Dial sexe avec une femme

Femme sexy & nue en live

Camgirl rencontre voyeur pour du sexe – histoire porno

Je suis allongé sur le ventre, les yeux fermés, alors qu’il me demandait : « Comment l’ai-je laissé m’entraîner là-dedans ? Je ne l’ai jamais vu, seulement des SMS en ligne. Il a aimé mon tatouage quand il a vu mon émission de webcam. Il était différent de la plupart. Il m’a demandé ce que j’aimais. Il a complimenté mon corps sans être impoli. Il a même pris des notes élogieuses sur les changements dans mon corps au fil du temps. Il m’a finalement convaincu de le rencontrer. Il a payé un bel hôtel et a dit qu’il serait là à 21h. C’est le premier voyeur sur webcam qui est si gentil avec moi, d’une certaine manière. Pourtant, des heures de nus en direct sur la cam, je peux les compter par milliers. Des milliers d’orgasmes, des milliers de mecs, de bites et de litres de sperme. J’adore me montrer nue comme une salope pendant une cam érotique.

« Il a dit que je pouvais dire non à tout moment et que s’il arrivait et que la porte était fermée, il saurait que je n’étais pas à l’aise et que j’avais changé d’avis. » J’ai entendu la porte de la chambre s’ouvrir et se fermer doucement. Mon cœur battait vite. Avais-je fait une erreur ? Dois-je crier non et partir. Puis j’ai entendu une fermeture éclair et ses vêtements quand ils sont tombés par terre. J’ai senti son poids alors qu’il se déplaçait sur le lit et chevauchait mon corps. Il s’est penché et m’a embrassé la joue.

« Bonjour, déesse. Je sens ton cœur battre et je sais que tu es nerveux. Tu peux dire arrête tout de suite et je m’en vais. » Mon esprit était incertain, mais mon corps voulait ce qu’il avait promis, une nuit de passion désintéressée, juste pour moi. J’ai secoué légèrement la tête pour dire oui. Il embrassa doucement ma joue, puis se dirigea vers mes épaules et mon cou en m’embrassant doucement et en me mordant la peau au fur et à mesure qu’il allait. En quelques instants, j’ai eu la chair de poule et j’ai eu la chair de poule et la peau frissonnée. J’ai entendu un léger ricanement alors qu’il se déplaçait d’avant en arrière sur mon dos, continuant à m’embrasser et à me pincer la peau pendant qu’il se déplaçait plus bas. Quand il est arrivé à mon bas du dos, il a posé ses mains sur ma taille et m’a tiré jusqu’aux genoux alors que ses baisers descendaient vers mes hanches et mon cul. Je ne peux que gémir pendant qu’il écarte mes cuisses avec ses mains et glisse sa langue à travers mes lèvres de chatte puis l’utilise pour sonder mon anus sensible.

Soudain, il s’arrête et remonte dans mon corps. Je sens qu’il tire un tissu sur mes yeux et l’attache lâchement derrière ma tête. Il parle à nouveau doucement dans mon oreille. « Vous pouvez l’enlever si vous le désirez, mais si vous ne l’enlevez pas, cela éveillera vos sens. » Je suis encore déchiré. Il n’a pas essayé de me faire du mal, mais je voulais savoir à quoi ressemble cet amant tendre. Avant que j’aie pu décider, il m’a roulé sur le dos et a commencé à embrasser mes joues et mon cou. Il a posé ses mains sur mes seins et les a serrés doucement alors qu’il commençait à s’embrasser sur le dessus de mes mamelons. Je pouvais sentir sa bite sur ma cuisse pendant qu’il mettait sa bouche sur un mamelon et attrapait mon piercing avec ses dents et tirait, puis suçait le mamelon. La sensation qu’il tirait et suçait tout en tapotant sa langue sur le bout de celle-ci m’a donné des picotements dans le corps. Il passa d’un bout à l’autre de mes tétons en s’arrêtant une fois pour dire : « Tes seins ont un goût si sucré. Je pourrais rester ici pendant des heures. »

Puis il s’est mis à m’embrasser et à me grignoter le ventre. Quand il arrive à mon nombril, il s’éloigne d’une main de ma poitrine et commence à frotter sa paume contre mon capuchon percé et mon clito. Quel choc ça m’envoie. Je peux sentir mon sperme crémeux s’échapper et je le veux en moi, mais il a d’autres projets. Il continue à frotter ma butte et à taquiner mon clitoris pendant qu’il plante d’autres baisers sur et autour de mon ventre jusqu’à ce qu’il se déplace plus bas et claque soudainement sa langue sur mon clito exposé. Je pousse mes hanches vers le haut pour le rencontrer, mais il s’éloigne. Il lève mes deux jambes et commence à m’embrasser et à me mordre la peau alors qu’il se déplace d’une jambe à l’autre, d’avant en arrière. Oh mon Dieu, comme je veux que ses lèvres reviennent sur mon sexe, mais il continue à me masser le bas des pieds avec ses pouces sur mes jambes.

