux.

Mon sperme a rendu son trou de cul glissant. Trop glissant pour en profiter davantage. Je l’ai caressée en profondeur et je l’ai fait sortir d’un coup sec, mais elle se relâchait de plus en plus à chaque coup. Je me suis retiré du trou du cul de Marcy et elle a crié : « Non, attendez. Je suis sur le point de jouir. Remets-la dedans ! »

Je me suis penché en arrière puis je me suis levé. Ma bite était encore dure et se tenait droit devant moi. J’ai regardé autour de moi et j’ai fait signe à Ernest. Il s’est rapidement agenouillé devant moi et a englouti ma bite avec sa bouche. J’ai tendu la main et j’ai tiré le visage de Marcy à côté d’Ernest. Ils ont tous les deux partagé ma bite pendant un moment. L’une me suçait les couilles pendant que l’autre me suçait la bite. L’un me suçait la tête pendant que l’autre aimait le manche. Cela a duré environ cinq minutes. Je me suis penché pour relever un des nichons souples de Marcy afin de pouvoir serrer le téton. DUR.
« Joan, viens ici ! » Je lui ai dit. Elle se raidit à mon ton. « Qu’est-ce que tu as dit ? Tu ne me demandes rien. Tu SUIS ce que je te dis ! » dit-elle.

Je m’approche d’elle et je prends dans ma main ses gros seins flasques. Je roule le mamelon entre mes doigts et je prends l’autre sein et je fais de même. Je les presse grossièrement et je pousse ma bite entre eux. J’entre et je sors en mettant la tête sur ses lèvres.

« C’est vous qui avez commencé. Tu vas y mettre fin. Maintenant, SUCK MY COCK ! » Je commande. Elle sourit juste. Je tourne la tête et je regarde le couvercle rond en plastique noir au plafond dans le coin. Joan suit mon regard. Son sourire disparaît quand elle réalise qu’elle regarde une caméra de sécurité.

« Espèce de connard. Qu’est-ce que tu veux ? » Joan crie pratiquement.

« Je veux que tu ouvres ta bouche. » Je grogne douloureusement en tirant fermement sur ses tétons. Elle obéit. Je lui fourre ma bite dans la bouche et je commence à baiser. Je n’ai jamais été aussi excité ou rempli d’un sentiment de puissance. Mais cette vieille dame va soit me sucer les couilles à sec, soit j’allais élargir son trou de cul et tirer là. J’ai baisé le froncement de sa bouche en aimant la vue de ma bite qui disparaissait entre ses lèvres. Elle n’aimait pas ça et allait encore moins aimer ça.

« Ernie ! » J’ai crié. Ernie est apparu à côté de moi. J’ai pompé mes hanches en enfonçant ma bite dans la gorge de Joan. Elle s’est étouffée quand j’ai dit à Ernie : « Couche-toi par terre sur le dos. » Il a rapidement obéi, sa bite de la taille d’un pouce remuant pendant ce temps. J’ai retiré ma bite de la bouche de Joan. Elle a haleté pour respirer. « Couche-toi par terre et suce Ernie. Suce la bite de ton mari comme la salope de femme que tu es. » J’ai ordonné.

« Ernie suce bien sa chatte pendant que je la baise. » Joan s’est mise sur lui en lui étouffant le visage avec ses grosses cuisses ridées. En me mettant derrière son cul blanc et ridé, j’ai donné ma bite à Ernie. « Où est le lubrifiant ? Cette salope est sèche comme un os » lui ai-je demandé.

Le tube est apparu dans ma main. Ma belle-mère m’a souri. « Fais-la durcir. Je suis foutu de toute façon. Maintenant, baise cette douleur dans mon cul jusqu’à ce qu’elle crie ! » Marcy m’a murmuré.

Ernie avait une de mes couilles dans sa bouche pendant que je me lubrifiais la bite. « Ernie, espèce de pédé. Tu es censé lui bouffer la chatte, pas me sucer les couilles. Vas-y ! » Son visage est apparu plus près de sa chatte. Je me suis enfoncé dans la chatte sèche de Joan. Le lubrifiant n’était pas suffisant et j’avais l’impression d’enfoncer ma bite dans le sable. Je me suis tenu tranquille et j’ai eu une idée. « Je n’y vois rien. Marcy lui suce la bite ? » Marcy a secoué la tête, oui. « Est-ce qu’il lui bouffe la chatte ? » Un autre signe de tête.

En souriant, j’ai versé le lubrifiant directement sur le trou du cul plissé de Joan. J’ai enfoncé un doigt dedans. Elle a haleté et son trou du cul a aspiré mon doigt plus profondément. J’en ai ajouté un autre avec le même résultat. J’ai retiré ma bite de sa chatte et je l’ai enfoncée dans son cul sans résistance. Au lieu du cri attendu, je n’ai rien eu.

« J’espère que tu préfères ça à ces godes que tu as pris dans ton trou du cul Joan », lui ai-je dit. J’ai poussé son corps carrément sur le visage d’Ernie. Je l’ai tenue fermement par terre avec un bras en travers du bas de son dos. Ça allait être amusant ! J’ai complètement retiré ma bite. Son trou de cul s’est dilaté puis a rétréci pour revenir à la normale. De retour, je l’ai poussée profondément jusqu’aux couilles puis jusqu’à la sortie. Après quelques minutes, son trou de cul était si dilaté que je ne sentais plus rien. Je me suis retiré et je lui ai enfoncé dans la chatte. Le lubrifiant supplémentaire de son trou du cul m’a aidé. Ensuite, j’ai donné dix coups dans sa chatte, puis dix coups dans son cul. D’avant en arrière. D’avant en arrière. Ernie me léchait les couilles de temps en temps et je lui aboyais dessus pour garder son clitoris. On a baisé comme ça jusqu’à ce que je me dise que je ne pouvais pas m’en tirer du tout. J’ai senti un coup de fouet dans mon cul.