Mes orteils se recourbent quand il embrasse mes chevilles et se déplace vers la plante de mes pieds en les massant encore pendant qu’il pose de minuscules baisers partout sur eux. Il commence à redescendre mes jambes en les repoussant de mon côté et en travaillant le long de l’arrière de mes jambes, m’envoyant d’autres picotements à travers moi. L’impatience qu’il revienne à mon sexe me submerge jusqu’à ce que je sente ses mains sur mes cuisses, ses pouces écarter mes lèvres et ses doigts tirer le capuchon de mon clito vers l’arrière. Je peux sentir son souffle chaud juste avant qu’il ne plonge sa langue dans l’ouverture de ma chatte. Il prend sa bouche de mon sexe et je l’entends : « Mmmmmmm, aussi délicieux que ça en a l’air sur ta caméra. » Il remet sa langue dans ma chatte puis commence un lent picotement qui picote jusqu’à mon clitoris exposé. Une fois là-bas, il le bat avec sa langue comme un boxeur et un sac en bandoulière.

Mon vibromasseur ne m’a jamais fait me sentir aussi bien. Il arrête de torturer mon clitoris pendant un moment et juste au moment où ma respiration ralentit, il mord doucement derrière mon piercing clitoridien et tire dessus pendant qu’il suce fort. « OH PUTAIN, OH PUTAIN SUCE MON BÉBÉ CLITORIDIEN. » Mon corps ne voulait pas rester immobile. Je lui poussais sur les lèvres alors que mes jambes tremblaient et que ma poitrine se soulevait. Je voulais qu’il soit à la fois dur et doux. Je voulais ses lèvres sur toute ma chatte et je les voulais seulement sur mon clitoris lancinant. Oh, allez ce qui se passe. Je voulais que son visage soit enfoncé dans mon sexe. Alors qu’il continuait à tirer sur mon clito et à le sucer fort, il a pris le perçage du capuchon et l’a retiré en arrière, exposant encore plus mon gros nub.

Après son attaque orale contre mon clito, il se déplace vers mes lèvres internes engorgées. Il prend chacun entre ses lèvres et tire dessus en mordant sur les bords. Je n’ai pas le temps de récupérer car il les écarte avec ses doigts, exposant à nouveau l’entrée de ma chatte et enfonçant sa langue aussi profondément qu’il le fera. Alors qu’il bouge le bout et suce mon jus, j’ai une envie irrésistible. Je veux sa bite en moi et je veux voir son visage comme lui. « Oh mon Dieu, je veux que tu me bites et je veux te voir comme tu me combles. »

« Tu peux enlever le bandeau quand tu veux. C’est ton choix. » Je l’ai senti se lever jusqu’aux genoux et mettre la tête de sa bite entre mes lèvres de chatte, en la faisant glisser d’avant en arrière pour la mouiller avec mon jus. C’était long et gras comme il l’avait promis. J’avais hâte de l’avoir en moi. Alors que j’essayais de lever les hanches, j’ai retiré le bandeau sur les yeux. Je regardais ses yeux noisette dans un visage souriant encadré de longs cheveux salés et poivrés. Certainement pas un jeune homme, mais la façon dont il me faisait me sentir a prouvé que l’expérience était de son côté. « Es-tu déçu ? »

« Non, je savais que tu étais plus âgée par la façon dont tu m’as parlé dans tes textes et par la façon dont tu as fait tant d’attention à me faire jouir. Maintenant, remplis-moi de cette belle bite que tu as posée sur ma chatte. » Tandis qu’il tenait mes lèvres écartées, il a mis la pointe à l’entrée et a glissé la grosse tête violette à l’intérieur.