En me retournant, j’ai vu Marcy avec le bâton. Elle me poussait le trou du cul et l’a bientôt enfoncé dans ma prostate. Elle l’a allumé et l’a mis en marche. Le bourdonnement était incroyable. Marcy a écrasé sa bouche contre la mienne en m’embrassant frénétiquement. Ernie a retiré ma bite de la chatte de Joan et l’a enfoncée dans son trou de cul. En enfonçant ses doigts dans sa chatte, il a massé ma bite pendant que je la pompais. C’était trop. La surcharge de stimulation et j’ai crié dans la bouche de Marcy pendant que je tirais charge après charge dans le cul maintenant grand ouvert de Joan. Mes hanches se sont mises à trembler de façon spasmodique quand je suis arrivé. J’ai pompé jusqu’à ce que la dernière petite goutte de sperme soit injectée dans les intestins de cette vieille dame. Marcy est finalement venue prendre de l’air.

J’ai haleté et je suis descendu pour soulager la pression sur mes jambes. Le bâton, bien sûr, est allé plus loin dans mon cul. Je l’ai sorti et je l’ai jeté dans la boîte. Joan et Ernie étaient encore dans un 96. Les jambes de Joan se déformaient et je me suis rendu compte qu’elle avait encore du sperme.

« Ernie, sors de là-dessous. » Il s’est exécuté. En lui enfonçant son visage dans le cul, j’ai ordonné : « Maintenant, suce tout mon sperme ! »

Je me suis approché du visage de Joan. « Nettoie ma bite. Lèche-moi tout le cul ! » Sans un mot, elle a ouvert la bouche et m’a sucé à l’intérieur. Elle m’a léchée et sucée comme si j’étais un sucre d’orge. Un changement étonnant en si peu de temps. Quand j’ai été satisfait, je me suis retiré et je me suis assis. Mais Ernie continuait à lécher et à sucer le trou du cul de Joan. Elle gémissait sur sa langue en léchant le sperme de son cul bien baisé.

« Eh bien Marcy, cela change certainement un peu les choses. Je n’ai jamais trompé ta fille. Jamais. Je voulais juste que tu le saches. Je veux aussi que tu saches qu’elle est assez avare avec les pipes. Devine qui va prendre cette fonction au moins deux fois par semaine ? »

Marcy a juste souri et m’a embrassé. Je me suis vite habillé et je suis parti.

En rentrant chez moi, j’ai pris une longue douche chaude après avoir renvoyé la baby-sitter chez elle. Je suis allé voir la petite et je suis monté dans le lit. Je me suis endormi juste après que ma tête ait touché l’oreiller.

Il me semblait qu’un instant plus tard, Jenny me réveillait en me secouant. « Hé, lève-toi. Tu as dormi jusqu’à la fin de l’alarme ! »

Je me suis assis, groggy et les yeux pleins de sang. « Mais qu’est-ce qui t’est arrivé hier soir ? »

Jenny est devenue rouge comme une betterave. « Je suis vraiment désolée pour ça. J’ai été appelé pour un quadruple pontage d’urgence. Je sais que tu étais gênée. Tout comme maman apparemment. Tu es en colère contre moi ? » a-t-elle demandé.

Je me suis frotté le visage, j’ai reniflé puis j’ai dit : « Oui, je suis assez énervée contre toi. Comment diable as-tu pu me faire ça ? As-tu une idée de ce que c’était ? Attaché et tu as dû demander à ta mère de me détacher ? Ta mère m’a vu complètement nu ! » Fâché ? Je n’étais pas du tout énervé. J’essayais de voir ce que je pouvais faire.

« OK. Je suis désolé. Je suis vraiment désolé. Que puis-je faire pour me faire pardonner ? Sérieusement. Je n’aurais jamais dû m’enfuir comme ça. » Elle s’est sincèrement excusée.

« Je pense que vous allez me faire des choses qui sont illégales dans cet état. Mais pour l’instant, je dois faire pipi. » Je lui ai dit de se lever.

« Que voulais-tu dire quand tu as dit que ta mère était embarrassée elle aussi ? » J’ai appelé à cause du bruit de la pisse qui frappe l’eau.

« Elle a dit qu’elle espérait que tu n’étais pas trop gênée. Elle a aussi dit que tu avais bien réussi et que tout le monde semblait t’apprécier. La fête a été un succès. Même la dame dont maman s’inquiétait pensait que tu étais génial. Maman dit qu’elle te rendra la pareille quand tu voudras »

J’ai souri. Il faut aimer les vieilles dames.

« Elle a aussi dit que vous avez passé plus de temps à vous assurer que certains des invités étaient bien pris en charge. Tu es vraiment un type bien. Tu ferais mieux de te dépêcher ou tu vas être en retard au travail. Ce soir, je te récompenserai. Tu as l’air d’avoir besoin d’une longue pipe bien lente ».

histoire de cul

© Copyright 2019 http://chope1salope.com/ - Tous droits réservés