Quand j’ai sursauté, il m’a dit : « C’est ça que tu voulais, la déesse ? » Tout ce que j’ai pu faire, c’est hocher la tête pendant qu’il s’arrêtait pour me laisser sentir le pouls. Comme il l’a glissé plus profond, il a tiré sur mes lèvres, ce qui les a fait picoter davantage comme il a forcé ma chatte plus large. Je n’ai pas réalisé que je retenais mon souffle jusqu’à ce qu’il soit enterré sur toute sa longueur dans mon tunnel. Je me sentais si rassasié que j’avais l’impression qu’un ballon avait été gonflé en moi. Comme sa bite glisse dehors, elle tire sur les parois de mon tunnel et étire mes lèvres qui sont serrées autour d’elle. Il descend et prend un piercing dans chaque main en les tirant dans différentes directions jusqu’à ce que je ressente la moindre douleur qui se combine avec sa bite qui glisse en moi pour me rapprocher de plus en plus de la félicité. Je veux qu’il se déplace plus vite et qu’il me frappe plus fort pour que je puisse jouir, mais il continue sa lente caresse méthodique, me gardant sur le bord, juste hors de portée d’un orgasme. Il a continué à me caresser et à jouer avec mon clito en se penchant vers l’avant et en prenant un mamelon dans sa bouche et en tétant. Je n’en pouvais plus. J’ai serré sa bouche contre ma poitrine en abaissant mes jambes et en les serrant autour de sa taille pour le serrer contre moi.

Mon corps m’a laissé tomber alors que je perdais le contrôle et tremblais sous lui. Ma chatte était inondée de sperme, mais il n’arrêtait pas de caresser, tirer et sucer. J’étais au paradis, mais j’essayais de contrôler mon halètement. Il n’en faisait pas partie. Il a continué à me stimuler jusqu’à ce que je crie : « Arrêtez, Dieu merci, arrêtez et laissez-moi me reposer. » Il s’est arrêté et s’est levé en me souriant. Il a lâché mes piercings mais a laissé sa bite enfouie profondément en moi. Ma poitrine se soulevait en aspirant de profondes respirations.

« Ça veut dire qu’on a fini ? » J’ai réalisé qu’il me demandait si je voulais qu’il parte. L’agitation s’est de nouveau installée. Est-ce que je voulais qu’il parte et ne le revoie jamais ou est-ce que je lui ai demandé de rester plus longtemps ? Une fois qu’il sera parti, je ne le reverrai peut-être plus jamais.

« Je ne sais pas. Tu veux qu’on en finisse ? »

« Pas de déesse. Je veux te donner plus de plaisir que tu ne le mérites. Tu veux que je parte ? Je le ferai si tu veux. »

« Comment je t’appelle ? Tu ne m’as jamais dit ton nom ? »

« Je t’appelle déesse parce que je ne connais pas ton nom et que tu es si belle, alors choisis-en une pour moi. » Juste à ce moment-là, j’ai senti son pouls de bite en moi et il a souri.

« Pourquoi je ne t’appellerais pas Dick ? » Il s’est mis à rire et à chaque fois qu’il l’a fait, sa bite a pulsé et il est entré. Oh merde, ma chatte picotait et je n’ai pas pu l’arrêter. « Baise-moi, M. Dick. « J’emmerde ma chatte fort et vite. » Il a pris mes jambes autour de lui et m’a roulé sur les genoux sans enlever sa bite. Il m’a attrapé par les hanches et s’est mis à me taper sur la chatte. Il m’a touché d’une main et s’est mis à frotter mon clito et à jouer avec les piercings. Ma chatte se serrait contre sa cage et la friction envoyait des vagues de plaisir dans mon corps. Soudain, mon corps s’est immobilisé alors que ma chatte trayait sa chatte. J’avais un orgasme fabuleux quand j’ai senti son sperme m’atteindre. Puis tout s’est obscurci.

Quand je me suis réveillé à nouveau, c’était à ses lèvres sur mon clitoris, aspirant à nouveau dessus comme un bébé à un mamelon. Quand j’ai ouvert les yeux et gémi, il m’a regardé et a souri. « J’ai pensé que tu aimerais mon réveil. » Avant que je puisse répondre, il était revenu sur mon clito et l’a sucé fort et tout ce que j’ai pu sortir, c’était « OOOOOOOOOOOOOOOOOOO ». Il a glissé ses doigts dans ma chatte pendant qu’il suçait. Mon corps a pris le dessus. Mon dos arqué, je sentais ses doigts glisser plus facilement dans mon sperme. Il a continué à sucer mon orgasme jusqu’à ce que je doive l’éloigner de mon tendre clitoris. Il est remonté à côté de moi et m’a roulé jusqu’à l’endroit où j’étais allongé, la tête sur son épaule et la moitié de mon corps sur lui. Quand ma respiration s’est ralentie à nouveau, il m’a caressé les cheveux et m’a demandé si je voulais me reposer.

Il m’a donné de multiples orgasmes, ne m’a rien demandé en retour et maintenant il veut savoir si je veux me reposer. Je n’ai jamais connu quelqu’un qui ne s’attendait pas à quelque chose. « Et après ? »

« Puis je recommence à faire le reste de ton orgasme nocturne. » Mmmmmmm ça sonnait bien alors j’ai bougé sur lui. Je me suis assis à cheval sur ses cuisses et j’ai pris sa bite dans les deux mains en la caressant pour la rendre encore plus dure.

« Et si je te laissais te reposer un peu ? » Il m’a souri en mettant mes genoux entre ses jambes et en les écartant. Je me suis allongé sur le ventre entre ses jambes, j’ai mis son sac à balles dans l’un d’eux et j’ai continué à le caresser avec l’autre. Quand j’ai mis mes lèvres sur chacune de ses boules et que je les ai embrassées, je l’ai entendu dire’Mmmmm’. Dès que je les ai aspirés dans ma bouche et que je les ai essuyés avec ma langue, il a soulevé ses hanches jusqu’à ma bouche. Je les ai laissés tomber entre mes lèvres et je les ai saisis pour pouvoir tirer la peau sur eux. Comme je leur ai mordu à la gueule, sa bite a sauté, il a gémi et le précum a coulé de l’extrémité de sa bite. J’ai mis ma tête sur sa cuisse et j’ai tiré sa bite vers le bas jusqu’à ce que je puisse passer ma langue autour de la tête en léchant le pré-cum. Quand j’ai mis mes lèvres sur le bout et que j’ai sucé sa grosse paille de viande, il a poussé un gémissement et déplacé ses hanches sur le lit. C’était amusant. Je savais qu’il voulait plus comme moi, mais j’allais le faire attendre comme s’il m’avait moi.

Je lui caressais la bite et lui massais les couilles en remontant la tête vers le haut de la cuisse, le prenant lentement dans la bouche, léchant le dessous au fur et à mesure que je marchais. Quand il était à moitié rentré, je l’ai écouté gémir quand l’air frais l’a frappé et je ne l’ai pas aspiré à nouveau. Je le taquine un moment, le suçant jusqu’à ce qu’il soit tout près, puis l’arrachant et lui léchant la tête. Finalement, je l’ai sorti et j’ai glissé son corps avec sa bite dure pressée entre nous jusqu’à ce que je puisse lui murmurer à l’oreille. « C’est ce que tu veux, bébé ? Tu veux éjaculer dans ma gorge ou tu veux peut-être me fourrer ta bite dans mon petit cul serré ? » Je berçais mes hanches, lui frottais la bite à travers ma fente pendant que je parlais dans son oreille.

Il semblait presque gelé jusqu’à ce qu’il grogne « Pourquoi pas les deux ? » Je l’ai souri et je l’ai tiré du lit avec moi, j’ai pris la bouteille d’huile pour bébé sur la table de nuit et je l’ai accompagné jusqu’à la porte qui menait sur notre petit balcon. Nous étions à 6 étages et nous avions une assez bonne vue, mais ce n’était pas pour ça que j’étais là. Je me suis penché vers l’avant en posant une main sur la rampe. Comme j’utilisais l’autre pour faire couler de l’huile pour bébé entre les joues de mon cul.

« J’ai toujours voulu que quelqu’un m’emmène en plein air comme ça. « Va te faire foutre et je te sucerai la bite jusqu’à ce que tu éjacules ou que tu me supplies d’arrêter. » Il a frotté sa bite entre mes joues pour l’enduire d’huile pour bébé avant de mettre la tête à ma chatte et d’entrer en moi. « Bébé, ce n’est pas mon cul. »

« Voulais-tu que je le mette à sec ? Sois patient et je ferai en sorte que tu en profites. » Pendant que sa bite sciait dedans et dehors me remplissant au maximum, il a frotté mon bouton de rose avec un pouce huilé. Il a mis une pression constante jusqu’à ce que je me détende et que ça passe à travers mon anneau anal. Il m’a baisé le cul avec son pouce à temps avec sa bite dans ma chatte. Quand mon anneau s’est relâché, il a enlevé son pouce et a inséré 2 doigts. Il me fouillait le cul et se servait de ses doigts pour étirer ma bague. Bientôt il travaillait trois doigts dans mon cul et je repoussais contre sa bite et sa main. Mon corps picotait de la stimulation et j’avais tellement envie de jouir quand il a sorti sa bite de ma chatte et a mis le bout contre mon trou du cul et a poussé la tête dedans.

Bon sang, l’attente était écrasante car il n’est pas allé plus loin. « Oh mon Dieu, ne me taquine pas. « Remplis mon cul de bite. » Il s’est agrippé à ma taille et a commencé à m’enfoncer lentement sa bite dans le cul. Il ne s’est pas arrêté jusqu’à ce que toute sa bite soit enterrée dans mon côlon et que ses couilles soient pressées contre ma chatte. J’étais si plein que j’en avais le souffle coupé. Pendant que je haletais, il s’est retiré tout aussi lentement. J’ai mis trois doigts dans ma chatte et je me suis baisé le doigt. Mon corps était déjà près du bonheur quand il a sorti sa bite de ma chatte et tout ce que je voulais maintenant, c’était qu’il me frappe sa bite dans le cul et me fasse jouir. J’ai tiré et poussé contre lui. Il se déplaçait de plus en plus vite et de plus en plus fort à mesure que les tremblements montaient dans mon corps. Je me conduisais moi-même contre lui quand j’étais tendu et je me suis mis à trembler alors que mon cul serrait sa bite quand il l’enfonçait profondément et la tenait dans ses bras.

Ses mains sur ma taille étaient tout ce qui m’empêchait de tomber alors que mes jambes s’affaiblissaient. Il m’a tiré vers le haut et m’a serré le dos contre sa poitrine, empalé sur sa bite, jusqu’à ce que mes jambes soient à nouveau capables de me soutenir. Il sortit doucement sa bite de mon cul et me tourna vers lui. Il m’a serré contre lui et m’a donné un baiser passionné et profond. « Ça va ? Je ne voudrais pas que nos derniers moments ensemble soient un mauvais souvenir. »

« Qu’est-ce qui te fait penser que ce sont tes derniers moments ? Je t’ai dit que j’allais te sucer la bite jusqu’à ce que tu viennes ou que tu me supplies d’arrêter. » Je me suis mis à genoux et je l’ai tiré avec moi en m’appuyant contre la rampe. Je l’ai tiré assez près pour pouvoir lui mettre la langue sur la tête de la bite et la regarder bouger. Quand il en eut assez de cette allumeuse, il se rapprocha, pressant sa bite contre mes lèvres. Je les ai ouvertes et je l’ai laissé glisser la tête dedans avant de saisir ses hanches, le déplaçant d’avant en arrière dans ma bouche en prenant un peu plus à chaque fois jusqu’à ce qu’il frappe le dos de ma bouche. Je l’ai surpris après qu’il ait touché le fond une demi-douzaine de fois en le serrant fort et en prenant toute sa longueur dans ma gorge. Je passais de la caresse de la bite à la gorge profonde quand il m’a attrapé la tête et m’a fait avaler sa viande dans la gorge une dernière fois. Il m’a tiré dans la gorge de grosses rafales de son sperme chaud. Quand sa bite s’est arrêtée de bouger, il a reculé mais j’ai gardé la tête dans ma bouche en aspirant les derniers morceaux pendant que je le trayais avec mes mains. Quand j’ai eu la dernière fois que je me suis levé, je l’ai embrassé et j’ai souri. « Maintenant, j’ai besoin de repos. » Nous sommes retournés dans la chambre à coucher et mon dernier souvenir se blottissait dans ses bras alors qu’il me faisait des câlins dans le dos.

Quand je me suis retournée pour le serrer dans mes bras le matin, le lit était vide. J’ai regardé autour de moi et j’ai vu que ses vêtements avaient disparu, puis j’ai vu le mot sur l’oreiller.

« Merci Déesse. J’aurais aimé pouvoir rester, mais je t’ai promis de partir et de te laisser mener ta propre vie. Peut-être qu’un jour nous nous reverrons. Mais c’est à vous de décider. Amour, ton étranger dans la nuit. »

histoire de salope

© Copyright 2019 http://chope1salope.com/ - Tous droits réservés